lundi 14 mai 2012

De retour ... plus heureux que jamais, et presque aussi infidèle.


Tenir un blogue sur l’infidélité n’est pas toujours évident.

Pour écrire plusieurs billets par semaine, il faut se sentir inspiré. Il faut vivre. Il faut sauter la clôture et il faut être infidèle.

Malgré mes prétentions presque malsaines à vouloir remplir cette plate-forme de récits grivois, je réalise maintenant que sans la pratique de mon activité favorite, il m’est soudainement impossible de disserter à propos de mes agissements de pervers narcissique.

D’où mon absence chronique des derniers mois.

Que voulez-vous,,,j’étais beaucoup trop occupé à tomber en amour avec ma nouvelle copine Cristina et à réparer ma vie d’homme fraîchement séparé que de me laisser tenter par des plus qu’appétissantes aventures extra-conjugales.

De plus, je croyais aussi que de partager officiellement mon quotidien avec cet ange italien, j’aurais eu le goût de rentrer au bercail des hommes fidèles et heureux.

Mais ce ne fût pas le cas.

Il y aura toujours en moi cette soif de me laisser tenter par une autre qui n’est pas la mienne.

La seule différence maintenant, c’est que j’essaye de me retenir du mieux que je peux. Je ne provoque plus systématiquement les situations rocambolesques et inévitables. Je m’éloigne autant que possible de ces nymphettes aux jambes trop lisses et aux yeux trop pétillants.

Sauf que des fois... et bien c’est impossible.

Surtout lorsqu’il s’agit de la collègue Sophie.

Surtout lorsqu’elle se présente dans mon bureau vêtues de ses plus beaux atouts.

Surtout lorsque j’essaye de lui résister du mieux que je peux.

Et surtout lorsque nous nous retrouvons dans un événement corporatif bien arrosé et que Cristina n’y est pas...

Je sais, ce n’est pas ce qui a de plus noble, mais que voulez-vous, je ne pouvais tout simplement pas lui résister.

C’était la première fois avec Sophie, et probablement la dernière.

Plus de détails dans mon prochain billet.

Tristan de retour dans le merveilleux monde de la clôture,

3 commentaires:

Anonyme a dit…

Lache pas Tristan, on a besoin de toi, nous les sauteurs de clôture on aime ça te lire, tu nous inspire et tu nous donnent courage pour continuer notre belle activité.

Ludie a dit…

J'ai hâte :-) J'ai hâte!

Ludie a dit…

Tristan si tu savais comme ton style nous manque!
Je crois que tu devrais aussi songer à rayer deux mots de ton vocabulaire:
dernière et jamais...
Un bec, SuperMec.

Membres