samedi 15 mars 2014

Sophie et mes envies les plus secrètes à son endroit.

Je n'ai eu que quelques occasions, trop rares, d'apercevoir ma collègue Sophie cette semaine au boulot. Nos horaires respectifs, et ces interminables réunions de fin de cycle ont eu raison de nous.

Habituellement, je suis pratiquement toujours en mesure de trouver du temps pour l'admirer, pour me glisser dans sa bulle et pour me laisser inspirer par son sex-appeal légendaire. Mais les derniers jours n'ont vraiment pas été à mon avantage.

Oui il y a eu mercredi, où là, j'ai pu la croiser amplement du regard. Évidemment, elle s'affichait dans ses plus beaux habits; belle jupe bleue, chemisier off-white et des nylons crème. Elle était assise là, sur le bureau d'une collègue et affichait ses plus que parfaites jambes à l'auditoire.

Je n'ai pu m'empêcher de m'arrêter pendant de longues secondes, à quelques mètres de là, pour me rincer abondamment l'oeil. N'étant pas complètement assouvi, j'ai du trouver une excuse bidon pour à nouveau m'offrir un orgasme visuel.

Sophie, avec toute sa candeur habituelle, offrait au connaisseur que je suis, un spectacle grandiose. Ses jambes croisées et l'étirement de sa jupe exposaient parfaitement la bande de son bas auto-fixant. Pour un mec de mon espèce, il n'y a rien de plus bandant et de plus déstabilisant.

Ce cadeau inattendu à évidemment fait naitre en moi une érection soudaine et non-souhaitée. Rien de plus agréable (et inconfortable) que de déambuler dans les couloirs de notre entreprise avec un membre gonflé de désir pour la collègue Sophie.


----------------------------------------------

Cette Sophie m'occasionne toujours d'agréables problèmes.

Oui je fantasme sur elle, oui elle m'inspire, oui ses jambes plus que parfaites me font baver, oui sa généreuse poitrine me déstabilise, mais pour rien au monde je n'oserais franchir cette mince ligne qui fait en sorte que cette relation est vraiment particulière.

Je suis trop jaloux et protecteur de cette complicité clandestine qui nous unit de façon indescriptible.

Cependant, ces jours-ci, j'ai une fougueuse envie de caresser ses nylons qui rehaussent merveilleusement son galbe.

Vous devriez la voir, lorsqu'elle arrive à l'improviste dans mon bureau, prend place sur la chaise juste à mes côtés afin que je puisse mieux l'admirer et qu'elle se met à me dévisager avec ce regard trop vert. Je tombe complètement sous son emprise et sous son charme. Elle a une façon tellement particulière de me faire bondir de ma zone de confort. Ses simples agissements et son comportement pas du tout convenable m'occasionnent toujours une expansion soudaine de ma virilité au niveau du Joe Boxer.

Si j'avais le courage de mes ambitions, je m'approcherais subtilement d'elle et laisserait glisser ma main en direction de son genou. J'aimerais tellement effleurer ce nylon soyeux qui recouvre ses jambes. Nous serions là, dans une pseudo rencontre professionnelle pendant que innocemment je me gaverais de ce plaisir interdit.

Je l'imagine ensuite, enlever un de ses escarpins, et de poser sensuellement son pied sur ma cheville afin de me caresser furtivement... Le tout, évidemment, en actant simultanément une rencontre reliée au boulot.

Je me vois aussi, de plus en plus, lui demander gentiment son aide afin qu'elle puisse me soulager de ces excès de semence qu'elle fait monter en moi par son comportement.
Elle pourrait m'offrir une fellation dont elle seule à le secret. Je lui suggèrerai d'aller dans cette petite salle des concierges, elle se mettrait à genoux, ouvrirait la braguette de mon pantalon pour ensuite agripper ma verge qui serait déjà bien dure. Pendant qu'elle me prendrait à pleine bouche, je me délecterais de son regard vert caraïbes ....

Ou sinon, je pourrais exiger qu'elle m'offre un délicieux handjob. Ses belles mains astiqueraient habilement mon pénis pendant que j'en profiterais pour effleurer délicatement ses belles jambes et partir à la découverte de ses fesses musclées. Elle me viderait les couilles avec professionnalisme tout en me laissant profiter généreusement des ses attributs mammaires.

Oufffff....

Ahhh Sophie, cette collègue dont tous les hommes de la terre souhaitent rencontrer un jour dans leur environnement de travail.


1 commentaire:

Ludie a dit…

Mmmm, si tu m'avais vue sourire gentiment en lisant. Puis sourire largement en t'imaginant lui poser la main près du genou, puis j' ai entendu sa chaussure claquer le sol en tombant de son pied... Et ce que tu dis de la féelation comme elle aime les faire...Ouh Ouch Outch !
Tout le monde soupire de plaisir pour Sophie !

Membres