mardi 15 mai 2012

Être propulsé dans une zone érotico-interdite des plus bandante !


Il n’y a rien de pire pour un infidèle notoire que de résister de toutes ses forces à l’appel des jolies sirènes. Lorsque le désir brûlant de vouloir sauter la clôture est tatoué en permanence au plus profond de son âme, c’est clair que rien ne pourra éteindre ce feu ardent.

Et de plus, le fait d’ignorer très fort ces envies à saveur extra-conjugales, cela a eu évidemment comme effet secondaire de me propulser immédiatement dans une zone érotico-interdite des plus bandante.

Fraîchement séparé de la mère de mes enfants, et nouvellement installé dans une relation de couple des plus passionnante, j’ai, tant bien que mal, essayé de camoufler mon désir latent que j’éprouvais depuis quelque temps déjà envers la collègue Sophie.

Pendant plusieurs mois, cette chères alter-ego aux courbes parfaites et aux yeux trop verts, m’a subtilement hypnotisé. Son charme, sa douce personnalité, sa façon d’être avec moi et son comportement de louve ont fait germer dans mes couilles une envie particulière.

Nous avions établis, bien malgré nous, certaines règles pas du tout pertinentes et surtout mis la table pour une relation remplie de sous-entendus à connotation sensuelle. Sophie remplissait ce rôle avec brio. À vrai dire, c’était une championne mondiale.

Sans nécessairement dépasser la mince ligne qui aurait pu me pousser à la culbuter, madame ma collègue aura réussie à me stimuler comme jamais.

Mais à la longue, ses visites surprises dans mon bureau, nos confidences perverses et notre complicité clandestine auront finalement mis le feu au fond de mon Joe Boxer.

Je me savais attiré par cette directrice du marketing, mais je me croyais solide et à l’épreuve de son magnétisme légendaire.

Et bien,,,,c’était stupide de ma part. Et j’ai complètement sous-estimé son pouvoir sur ma personne.

J’aurais du m’en douter...

Combien de fois pensez-vous que je me suis permis des séances de plaisir solitaire en imaginant la belle Sophie ?

Combien de litre de sperme chaud je lui ai dédié au cours de l’année ?

Combien de fois j’ai aspergé, de façon imaginaire, ses voluptueux seins et ses belles jambes nylonnées ?

Voyez-vous,,, pour que j’en fasse une actrices fétiches des mes films pornos imaginaire, il fallait que Sophie occupe une place de choix en moi.

Alors ce qui devait arriver, arriva.

La table était mise.

Le contexte était parfait.

Sophie devenait de plus en plus resplendissante.

Son parfum m’envoutait.

Et mon désir pour elle montait de façon exponentielle.

.... C’est à suivre.

lundi 14 mai 2012

De retour ... plus heureux que jamais, et presque aussi infidèle.


Tenir un blogue sur l’infidélité n’est pas toujours évident.

Pour écrire plusieurs billets par semaine, il faut se sentir inspiré. Il faut vivre. Il faut sauter la clôture et il faut être infidèle.

Malgré mes prétentions presque malsaines à vouloir remplir cette plate-forme de récits grivois, je réalise maintenant que sans la pratique de mon activité favorite, il m’est soudainement impossible de disserter à propos de mes agissements de pervers narcissique.

D’où mon absence chronique des derniers mois.

Que voulez-vous,,,j’étais beaucoup trop occupé à tomber en amour avec ma nouvelle copine Cristina et à réparer ma vie d’homme fraîchement séparé que de me laisser tenter par des plus qu’appétissantes aventures extra-conjugales.

De plus, je croyais aussi que de partager officiellement mon quotidien avec cet ange italien, j’aurais eu le goût de rentrer au bercail des hommes fidèles et heureux.

Mais ce ne fût pas le cas.

Il y aura toujours en moi cette soif de me laisser tenter par une autre qui n’est pas la mienne.

La seule différence maintenant, c’est que j’essaye de me retenir du mieux que je peux. Je ne provoque plus systématiquement les situations rocambolesques et inévitables. Je m’éloigne autant que possible de ces nymphettes aux jambes trop lisses et aux yeux trop pétillants.

Sauf que des fois... et bien c’est impossible.

Surtout lorsqu’il s’agit de la collègue Sophie.

Surtout lorsqu’elle se présente dans mon bureau vêtues de ses plus beaux atouts.

Surtout lorsque j’essaye de lui résister du mieux que je peux.

Et surtout lorsque nous nous retrouvons dans un événement corporatif bien arrosé et que Cristina n’y est pas...

Je sais, ce n’est pas ce qui a de plus noble, mais que voulez-vous, je ne pouvais tout simplement pas lui résister.

C’était la première fois avec Sophie, et probablement la dernière.

Plus de détails dans mon prochain billet.

Tristan de retour dans le merveilleux monde de la clôture,

vendredi 11 mai 2012

Toujours vivant

Je suis toujours vivant,

Ma vie d'homme fidèle n'a pas fait long feu...

Malgré mes bonnes intentions, j'ai eu une délicieuse rechute. Et oui, le naturel est revenu très rapidement au galop.

Je quitte pour le week-end, mais je vous raconte le tout dès mon retour,

Bonne fin de semaine,

Tristan le toujours bien heureux infidèle et pervers narcissique à ses heures !

Membres