vendredi 3 février 2012

Cette chère Cristina, ma vie d'infidèle heureux et Sophie la louve. Vive mon boulot !!

L'intensité de nos rapprochements augmente de jour en jour.

L'évolution de ma relation avec ma collègue Cristina prend la forme d'un crescendo époustouflant.

Il n'y a pas une journée qui passe sans que la chaleur émotionnelle n'augmente d'un cran.

C'est tout simplement exquis.

Moi qui croyait qu'un amour interdit et passionnel avec cette belle italienne serait impossible sans que je me compromettre au niveau de ma relation de couple officielle, je vois finalement une petite lumière au bout du tunnel.

Je n'ai pas encore eu à lui promettre que je quitterais un jour mon épouse pour elle, ni même à lui dire quelques trucs de ce genre.

Cependant, l'intensité de mes sentiments et mon intérêt sans cesse grandissant pour elle parlent d'eux-même.
Elle me voit sincère. Je suis sincère. Je veux lui demeurer sincère.

Je crois que c'est la première femme (à part mon officielle bien entendu) dont je n'ai pas besoin d'afficher ma personnalité de pervers narcissique ni même de mettre sur table tous mes trucs d'arnaqueur des coeurs. Avec ma tendre collègue je suis moi-même. Vulnérable, passionné et légèrement gaffeux.

C'est peut-être pour cela que je n'ai jamais voulu fréquenter une comparse dans mon environnement professionnel. Je n'aurais jamais réussis à faire mon petit théâtre à toutes ces potentielles maîtresses ...

--------------------------------------

Cristina et moi avons presque atteint un point de non-retour.

Nos sentiments de l'un vis-à-vis l'autre sont de plus en plus évidents.

Nous voulons toujours nous retrouver ensemble. Toutes les excuses sont maintenant parfaites pour s'adonner à des rapprochements remplis de tendresse et nos lèvres se recherchent continuellement afin de se souder sensuellement.

C'est évident maintenant. Nous sommes en train de tomber amoureux l'un de l'autre.

Et aujourd'hui, pour la première fois, cette sexy italienne m'a avoué avoir terriblement envie de me faire l'amour. Cela m'a donné une érection du tonnerre. Tellement que mon énorme bosse ne voulait pas quitter mon Joe Boxer de l'après-midi.

Mais le plus drôle dans tout cela, c'est que je n'ai jamais parlé de sexe, ni de perversité et encore moins de mes envies refoulées. C'est elle qui a abordé le sujet. C'est elle qui manifeste un désir de plus en plus  grandissant de vouloir se faire culbuter passionnément par moi.

Ouffffff....

Mais je résiste encore à la tentation. Et ce, pour plusieurs raisons.

Cependant, laissez moi vous dire que plus je me sens tomber en amour avec elle, et plus mes testicules se remplissent de désir pour Cristina.

J'ai envie d'elle comme c'est pas possible. Pas seulement envie de lui faire l'amour. Non, j'ai envie d'elle dans ma vie, dans mon coeur et dans mon quotidien.

C'est juste trop fou.

--------------------------------------

Malgré cette histoire des plus rocambolesque avec Cristina, je dois avouer candidement que je continue d'entretenir une relation hyper particulière avec la très irrésistible Sophie.

Ma collègue, qui possède les plus belles jambes nylonnées de toute l'Amérique du Nord, occupe une énorme place dans ma vie.

C'est vrai que j'ai négligé de parler d'elle dernièrement, mais cela ne veut en aucun cas dire qu'elle a disparu de ma vie. C'est tout à fait le contraire je dirais.

Cette chère alter-ego et moi avons mis au monde une complicité clandestine en béton. Nos confidences, nos échanges et nos petites rencontres autour d'un plat portugais sur l'heure du diner font maintenant parties intégrante de ma vie.

De plus, dernièrement, j'ai eu de folles pensées perverses à propos de Sophie. À quelques reprises, madame la louve est venue s'offrir en spectacle devant moi dans mon bureau. Ses looks hyper sexy, sa démarche remplie de volupté et ses magnifiques jambes voilées de nylon me donnent des érections à répétition...

Un de ces jours, je ne pourrais tout simplement pas lui résister et je risque de lui caresser accidentellement des parcelles de ses jambes...

Juste à imaginer faire cela et ma verge se remplie de sang.

Mais avant même les plus que parfaits attributs physiques de Sophie, c'est le lien particulier qui nous unit qui me stimule continuellement. Je ne pourrais tout simplement plus me passer de sa présence dans ma vie et dans mon environnement de travail.

Je vous jure, j'aime mon boulot. Vraiment.

Tristan,

Aucun commentaire:

Membres