jeudi 13 septembre 2012

Ce blogue n'est pas mort

Bonsoir cher lecteurs,

Malgré que plusieurs d'entre vous le pensez, ce blog n'est pas mort. Pas encore du moins.

J'aimerais bien vous dire que je vais me remettre à écrire, mais ce n'est pas le cas.

Je suis en manque total d'inspiration. Plus rien ne me motive à prendre la plume pour l'instant.

Voyez-vous, cette plate-forme fût principalement alimentée par mes aventures extra-conjugales et, je dois vous avouer, que dernièrement, c'est plutôt le calme plat dans ce département.

J'aimerais bien vous mettre de la poudre aux yeux et vous racontez des trucs bidons, mais j'en suis incapable. Malgré que je sois occasionnellement "bullshitteur", je ne serai jamais un auteur.

Je n'ai ni le talent, ni les aspirations et surtout pas l'inspiration,,,

J'ai réalisé que ma facilité à écrire des trucs pervers, à saveur narcissique, sur le fabuleux monde de la clôture, me venait principalement de mes expériences adultères que je vivais.

Il y a donc maintenant plusieurs mois que je n'ai pas trempé vigoureusement mon pinceau gonflé de désir dans la douce chatte d'une autre femme.

Pas de baise torride avec une illégitime = pas de récits, pas de billets de blogue et pas d'action sur cette page.

Désolé !!

Mon amoureuse d'italienne me comble parfaitement. Ma vie d'homme presque fidèle est superbe et je n'ai pas pour l'instant l'envie de fréquenter sporadiquement les très luxueuses chambres des Chablis et des Motel Idéal.

Cependant, il est probable qu'avec l'arrivée de l'automne et des belles jambes nylonnées dans les rues de Montréal, mes aspirations coquines soient ressuscitées

C'est à suivre,




mercredi 8 août 2012

Bonsoir, Ici Tristan Lavoie, toujours vivant

Oh que la vie me bouscule ces jours-ci...

J'ai l'impression que le temps file à toute allure et que je n'ai plus de disponibilité pour me consacrer à ce blogue.

J'aimerais bien écrire quelques trucs narcissiques et pervers sur cette plate-forme, mais je n'arrive tout simplement pas à trouver le temps nécessaire pour m'exécuter.

Cependant, très bientôt j'espère, je pourrais mettre à jour toutes mes histoires d'homme légèrement infidèle et toujours heureux.

À plus,

Tristan,

mercredi 11 juillet 2012

C'est les vacances

Comme vous le constatez, vous n'avez pas beaucoup de nouvelles de votre cher champion de la perversité adultère.

C'est que ces temps-ci je profite pleinement de quelques journées de vacances. Des vacances particulières.

Sans conjointe et sans enfants.

Évidemment, les premiers jours sont désorientants, mais rapidement, j'ai pris goût à cette solitude égocentrique.

C'est donc d'un petit hôtel charmant, quelque part sur le bord d'une plage aux USA, que je vous écrit ces quelques lignes.

Et dans quelques jours, ma nouvelle flamme, voir la femme de ma vie et qui sait, éventuellement ma future épouse, viendra me rejoindre afin de passer cette deuxième semaine en amoureux.

Sexe torride, soirées romantiques, quelques bouteilles de rouge californien et bruschettas seront au menu.
Je salive déjà. Je bande déjà.

Bonne vacances,

Tristan le mec de plus en plus fidèle...

samedi 30 juin 2012

1er juillet = Canada Day et journée internationale de la pizza froide

Je prends une petite pause pour vous souhaiter un merveilleux week-end de la fête du Canada.

Vous savez à quel point me tient à coeur l'unité de mon pays.

Alors, c'est plus que certain que je vais boire quelques cervoises bien fraîches pour souligner cette journée du "plus beau pays du monde".

De plus, c'est demain dimanche, qu'aura lieu la finale de soccer de l'Euro 2012 entre l'Espagne et l'Italie.

Malgré que j'ai toujours eu un petit faible pour les déesses s'exprimant en espagnol, mon coeur est maintenant soudé à l'Italie.

Que voulez-vous, ma nouvelle amoureuse est italienne... et tellement magnifique. Viva Italia !!

(En passant, faire l'amour à une italienne de la trempe de Cristina est quelque chose de vraiment particulier et unique).

Alors, demain après-midi, ma sexy Cristina et moi aurons les yeux rivés sur mon nouvel écran plasma haute-définition spécialement acheté pour l'occasion afin de ne rien manquer de ce match de soccer.

Évidemment, pour rincer ma gorge tout au long de ce happening, je m'enfilerais quelques Molson Canadian bien froides.

Sur ce, bon week-end,

Tristan le fier supporter de la Squadra Azzurra,,









samedi 23 juin 2012

Bon week-end de la St-Jean Baptiste

Profitez pleinement de cette belle longue fin de semaine pour faire des excès alimentaire et alcoolique.

Mais surtout, sachez tirer avantage des opportunités que la vie vous offre, surtout dans le palpitant monde de la clôture.

Alors, honorez avec panache et virilité votre conjointe illégitime.

À plus,







mercredi 13 juin 2012

En attendant la suite ... recommandation musicale pour séance de masturbation auditive

Ne vous inquiétez pas. Je devrais publier sous peu la suite de mon escapade extra-extra-conjugale avec la collègue Sophie.

Comme je le mentionne souvent ici, mon manque de temps chronique, mes nouvelles obligations familiales et mon boulot accaparant m'empêchent de me consacrer à l'écriture de mes histoires à caractère légèrement narcissique !

Mais en attendant, voici une petite recommandation musicale qui devrait accompagner à merveille vos petites séances de baise torride avec votre partenaire illégitime.

Il s'agit de l'album Papillon, de Roland Voss, alias Lemongrass. Ce prolifique trip-hopien allemand possède à son actif plus de 13 albums à saveur downtempo / ambiant / pop.

Sa musique est toute indiquée pour assaisonner vos petits 5 à 7 coquins, pour agrémenter vos soirées à lire des ouvrages sur la politique internationale ou même pour parfumer musicalement vos soupers entre amis.

Les arrangements habilement ficelés empruntent des sonorités au jazz, au Drum´n´Bass et au trip hop.

Lorsque vous avez votre verge gonflée de désir, bien enfouie au fond des entrailles de votre douce et que Lemongrass masturbe vos oreilles, je vous le jure, votre expérience sensorielle ne sera que décuplée. Parole de Tristan !!

Voici donc un extrait de l'album Papillon.




lundi 4 juin 2012

Succomber à la tentation, mais surtout succomber au charme de la collègue Sophie (partie 1)

Moi qui croyais avoir accroché mes espadrilles de sauteur de clôtures avec l'arrivée de la belle Cristina dans ma vie, me voila maintenant propulsé à nouveau dans mon univers de prédilection - c'est à dire le merveilleux monde de l'infidélité...

Il vous suffit de chasser le naturel pour qu'il vous revienne aussitôt au galop. Loin de moi l'idée de vous faire un cours de psychologie à cinq dollars, mais je peux vous garantir que les plaisirs interdits que me procurent mes escapades adultères sont de loin la meilleure drogue de disponible sur cette chère planète terre.

Je carbure à cette essence particulière. Les jeux de séduction, les belles jambes nylonnées, les délicieuses mains manucurées, les sourires complices, les regards coquins, les effleurements subtils et la découverte d'un nouveau corps de femme me sont tout simplement irrésistibles. Je n'arrive tout simplement pas à contrôler mes pulsions de mâle conquérant.

Et laissez-moi vous dire qu'il y a plusieurs femmes engagées dans mon entourage qui prennent un malin plaisir à se faire charmer par  par le pseudo séducteur que je suis. Que voulez-vous la vie est ainsi faite. Et moi, et bien, en parfait égocentrique, j'en profite pleinement.


-----------------------------------------------------------

Il y a de c'a quelques jeudi déjà, j'ai succombé pour la première fois aux charmes divins de la collègue Sophie.

Je me croyais invincible et immunisé contre les attaques les plus subtiles de cette louve. Mais c'était mal connaître son pouvoir. Mais surtout, c'était sous-estimer l'attirance sexuelle que je pouvais manifester secrètement à son endroit.

Sophie est tout simplement sexy, bandante et armée d'atouts physique à faire fondre sur place n'importe quel mec normal équipé d'une verge dans son Joe Boxer.

Donc, voilà quelques semaines, nous avions cet évènement corporatif des plus importants. Le genre de soirée où toutes les femmes présentes étaient des plus resplendissantes. Vous savez, ces happenings contemporains où escarpins vertigineux, robes hyper moulantes, jambes fraîchement épilées et décolletés aveuglants volent la vedette.

Et oui c'était LA soirée. Et j'y étais !!

Toute une soirée.

Et laissez-moi vous dire que votre humble égocentrique aux intentions pas tellement nobles se sentait comme un poisson dans l'eau. Le paradis sur terre quoi.

Les organisateurs de cette soirée riche en stimulation visuelle avaient pris la peine de convier les membres de notre firme dans un immense loft de Griffintown.

L'endroit, à quelques pas de nos bureaux, était superbe. Plafonds hauts, murs de briques, décoration sobre, jeux de lumières approprié, musique d'ambiance à saveur triphop-jazz et un service de bar des plus complet.

On se croyait tout droit sorti du magazine Wallpaper.

La table était donc mise pour que cet évènement particulier soit des plus réussis.

Je me sentais dans mon élément. Dans mon environnement. Dans ma zone de prédilection.

Je me pensais en contrôle, jusqu'à ce que la belle Sophie fasse son entrée.

Ouffff....

Vous auriez du la voir.

Elle portait une micro robe hyper ajustée, seyante et savamment décolletée qui épousait à merveille les courbes exquises de son corps. Pour rehausser la beauté de ce vêtement des plus sublime, ma charmante collègue était perchée sur de très hauts talons. Le vert de ses chaussures agençait à perfection sa robe de couleur neutre.

Sophie représentait, ce soir là, l'incarnation de la beauté. Ses jambes, parfaitement galbées, mais surtout parfaitement bronzées m'attiraient tel un aimant gigantesque. À chacune des fois où je posais mon regard sur elle et sur la pureté de sa peau, ma verge se gonflait de désir.

Plus j'enfilais les verres de vin rouge et plus mon envie pour cette louve se concrétisait.

Cette sexy carriériste m'envoûtait.

Après quelques heures à discuter chacun de notre côté avec les autres collègues, nous nous sommes finalement retrouvés dans un petit recoin de la salle. Tout d'un coup, nos conversations n'avaient plus rien à voir avec le boulot. On discutait plaisir charnels, portes-jaretelles, voyage en Espagne et perversions féminines.

La chaleur montait.

Mon regard se faisait de plus en plus inquisiteur. J'arpentais chaque centimètre carré de peau que sa robe ne voilait pas. Je me régalais.

Elle me sentait différent. Elle devinait surement l'énorme bosse qui prenait place dans mon Joe Boxer. Elle me savait troublé. Mais surtout elle me savait complètement accroc à elle.

Après avoir enfilé mon énième verre de rouge afin de faire disparaître mon inhibition, je me suis permis un léger effleurement sur la douceur de ses jambes.

Par la suite, étant bien certain d'être à l'abri des regards, je me suis même permis quelques caresses furtives sur ses hanches et sa croupe. Rien de trop insistant et de vulgaire, mais plutôt des gestes remplis de sensualité et de désir.

Sophie me souriait clandestinement. Il était clair que cela lui plaisait.

Ma conversation n'avait plus aucun sens. La majeure quantité de sang nécessaire à l'irrigation de mon cerveau affluait inévitablement vers ma verge. Je perdais toute ma concentration.

Tout d'un coup je n'avais qu'une envie : enfouir mon membre viril et gonflé dans les entrailles de ma collègue.

J'en pouvais plus. Je la désirais tellement. Je la voulais tellement.

Son corps, ses yeux trop verts, son odeur, les formes de son corps et sa démarche de louve me sidérait.

J'étais transporté dans une autre dimension. Madame la directrice du marketing me tenais par les couilles. Son pouvoir absolue sur mes hormones à cet instant présent était des plus puissant.

Je voyais dans son langage non verbal qu'elle avait envie que je pose mes lèvres sur les siennes. Une dynamique érotique se dessinait entre nous.

Cependant, je ne pouvais pas m'exécuter aux vues de nos autres collègues. Surtout que plusieurs personnes présentes sur place sont des connaissances de ma nouvelle flamme Cristina.

Je me devais de naviguer avec discrétion et subtilité.

Alors, avec plein de bonnes intentions, je lui ai proposé de m'accompagner afin de retourner à nos bureaux afin d'aller chercher un dossier ...

Évidemment elle a accepté !

C'est à suivre.

T







vendredi 1 juin 2012

Tellement de trucs

J'ai tellement de trucs à vous raconter.

Trop de belles histoires, toutes plus grivoises les unes des autres.

Toutes plus bandantes les unes des autres...

Mais je manque de temps.

Ma nouvelle vie, mon boulot, mes enfants et mes voyages d'affaires accaparent toutes les secondes de mon existence.

Mais soyez assuré, je vais mettre par écrit toutes ces nouvelles anecdotes de clôtures qui s'accumulent les unes après les autres.

Car voyez-vous, malgré mon silence, Tristan est toujours très heureux.

À plus,

Tristan l'éternel infidèle heureux,


mardi 15 mai 2012

Être propulsé dans une zone érotico-interdite des plus bandante !


Il n’y a rien de pire pour un infidèle notoire que de résister de toutes ses forces à l’appel des jolies sirènes. Lorsque le désir brûlant de vouloir sauter la clôture est tatoué en permanence au plus profond de son âme, c’est clair que rien ne pourra éteindre ce feu ardent.

Et de plus, le fait d’ignorer très fort ces envies à saveur extra-conjugales, cela a eu évidemment comme effet secondaire de me propulser immédiatement dans une zone érotico-interdite des plus bandante.

Fraîchement séparé de la mère de mes enfants, et nouvellement installé dans une relation de couple des plus passionnante, j’ai, tant bien que mal, essayé de camoufler mon désir latent que j’éprouvais depuis quelque temps déjà envers la collègue Sophie.

Pendant plusieurs mois, cette chères alter-ego aux courbes parfaites et aux yeux trop verts, m’a subtilement hypnotisé. Son charme, sa douce personnalité, sa façon d’être avec moi et son comportement de louve ont fait germer dans mes couilles une envie particulière.

Nous avions établis, bien malgré nous, certaines règles pas du tout pertinentes et surtout mis la table pour une relation remplie de sous-entendus à connotation sensuelle. Sophie remplissait ce rôle avec brio. À vrai dire, c’était une championne mondiale.

Sans nécessairement dépasser la mince ligne qui aurait pu me pousser à la culbuter, madame ma collègue aura réussie à me stimuler comme jamais.

Mais à la longue, ses visites surprises dans mon bureau, nos confidences perverses et notre complicité clandestine auront finalement mis le feu au fond de mon Joe Boxer.

Je me savais attiré par cette directrice du marketing, mais je me croyais solide et à l’épreuve de son magnétisme légendaire.

Et bien,,,,c’était stupide de ma part. Et j’ai complètement sous-estimé son pouvoir sur ma personne.

J’aurais du m’en douter...

Combien de fois pensez-vous que je me suis permis des séances de plaisir solitaire en imaginant la belle Sophie ?

Combien de litre de sperme chaud je lui ai dédié au cours de l’année ?

Combien de fois j’ai aspergé, de façon imaginaire, ses voluptueux seins et ses belles jambes nylonnées ?

Voyez-vous,,, pour que j’en fasse une actrices fétiches des mes films pornos imaginaire, il fallait que Sophie occupe une place de choix en moi.

Alors ce qui devait arriver, arriva.

La table était mise.

Le contexte était parfait.

Sophie devenait de plus en plus resplendissante.

Son parfum m’envoutait.

Et mon désir pour elle montait de façon exponentielle.

.... C’est à suivre.

lundi 14 mai 2012

De retour ... plus heureux que jamais, et presque aussi infidèle.


Tenir un blogue sur l’infidélité n’est pas toujours évident.

Pour écrire plusieurs billets par semaine, il faut se sentir inspiré. Il faut vivre. Il faut sauter la clôture et il faut être infidèle.

Malgré mes prétentions presque malsaines à vouloir remplir cette plate-forme de récits grivois, je réalise maintenant que sans la pratique de mon activité favorite, il m’est soudainement impossible de disserter à propos de mes agissements de pervers narcissique.

D’où mon absence chronique des derniers mois.

Que voulez-vous,,,j’étais beaucoup trop occupé à tomber en amour avec ma nouvelle copine Cristina et à réparer ma vie d’homme fraîchement séparé que de me laisser tenter par des plus qu’appétissantes aventures extra-conjugales.

De plus, je croyais aussi que de partager officiellement mon quotidien avec cet ange italien, j’aurais eu le goût de rentrer au bercail des hommes fidèles et heureux.

Mais ce ne fût pas le cas.

Il y aura toujours en moi cette soif de me laisser tenter par une autre qui n’est pas la mienne.

La seule différence maintenant, c’est que j’essaye de me retenir du mieux que je peux. Je ne provoque plus systématiquement les situations rocambolesques et inévitables. Je m’éloigne autant que possible de ces nymphettes aux jambes trop lisses et aux yeux trop pétillants.

Sauf que des fois... et bien c’est impossible.

Surtout lorsqu’il s’agit de la collègue Sophie.

Surtout lorsqu’elle se présente dans mon bureau vêtues de ses plus beaux atouts.

Surtout lorsque j’essaye de lui résister du mieux que je peux.

Et surtout lorsque nous nous retrouvons dans un événement corporatif bien arrosé et que Cristina n’y est pas...

Je sais, ce n’est pas ce qui a de plus noble, mais que voulez-vous, je ne pouvais tout simplement pas lui résister.

C’était la première fois avec Sophie, et probablement la dernière.

Plus de détails dans mon prochain billet.

Tristan de retour dans le merveilleux monde de la clôture,

vendredi 11 mai 2012

Toujours vivant

Je suis toujours vivant,

Ma vie d'homme fidèle n'a pas fait long feu...

Malgré mes bonnes intentions, j'ai eu une délicieuse rechute. Et oui, le naturel est revenu très rapidement au galop.

Je quitte pour le week-end, mais je vous raconte le tout dès mon retour,

Bonne fin de semaine,

Tristan le toujours bien heureux infidèle et pervers narcissique à ses heures !

jeudi 26 avril 2012

Les gènes de l'infidélité....

Malgré mes superbes intentions et mon amour fou pour la belle Cristina, je dois me résigner....

Mon désir de sauter la clôture est toujours présent.

J'essaye d'effacer cette envie brûlante de mon cerveau et de mes couilles, mais il semble que je n'y puisse rien.

Est-ce possible que le gêne de l'infidélité soit présent en moi, en nous ??

Je suis amoureux comme jamais je ne l'ai été de ma belle madame C.

J'ai envie de lui être fidèle. Mon corps, ma verge, mes envies les plus folles ne se dirigent qu'en sa direction.

Mais malgré cet engouement sentimental et sincère que je peux éprouver pour Cristina, j'ai réalisé que mon désir pour la femme d'un autre risque toujours d'être présent.

Je n'y peux rien.

Mon corps, mon âme et ma perversité me poussent à aller tenter ma chance de l'autre côté de la clôture.

Ma plus que désirable collègue Sophie en est l'exemple parfait. Elle s'est pointée à mon bureau cette semaine,,,et, tout à coup, une envie soudaine d'insérer ma verge gonflée de désir dans ses entrailles a subitement refait surface.

Est-ce normal ?

Oufffff


Vais-je résister ??

C'est à suivre.

Tristan, le mec encore fidèle.

jeudi 19 avril 2012

Continuer à écrire

Mon blogue demeure toujours vivant.

En tout cas pour l'instant.

Et il se peut même que je me recommence à disserter à nouveau sur cette incroyable plate-forme qu'est mon blogue à saveur narcissique.

Malgré que j'essaye maintenant d'être un homme fidèle, je pourrais partager avec vous mes difficultés à demeurer dans le droit chemin.

Car voyez-vous, c'est pas toujours évident.

Mes vieux réflexes de sauteur de clôture remontent toujours à la surface...

Ma verge se gonfle toujours de désir à la vue d'une magnifique paire de jambes nylonnées et mes envies les plus perverses se faufilent continuellement au travers mes intentions les plus nobles.

Pour l'instant, l'inspiration n'est pas nécessairement au rendez-vous, mais qui sait, dans un avenir très proche, je risquerai peut-être de me remettre à l'écriture.

C'est à suivre,

Bonne soirée,

Tristan le mec amoureux d'une belle italienne, trop fidèle et toujours heureux de l'être.


mardi 10 avril 2012

Ah la vie d'homme fidèle

Pas très évident ma nouvelle vie d'homme fidèle.

J'aime bien mon nouvel environnement résidentiel.

C'est chaleureux, spacieux et pas du tout aménagé.

Car voyez-vous, un homme fraîchement séparé de sa tendre épouse et vivant dans son nouveau condo n'a pas nécessairement les moyens, ni le temps de meubler l'appartement.

Mes gars trouvent cela vraiment comique. Ils ont l'impression qu'ils viennent faire du camping lorsque qu'ils sont avec moi.

Ma chère ex-épouse affirme avec conviction que ce n'est pas du tout approprié pour eux !! Elle a probablement raison, mais pour l'instant, je n'ai pas du tout l'intention de faire un détour par le très respecté Brault & Martineau de mon quartier.

J'ai un immense lit king pour mes rencontres coquine avec ma nouvelle amoureuse, j'ai un frigo pour garder ma Stella Artois bien au frais, ma chaîne hi-fi et une toute minuscule table de cuisine.

Il ne m'en faut pas plus pour être heureux.

Car, je dois l'admettre,,,, je suis très, très heureux.

Et aussi, je suis super fidèle. En tout cas pour l'instant !!




mercredi 28 mars 2012

C'a y est ...

Bon c'est confirmé...

Ma vie de sauteur de clôture tire finalement à sa fin.

Je passe chez mon notaire cette semaine pour finaliser l'achat d'un petit condo près de la résidence familiale.

Ce sera mon petit chez moi. Rien que pour moi, pour mes deux gars et éventuellement pour ma douce italienne aussi...

Mes enfants ont été informés. Cela ne s'est pas fait sans heurt. Tristesse et larmes étaient au rendez-vous.

Madame mon ancienne officielle part en guerre après moi. Selon ses dires, elle a vraiment l'intention de me laver.

Pour l'instant, je vais avoir la garde des mes deux gars quelques jours par semaine, selon l'humeur de mon ex-épouse. Par la suite on verra.

Quant à ma belle Cristina, elle va venir me retrouver très bientôt. J'ai hâte. Elle a hâte.

Nous allons laisser retomber la poussière et faire les choses graduellement.

Toute cette nouvelle vie qui m'attend me fait un peu peur mais surtout, cela m'excite énormément.

J'ai tellement hâte à la suite des événements.

Et oui, ce blogue va disparaître très prochainement.

Je ne vois plus la raison d'être de cette plate-forme.

Je n'ai plus envie de sauter la clôture.

Et loin de moi l'idée de faussement me proclamer un infidèle heureux si ce n'est plus le cas.

Car voyez-vous, cet espace public m'était un endroit de prédilection pour me confier sans retenue, sans censure, sur une des facettes de ma vie.

Ce n'était surtout pas un prétexte à m'attirer une fausse popularité ni même un semblant de notoriété.

Car malgré mes talents reconnus de pervers narcissique, j'ai toujours été un vrai infidèle.

Mais plus maintenant.


Désolé,

C'est ma vie,

Tristan,


mardi 20 mars 2012

Toujours vivant, toujours infidèle

Et oui, je suis toujours vivant, toujours infidèle, toujours heureux.

Pour l'instant je vais garder mon blogue ouvert.

J'ai décidé que je continuerais à maintenir en vie cette plate-forme tant et aussi longtemps que Cristina et moi ne serons pas officiellement en couple.

Car, jusqu'à ce que je quitte mon épouse, et aille retrouver ma douce italienne, je dois admettre candidement, que je suis toujours un sauteur de clôture.

Mais aussitôt que je débuterai ma nouvelle vie de fidèle heureux, alors là, c'est certain, je tirerai ma révérence et mettrait fin à ce style de vie particulier.

Mais d'ici là,,, vous pourrez toujours me suivre ici.

--------------------------------------------------------

Les dernières semaines ont été riches en rebondissements extra-conjugaux de toutes sortes.

Des trucs pas mal intenses sont venus perturber la tranquillité de nos ébats amoureux, à Cristina et moi.

Vous savez, qui dit nouvelle relation extra-conjugale, dit une femme qui change drastiquement de comportement à la maison.

Ma belle italienne ne se doutait pas un instant que son mari était un homme hyper possessif et jaloux...

Et bien, monsieur son officiel, a décidé de se mettre sur son cas, et de découvrir ce qu'il n'allait pas chez elle.

Un époux ou une épouse suspicieux dispose de beaucoup, beaucoup, beaucoup de patience et de temps afin de manigancer ses actions.

Alors, mardi dernier... alors que l'on se croyait seul au monde, un certain mec était présent aux premières loges pour nous observer...

C'est à suivre.

Tristan le futur divorcé et homme fidèle,,,





jeudi 8 mars 2012

La raison d'être de ce blogue

Je remets sérieusement en question la raison d'être de ce blogue ainsi que ma vie d'homme infidèle heureux.

Je ne suis qu'à quelques pas, voir qu'à quelques souffles, d'aller rejoindre ma belle Cristina pour un nouveau départ.

Rien ne pourra m'empêcher de me laisser emporter par ce tourbillon magnifique qu'est l'amour.

C'est clair qu'aussitôt que ma décision finale sera prise, je tire ma révérence en tant que sauteur de clôture.

Par le fait même, Tristan Lavoie risque d'aller terminer clandestinement son existence au cimetière des bloggueurs...

Parce que oui, je crois à la fidélité en amour...

Bonne soirée,

Tristan le presque futur bloggueur retraité et heureux.








samedi 3 mars 2012

La chaleur interne de Cristina et les frissons qu'elle me procure.


Faire l'amour à Cristina est vraiment une expérience sensorielle des plus mémorables. Elle a un corps parfait, de longues jambes, une poitrine ferme  ainsi qu'une peau des plus délicieuse. Étant une femme qui passe plusieurs heures par semaine dans une salle de gym, pas besoin de vous dire que fermeté et formes athlétiques définissent adéquatement cette douce italienne.

Je crois que de toutes les déesses que j'ai eu la chance d'honorer pendant les dix dernières années de ma vie d'infidèle heureux, Cristina est probablement celle qui possède les attributs physiques se rapprochant le plus des top modèles de ce monde.

Évidemment, la première fois que j'ai délicatement retiré ses vêtements et parcouru chaque parcelle de sa peau avec mes grosses mains rugueuses, j'ai été des plus ébahis. Je me sentais comme un petit garçon dans un immense magasin de jouet. Je n'osais pas croire tout ce que je caressais, je n'arrivais pas à me convaincre de ce que j'avais devant moi, n'était là que pour moi, rien que pour mon plaisir...

C'était trop beau pour être vrai.

Sans trop entrer dans les détails, ni l'endroit exact où madame ma future presque conjointe et moi avons fait l'amour pour la première fois, disons que le contexte fut vraiment très particulier et des plus aphrodisiaque.

Je savais Cristina très douce, romantique, amoureuse et délicate, mais je soupçonnais à peine son petit côté tigresse et femme fatale. Lorsqu'elle se sent appréciée, aimée et désirée, cette plus que parfaite italienne dévoile son plein potentiel et explose tel un grandiose feu d'artifice.

La chaleur de ses entrailles, la réaction de ses mamelons, la volupté de ses caresses ainsi que ses agissements sensuels ont su mettre le feu en moi.

Cristina fait l'amour de la meilleure manière au mode. Elle est tellement confortable, bandante et invitante que cela en est difficile à supporter.

Vous savez, lorsque vous insérez votre verge bien gonflée au fond de la chatte d'une femme que vous désirez depuis un bon bout de temps déjà, l'extase est si intense que l'on arrive difficilement à retenir notre explosion de plaisir.

J'avais énormément de difficulté à ralentir cette progression fulgurante de mon plaisir. J'avais beau penser à mon ancienne souffleuse à neige et à ma nouvelle tronçonneuse, la chaleur vaginale de Cristina semblait vouloir précipiter hors de ma queue ces litres de semence.

Après de longues minutes, ou peut-être même après seulement quelques secondes de grands coups de je t'aime dans son abdomen, j'ai senti la fin arriver.

Je suis sorti rapidement de son nid d'amour, et elle a agrippé, avec douceur, ma verge qui ne demandait qu'à exploser. Avec son plus beau sourire, son regard coquin et une dextérité digne des déesses de l'amour, Cristina a réussis à faire éjaculer mon membre tout partout sur son mignon ventre. Mon plaisir fut mémorable.

L'image de mon sperme blanc sur sa peau immaculée était digne des plus grands tableaux.

Juste à l'écrire et j'en ai encore des frissons... et une érection...


Bonne journée,

Tristan,







mardi 28 février 2012

Petite mise à jour d'un homme heureux et amoureux...

C'est fou le nombre de emails que j'ai pu recevoir suite à la publication de mes derniers billets de blogue concernant mon implication sentimentale avec ma belle collègue Cristina.

Jamais je n'ai vu autant de réactions de la part des lecteurs. Il va s'en dire que cette situation très particulière ne laisse personne indifférent.

Désolé si je ne peux pas donner suite à toutes vos lettres. Ce n'est pas parce que je n'ai pas envie de vous répondre, mais le temps me manque légèrement.

J'apprécie par contre tous vos commentaires. C'est hyper apprécié.

--------------------------------

Cependant, contrairement à mes bonnes vieilles habitudes, j'arrive difficilement à gérer les questionnements de plus en plus persistants et surtout pertinents de mon épouse.

Elle sait trop bien que quelque chose cloche. Ma tête, mon corps et surtout mon coeur sont ailleurs. Ils sont avec ma douce italienne adorée.

De façon générale, j'ai toujours été capable de gérer mon comportement lorsqu'une nouvelle flamme faisait son entrée dans ma vie. Oui j'étais fébrile et excité, mais jamais je n'étais dans une situation similaire à ce que je vis présentement.

Mon officielle voit trop bien que je ne suis pas normal.

Elle se doute, sans aucune retenue, que je n'ai plus de yeux pour elle et surtout, elle ressent plus que tout au monde, que mon coeur est en train de prendre racine dans un nouveau potager.

Je n'ai même plus la force et l'inspiration pour tenter de la convaincre qu'il n'y a rien d'anormal. Cristina me consume trop.

C'est fou.

Je perds le contrôle.

----------------------------

Même ma belle maîtresse de toujours, la chère Jacynthe, se doute de quelque chose.

Jamais je n'avais osé la laisser de côté lorsqu'une nouvelle flamme faisait son apparition dans mon quotidien.
Jamais j'arrêtais de la désirer, et encore moins de la baiser...

Sa douce et confortable chatte m'attirait continuellement, et ce, même si des palpitations plus fortes pour une autre maîtresse me stimulaient. Rien n'arrivait à m'éloigner de ses douces entrailles.

Mais là,,, je n'ai plus du tout envie d'elle. Elle me téléphone pour m'inviter à des petits 5 à 7 coquins et je n'ose même pas lui répondre. Elle m'a laissé plusieurs messages. Elle s'inquiète. Elle a même osé me demander s'il en avait une autre dans ma vie.

Son instinct féminin a décelé quelque chose.


-----------------------------


Et si je devenais fidèle ?

Et si Cristina était celle qui me fait réaliser que je peux aussi être un mec très heureux, tout en étant fidèle. Tout en étant qu'avec une seule femme.

Et pourquoi pas ?

Pour une des premières fois de mon existence j'ai envie d'être l'homme que d'une seule femme.

Cependant, est-ce qu'une petite escapade sensuelle avec mon autre collègue Sophie serait considéré comme une infidélité ?
Même si elle faisait déjà partie de mes fantasmes, avant même que je m'enflamme pour ma belle Cristina ?

Hummmm .... les belles jambes nylonées de Sophie....


Bonne soirée.

Tristan le peut-être futur homme fidèle,




lundi 27 février 2012

Faire l'amour à la belle Cristina

Nos corps se sont finalement unit.

Ce fût une expérience grandiose, remplie de désir, d'amour, de tendresse et de sensualité.

Jamais, à ce que je me souvienne, je n'ai fait l'amour avec autant de passion à une femme.

Cette Cristina m'a complètement envoûté.

Moi qui croyais que j'étais déjà sous l'emprise de son charme, cette communion intime m'a finalement achevé.

Je suis follement amoureux de ma chère collègue. Et oui !

Ce n'est pas un amour ordinaire entre amant-maîtresse qui est en train de naître. Oh que non.

Je le sais trop bien car j'ai un peu d'expérience dans le domaine...

Cette histoire est particulière et cela risque sincèrement de bouleverser complètement nos vies.

J'ai juste trop hâte de passer aux autres étapes.

J'ai juste trop envie de tout chambarder pour elle.

Je sens maintenant que tout est possible.

Elle n'attend que mon signal.

Je n'attend que l'amour...

C'est à suivre.


mercredi 22 février 2012

De l'autre côté de la clôture !!

C'est de plus en plus évident.

Je me sens vraiment de l'autre côté de la clôture.

Cette chère Cristina est vraiment en train d'avoir raison de moi.

Je glisse de plus en plus, et rien ne semble pouvoir m'arrêter.

Que vais-je faire maintenant ??

Espérer seulement que mon divorce se déroule à merveille et que cela ne me coûte pas trop cher. Tant au point de vue financier, qu'au niveau sentimental.

Comment arriverais-je à protéger Cristina dans tous cela ?? Car c'est clair que lorsque ma femme apprendra, tôt ou tard, que je la quitte pour aller en retrouver une autre, elle risque de tout faire pour attaquer ma nouvelle flamme.

Comment arriverais-je à protéger mes enfants de ce chambardement majeur dans leur vie ?
Très difficile à dire.

Vais-je être fidèle à Cristina ? Ou plutôt revenir, un jour ou l'autre, à mes bonnes vieilles habitudes ??

Vais-je être tenté de caresser subtilement les belles jambes nylonnées de Sophie malgré les sentiments que je peux éprouver pour ma belle italienne ?? (j'avoue que je ne pourrais pas résister à Sophie,,,elle me fait trop bander...)

Tant de questions. Tant de changements dans les prochains mois. Tant de bouleversements.

Vais-je oser partager tout cela ici avec vous ? Ou profiter de cette nouvelle dynamique pour m'effacer complètement.

Tout cela est tellement excitant.

Que voulez vous, je l'ai dans la peau cette chère femme !!

Et comme je disais à ma seule et unique collègue Sophie il y a plusieurs mois :

"Il n'y a qu'une femme qui peut me faire flancher dans ce bas monde. Cette femme c'est Cristina. Cette femme est mon point faible et je sais depuis toujours, que si jamais j'ose m'y frotter, je vais craquer..."

Alors c'est fait ! Je m'y suis frotté et j'ai craqué.

Maintenant, il faut assumer les conséquences et aller de l'avant.

J'ai trop hâte à la suite.

Tristan, l'infidèle vraiment heureux...




dimanche 19 février 2012

Mon coeur s'est fait prendre de l'autre côté de la clôture !!

J'ai toujours cru que sauter la clôture était une activité sans risque...

À vrai dire, j'avais la certitude de toujours revenir au bercail et de ne jamais me faire accrocher de l'autre côté de cette fameuse clôture.

Oui il m'est arrivé de me faire prendre par les couilles à quelques reprises, mais jamais de laisser mon coeur s'embourber de cette façon.

Mais, là, j'ai l'impression que je risque d'y rester. Mon coeur, ma tête et mon âme sont pris du mauvais bord. Ils sont avec Cristina et pas à peu près.

Et plus les jours passent et plus j'ai envie de demeurer de l'autre côté.

C'est la première fois que cela m'arrive de toute ma carrière d'infidèle heureux.

Vais-je me laisser tenter par ce nouveau pâturage ??

En tout cas j'y pense sérieusement... Beaucoup même.

Si un jour vous constatez que Tristan a complètement disparu de la circulation, ne vous posez plus de questions.

Cela voudra dire que j'ai pris un virage à 360 degrés et que j'ai complètement plongé.

Je suis en train de glisser, et plus rien semble pouvoir m'arrêter.

Tristan,

mercredi 15 février 2012

Les festivités de la Saint-Valentin

Comment ont été vos festivités de la Saint-Valentin ??

De mon côté, ce fût extraordinaire.

Ma plus que très séduisante Cristina fut vraiment emballée par le cadeau que je lui ai finalement offert. Je crois que j'ai vraiment visé dans le mile.

Je ne sais pas si elle a été contente du cadeau lui-même ou plutôt du fait que j'aille vraiment porté une attention particulière à ce qu'elle aimait, mais sa réaction fut des plus valorisante.

De plus, j'ai eu l'occasion de casser la croûte avec elle en cette journée particulière. Au lieu de se précipiter à un petit resto bondé de couples illégitimes, ma douce italienne a de loin préféré ramasser deux énormes sandwiches afin de les savourer avec moi sur les banquettes de ma voiture.

Notre repas était succulent, mais la séance de baisers passionnés et les tonnes de caresses coquines qui ont suivi ce repas sur le pouce furent encore plus extraordinaires.
Cristina embrasse tellement bien. Je crois que de toutes les femmes que j'ai eu la chance de croiser des lèvres dans ma vie, c'est sa bouche qui s'acoquine le mieux avec la mienne.

N'étant pas un grand fan des sessions de "french" interminables, laissez-moi vous dire que je suis à revoir mes sacro-saintes habitudes de bécottage.

Probablement que je n'avais jamais trouvé chaussure à mon pied, ou plutôt que je n'avais jamais trouvé la paire de lèvres appropriées.

Tout c'a pour dire que Cristina et moi vivons vraiment sur un nuage. Notre relation ne fait que s'améliorer de jour en jour et l'intensité de nos sentiments ne cessent de s'amplifier.

Le seul côté négatif de notre relation.... ?

Cela commence à avoir de solide répercussions sur nos couples respectifs.

Trop même !!



-------------------------------------------------------------


En parlant d'effet secondaire sur notre milieu de vie familial, il est maintenant officiel que mon épouse se doute de quelque chose.

Je suis probablement plus distrait, j'ai moins envie de faire l'amour et mon regard semble être absent.

C'est qu'elle me fait terriblement d'effet la Cristina.

Et malgré que je me crois un professionnel dans le domaine du sautage de clôture, il y a certain trucs que je n'arrive pas à contrôler.

Et les sentiments amoureux que je peux éprouver à propos de ma chère collègue italienne font parti intégrante de cette liste.

De plus, selon les dires de ma presque future bien-aimée, elle aussi de son côté, vivrait les mêmes préoccupations conjugales.

C'est donc dire que l'intensité de notre histoire est véritable.


---------------------------------------------------------


En cette soirée de St-Valentin, j'attendais, complètement nu dans mon lit, avec un verre de vin rouge à la main, mon épouse qui se prélassait joyeusement dans son bain.

Ayant légèrement trop consommé de cette délicieuse bouteille de Toscane, j'affichais un niveau de perversité supérieur à la normale.

Avec ma verge dans une main, je me suis mis à imaginer ma sexy collègue Sophie et toute la belle lingerie qu'elle devait sûrement posséder.

Il n'en fallait pas plus pour que plein de belles images coquines envahissent mon esprit et que ma queue se mette à gonfler instantanément.

C'est une Sophie dans son plus beau porte-jaretelles, et avec des nylons noirs hyper soyeux, qui tapissait merveilleusement bien les parois de ma cervelle pendant que je m'astiquais la verge...

Mon plaisir montait et montait... mais je me devais de retenir toute cette tempête orgasmique au fond de mes couilles car mon épouse était pour m'apparaître d'un instant à l'autre.

Cependant, avant que madame mon officielle ne fasse son entrée dans la chambre des maîtres, j'ai eu le temps d'envoyer un petit courriel coquin à Sophie.

Car oui, il m'arrive de fois, surtout lorsque je suis quelque peu éméché par les vapeurs d'alcool, d'envoyer des messages légèrement pervers à ma collègue la louve.

Et hier soir, c'était dans un état de désir brûlant et avec ma queue bien bandée dans la main, que j'ai fais parvenir ma petite prose érotique à Sophie.

Hummm que je me sentais envahit par un drôle de désir sensuel...

Il n'aurait pas fallu qu'elle soit à mes côtés à cet instant présent....oh que non !!

Chose certaine, lorsque ma femme s'est introduite dans le lit conjugal, c'est un mari hyper dur qui l'attendait.

C'est donc des "grands coups de je t'aime dans l'abdomen", inspirés par madame la louve, qui ont finalement honoré adéquatement ma tendre épouse.

Bonne soirée,

Tristan


mercredi 8 février 2012

La St-Valentin approche à grand pas - Avis aux intéressés !!

La St-Valentin est sans aucun doute une des fêtes les plus commerciale de notre calendrier des événements anodins de l'année.

Pourquoi fêter l'amour seulement en cette journée spécifique du 14 février ?? L'amour devrait être synonyme de réjouissance et de reconnaissance festive sur une base quotidienne. Point final.

Mais la société étant ce qu'elle est, et les femmes de notre vie étant des plus intransigeantes, il n'y a pas moyen d'ignorer cette journée réservée à cupidon.

Ce que j'ai toujours apprécié les jours de St-Valentin, c'est de me retrouver dans un chic petit resto de la ville et de mater tout ces couples illégitimes qui cassent la croûte sur l'heure du diner. Trop mignon. Trop drôle. Trop évident.

Qui inviterait son épouse, son officielle ou sa conjointe à venir luncher en cette journée spéciale ?

Nous les sauteurs de clôture de ce monde préférons garder le souper pour notre femme et ne réservons que l'heure du midi à notre maîtresse...

C'est la moindre des choses.

(Et surtout n'oubliez pas de payer le restaurateur en argent comptant en cette date fatidique...car votre officielle est beaucoup plus attentive à cette période-ci de l'année)

Alors, si vous avez envie d'observer tous ces infidèles heureux à l'oeuvre avec leur amoureuse clandestine, allez arpenter les restaurants sur votre pause du diner ce 14 février... Vous allez rigoler,,, et qui sait, vous pourriez peut-être me voir attablé avec la belle Cristina...


------------------------------------------------

Aujourd'hui j'ai arpenté les commerces du Centre Rockland à la recherche du cadeau parfait pour les femmes de ma vie.

J'ai fait un arrêt à La Vie En Rose pour dénicher un magnifique bustier avec portes-jaretelles pour ma tendre épouse Chantal. Évidemment, j'en ai aussi profité pour acheter une soyeuse paire de bas nylon noir pour s'agencer avec le tout. J'ai trop hâte de la baiser passionnément dans ce magnifique ensemble.

J'ai pris un malin plaisir à flirter avec la vendeuse lorsque je choisissais la dite lingerie. La jeune conseillère était vraiment mignonne et sexy. J'ai même essayé de la faire rougir...
Mais en parfait mec pas très habile que je suis, c'est plutôt moi qui a eu chaud... Surtout lorsqu'elle m'a avoué être une grande amatrice de nylons...

Par la suite, armée de mon petit sac à l'effigie de cette boutique, je me suis dirigé vers une réputée bijouterie. Je me sentais particulièrement inspiré... J'avais envie d'offrir un truc particulier à ma plus qu'exceptionnelle Cristina. J'ai donc réussis à lui dénicher un petit quelque chose qui va lui plaire énormément.

Je connais maintenant ses goûts et ses préférences pour les bijoux, et je suis plus que certain que j'ai frappé dans le mile. J'ai trop hâte de voir sa réaction.

Mais ce que j'ai réalisé cependant, c'est que j'ai investis trois fois plus pour le cadeau de ma future bien-aimée Cristina que pour mon officielle... Oh la la ....

Je sais que ce n'est pas très noble,,, mais combien d'hommes pensez-vous injectent beaucoup plus d'argent sur le présent de leur maîtresse que sur celui de leur femme pour la St-Valentin ??

Beaucoup plus que vous ne pourriez l'imaginer.

En passant, j'ai failli acheter une belle paire de nylon Filodoro pour la sexy collègue Sophie, mais j'ai préféré m'abstenir.

Connaissant ma faiblesse pour les magnifiques jambes nylonées de madame la louve, il est certain que ce petit présent m'aurait occasionné trop de problèmes de Joe Boxer et une panoplie inimaginable de pensées impures à son endroit...

Déjà que j'ai toutes les difficultés du monde à me retenir... je ne voudrais pas trop tenter le diable.

-------------------------------------------------

Encore une fois aujourd'hui, j'ai eu l'occasion de me retrouver très, très, très près de cette chère Cristina.

Nos rencontres intimes se veulent de plus en plus intenses et nos baisers de plus en plus passionnés.

C'est fou le nombre de fois par jour où nous nous retrouvons tous les deux dans l'ascenseur, dans les escaliers de secours ou dans les petits corridors obscurs pour s'embrasser tendrement. C'est juste trop bon. C'est juste trop stimulant. Et c'est juste trop bandant.

Elle me fait terriblement d'effet.

Elle m'attire avec un magnétisme indescriptible.

J'ai toujours envie de me retrouver près d'elle. Sa présence m'illumine complètement et j'ai l'impression que la terre arrête soudainement de tourner lorsqu'elle me regarde droit dans les yeux.

Animée du belle énergie, elle m'a même fait part de quelques trucs assez troublants et intenses. Sans trop entrer dans les détails, disons que cette plus que très belle italienne est vraiment en train de craquer pour moi. Et pas à peu près.

Et le pire là-dedans, c'est que c'est réciproque...


Bonne soirée,

Tristan qui vous souhaite des belles séances de magasinage pour la St-Valentin,,,

mardi 7 février 2012

Les plaisirs de l'intensité avec Cristina

Plus les jours passent et plus le niveau d'intensité progresse vertigineusement entre Cristina et moi.

C'est complètement débile à quel point nous sommes en train de tomber follement amoureux l'un de l'autre.

Ses confidences, ses agissements, son langage non-verbal et toutes ses questions existentielles ne font plus aucun doutes sur ses intentions. Ma plus que très séduisante collègue aux yeux amandes et à la magnifique chevelure ébène ne souhaite qu'une chose : vivre une torride histoire d'amour avec son compatriote de plancher.

Toutes les excuses sont bonnes afin que nous puissions passer un peu de temps ensemble. Nous allons diner ensemble, nous nous évadons quelques minutes dans les escaliers de secours afin de s'embrasser passionnément, allons prendre un café ensemble à la moindre occasion et finissons toujours nos journées sur les sièges de ma voiture dans une petite rue tranquille près de notre édifice.

Plus les jours avancent, et moins je sens où cela va nous mener...

Une chose est claire, elle me plait énormément.

Sa seule présence à mes côtés et ses doux baisers m'excitent terriblement. Elle ne fait qu'effleurer mon genou avec le revers de sa main pour que je bande instantanément.

C'est vraiment palpitant comme relation. Et le pire là-dedans, c'est que nous n'avons même pas eu l'opportunité de s'adonner à une séance de baise torride.

J'ai envie d'elle. De son corps, de ses caresses, de son âme, de son amour et de sa présence dans ma vie...


--------------------------------------

Je commence à remarquer que les gens autour de nous au bureau se posent des questions à notre sujet. Les commérages de corridors et les petits potins futiles à notre endroit progressent tels de la mauvaise herbe dans un potager. Cela semble même être contagieux.

Pour être franc avec vous, cela ne m'affecte pas tellement. Cependant, ma douce italienne au corps de rêve semble un peu plus préoccupée par les commentaires pas toujours très subtiles de ses collègues immédiats.

J'ai aussi quelques collaboratrices qui m'ont posé directement la question... "Tristan, depuis quand t'intéresses-tu autant à Cristina et pourquoi ??"

J'ai cette autre comparse très proche qui accepte mal que j'accorde plus d'intérêt à Cristina qu'à elle même. Cela en est presque un cas de douce jalousie.

Il y a cette très plantureuse portugaise, du service du contentieux, qui m'a surpris à quelques reprises faire les yeux doux à ma presque future bien-aimée et qui, depuis ce temps, me lance des remarques très évocatrices ...

C'est inimaginable à quel point un environnement de travail peut être très fertile à ce genre de comportement.

Il n'y a que ma collègue Sophie qui sait tout. J'ai l'honneur et le privilège d'avoir en elle une alter-ego en or et une confidente des plus incroyable.

Madame la louve connait tout de mon histoire. Elle seule à le droit de se moquer de moi et de passer des commentaires désobligeants. Sophie évolue dans une classe à part.

Et quand elle s'affiche avec ses belles jambes nylonées,,,elle fait VRAIMENT partie d'une classe à part.


Bonne soirée,

Tristan qui risque de prochainement tomber en amour,,,






lundi 6 février 2012

Les irrésistibles jambes nylonées de la collègue Sophie

Je l'ai toujours crié haut et fort : J'adore les lundis.

Quand vous avez un travail passionnant, des collègues sublimes, des activités sportives enrichissantes et une délicieuse Cristina qui vous attend avec son plus beau sourire le matin, il n' y a aucune raison de ne pas aimer ses débuts de semaine.

En tant qu'amateur de la chose adultère, je vous jure, je vois les lundis avec une perspective tout à fait différente !

Donc, en cette journée magnifique, j'ai invité ma sexy louve Sophie à m'accompagner à notre petit restaurant portugais favoris.

Je me suis libéré à la dernière minute et j'ai pris une chance en envoyant un texto à cette collaboratrice en or.

Sa réponse fut immédiate et positive, et ce à mon plus grand plaisir.

Lorsque nous sortons diner de la sorte, je donne toujours rendez-vous à madame la directrice du Marketing devant notre immeuble. J'aime jouer au chauffeur et l'attendre clandestinement devant l'édifice. Cela me rend toujours fébrile et heureux.

N'ayant pas eu la chance d'apercevoir Sophie de l'avant-midi, je n'avais aucune idée de son look du jour.

Vous auriez du voir ma réaction lorsqu'elle a ouvert la portière pour prendre place dans mon véhicule.

WOW !!

Petite robe noire moulante, jambes voilées de nylon noir ultra diaphane, bottes à talon haut et manteau charcoal assortis. Elle était tout simplement irrésistible.

Lorsqu'elle a pris place sur le siège à mes côtés, elle m'a offert un grandiose spectacle. L'amateur de jambes que je suis a été comblé à souhait. Vous auriez du voir la volupté du nylon qui recouvrait parfaitement ses genoux et ses cuisses. C'était à couper le souffle.

Je n'avais qu'une envie, caresser ses jambes.

Après à peine quelques minutes, j'étais hyper bandé. Ma verge était tellement dure que cela en était inconfortable. J'arrivais à peine à me concentrer sur ma conduite et à suivre la route tellement les jambes voilées de nylon de ma voisine de siège m'excitaient. Malgré mes lunettes soleil et mon regard furtif, Sophie savait trop bien que je la matais comme un pervers de la pire espèce. Je la soupçonnais même de porter des bas auto-fixant.

Je résistais de toute mes forces pour ne pas effleurer discrètement ce léger tissus.

C'était la première fois que Sophie m'excitait et me bouleversait de la sorte. Je sentais même des petites goutes pré-éjaculatoire perler de ma verge tellement les sensations étaient intenses.

Je vous jure, si j'avais posé mes grosses mains rugueuses sur elle, je ne donnais pas cher de ma réaction et de mon hyper réaction perverse qui aurait suivi...

Des envies très particulières m'on traversé l'esprit à mainte reprises... Tout d'un coup, je ne voyais plus Sophie comme une collègue... mais comme une charmante déesse prisonnière de mes fantasmes les plus fous.

J'avais hâte d'arriver chez le portugais pour reprendre mes sens.

Pendant la presque totalité du repas je n'étais que partiellement attentif aux douces paroles de ma compagne du moment. À quelques reprises, je me suis même permis d'admirer, sous la table, ces objets de désirs que représentaient les magnifiques jambes de madame la louve. Je ne faisais que bander plus dur.

Les autres clients sur place devaient sûrement se demander pour quelles raisons je me penchais continuellement... héhéhéhéhé.

Ma verge était vraiment à l'étroit dans mon Joe Boxer.

Pendant que j'enfilais mon diner, je n'arrêtais pas d'imaginer mon gland bleuté se frotter délicatement sur les jambes nylonées de ma collègue. Je me serais tellement collé sur elle pour sentir la chaleur se son corps.

Ce fût un repas vraiment particulier.

Et en parfaite perspicace que Sophie est, elle se doutait bien que mon esprit vagabondait sur toutes les parcelles de son anatomie et que je n'étais présent que de corps.

J'étais en sorte de transe.

Tellement, qu'une fois de retour au bureau, il a fallu que je passe me masturber aux toilettes tellement ma sexy collègue m'avait troublé.

J'ai imaginé ses belles mains astiquer agilement ma verge gonflée au dessus ses belles jambes nylonées pendant que mes paluches savouraient mentalement chaque centimètre carrés de sa peau voilée de nylon.

J'ai éjaculé en moins de deux tellement mon désir pour cette femme était puissant aujourd'hui.

Il fallait vraiment que je me vide les couilles car c'est clair que je n'aurais pas pu travailler de l'après-midi...

Elle est forte la Sophie. Mais surtout elle arrive solidement à me faire bander.

Et je rêve de plus en plus à ce jour où je pourrais enfin me décider à caresser ses jambes.


-------------------------------------------

Je dois absolument vous parler de ma chère et tendre Cristina.

Notre belle histoire ne fait que progresser de jour en jour.

Nous sommes probablement en train d'écrire les premiers chapitres d'un merveilleux roman d'amour.

Tout semble indiquer que nous nous dirigeons vers quelque chose d'assez intense et grandiose.

Je ne la considère même pas comme une maîtresse en devenir.

Non, je la perçois plutôt comme une amoureuse en devenir.

Les signes avant-coureur sont tellement forts. Je me sens de plus en plus craquer pour elle, c'est clair.

Mais en même temps tout cela me fait extrêmement peur.

Car pour la première fois de ma carrière d'infidèle heureux, je sens que je vais glisser.

Et plus les jours passent, et plus je suis convaincu que cette fille-là va bouleverser complètement ma vie.

2012 sera une année charnière je crois.

Est-ce que Tristan se fera prendre à son propre jeu ???

C'est à suivre...






vendredi 3 février 2012

Cette chère Cristina, ma vie d'infidèle heureux et Sophie la louve. Vive mon boulot !!

L'intensité de nos rapprochements augmente de jour en jour.

L'évolution de ma relation avec ma collègue Cristina prend la forme d'un crescendo époustouflant.

Il n'y a pas une journée qui passe sans que la chaleur émotionnelle n'augmente d'un cran.

C'est tout simplement exquis.

Moi qui croyait qu'un amour interdit et passionnel avec cette belle italienne serait impossible sans que je me compromettre au niveau de ma relation de couple officielle, je vois finalement une petite lumière au bout du tunnel.

Je n'ai pas encore eu à lui promettre que je quitterais un jour mon épouse pour elle, ni même à lui dire quelques trucs de ce genre.

Cependant, l'intensité de mes sentiments et mon intérêt sans cesse grandissant pour elle parlent d'eux-même.
Elle me voit sincère. Je suis sincère. Je veux lui demeurer sincère.

Je crois que c'est la première femme (à part mon officielle bien entendu) dont je n'ai pas besoin d'afficher ma personnalité de pervers narcissique ni même de mettre sur table tous mes trucs d'arnaqueur des coeurs. Avec ma tendre collègue je suis moi-même. Vulnérable, passionné et légèrement gaffeux.

C'est peut-être pour cela que je n'ai jamais voulu fréquenter une comparse dans mon environnement professionnel. Je n'aurais jamais réussis à faire mon petit théâtre à toutes ces potentielles maîtresses ...

--------------------------------------

Cristina et moi avons presque atteint un point de non-retour.

Nos sentiments de l'un vis-à-vis l'autre sont de plus en plus évidents.

Nous voulons toujours nous retrouver ensemble. Toutes les excuses sont maintenant parfaites pour s'adonner à des rapprochements remplis de tendresse et nos lèvres se recherchent continuellement afin de se souder sensuellement.

C'est évident maintenant. Nous sommes en train de tomber amoureux l'un de l'autre.

Et aujourd'hui, pour la première fois, cette sexy italienne m'a avoué avoir terriblement envie de me faire l'amour. Cela m'a donné une érection du tonnerre. Tellement que mon énorme bosse ne voulait pas quitter mon Joe Boxer de l'après-midi.

Mais le plus drôle dans tout cela, c'est que je n'ai jamais parlé de sexe, ni de perversité et encore moins de mes envies refoulées. C'est elle qui a abordé le sujet. C'est elle qui manifeste un désir de plus en plus  grandissant de vouloir se faire culbuter passionnément par moi.

Ouffffff....

Mais je résiste encore à la tentation. Et ce, pour plusieurs raisons.

Cependant, laissez moi vous dire que plus je me sens tomber en amour avec elle, et plus mes testicules se remplissent de désir pour Cristina.

J'ai envie d'elle comme c'est pas possible. Pas seulement envie de lui faire l'amour. Non, j'ai envie d'elle dans ma vie, dans mon coeur et dans mon quotidien.

C'est juste trop fou.

--------------------------------------

Malgré cette histoire des plus rocambolesque avec Cristina, je dois avouer candidement que je continue d'entretenir une relation hyper particulière avec la très irrésistible Sophie.

Ma collègue, qui possède les plus belles jambes nylonnées de toute l'Amérique du Nord, occupe une énorme place dans ma vie.

C'est vrai que j'ai négligé de parler d'elle dernièrement, mais cela ne veut en aucun cas dire qu'elle a disparu de ma vie. C'est tout à fait le contraire je dirais.

Cette chère alter-ego et moi avons mis au monde une complicité clandestine en béton. Nos confidences, nos échanges et nos petites rencontres autour d'un plat portugais sur l'heure du diner font maintenant parties intégrante de ma vie.

De plus, dernièrement, j'ai eu de folles pensées perverses à propos de Sophie. À quelques reprises, madame la louve est venue s'offrir en spectacle devant moi dans mon bureau. Ses looks hyper sexy, sa démarche remplie de volupté et ses magnifiques jambes voilées de nylon me donnent des érections à répétition...

Un de ces jours, je ne pourrais tout simplement pas lui résister et je risque de lui caresser accidentellement des parcelles de ses jambes...

Juste à imaginer faire cela et ma verge se remplie de sang.

Mais avant même les plus que parfaits attributs physiques de Sophie, c'est le lien particulier qui nous unit qui me stimule continuellement. Je ne pourrais tout simplement plus me passer de sa présence dans ma vie et dans mon environnement de travail.

Je vous jure, j'aime mon boulot. Vraiment.

Tristan,

jeudi 2 février 2012

Le souffle de son haleine me saoule instantanément de bonheur

Ses lèvres sont tout simplement délicieuses. La peau de sa nuque est anormalement douce. La chute de ses hanches me donne le vertige et le souffle de son haleine me saoule instantanément de bonheur.

C'est maintenant officiel, ma plus que merveilleuse collègue Cristina me fait craquer complètement.

Depuis la dernière semaine, plusieurs petits rapprochements intimes ont eu lieu dans certains endroits sombres de mon édifice.

Comme je le mentionnais auparavant, jamais je n'ai ressenti autant de sensations et de palpitations au niveau de ma poitrine pour une femme autre que mon épouse.

À chacune des fois que ses lèvres se posent sur les miennes, à chacune des fois où son regard croise le mien et à chacune des fois où cette charmante dame me lance des mots doux, mon coeur se met à exploser telle une orgie nucléaire.

C'est tellement inhabituel pour moi d'entamer une relation extra-conjugale sur des bases d'affection et de tendresse que j'en perds tous mes repères.

Malgré que cette plus que jolie italienne à un corps de rêve, ce qui me fait bander par-dessus tout ne sont pas ses courbes parfaites ni son comportement de coquine. Non, c'est sa sensibilité, son attitude de nymphe et sa belle personnalité attachante.

Je dois me pincer à tous les soirs pour m'assurer que je ne rêve pas tellement c'est magnifique.

Évidemment, je ne suis pas sorti du bois. Car chaque jour qui passe me rapproche d'une potentielle catastrophe.

Il est clair que tôt ou tard cette plus que parfaite Cristina va demander son du ! Pour l'instant elle accepte temporairement de jouer le deuxième violon, mais il est clair qu'elle semble s'attacher de plus en plus et qu'elle risque de tomber follement amoureuse. En tout cas, tous les signes indicateurs sont là pour le prouver.

Et moi je ne fais rien pour empêcher ce dénouement à saveur romantique. Au contraire, je fais tout pour l'amplifier. Et laissez-moi vous dire que c'est tout simplement magique et magnifique.

Plus les jours passent, et plus j'ai l'impression de perdre le contrôle.

J'apprécie tellement sa présence dans ma vie. Trop même.

Je risque de vraiment m'attacher à cette femme.

Je risque sérieusement de craquer pour elle.

Elle ne fait que poser ses lèvres sur les miennes pour que j'affiche une soudaine érection.

Et le pire là-dedans c'est que mon comportement à la maison a complètement changé. Mon épouse l'a remarqué.

Je ne suis plus le même. J'ai la tête ailleurs. Je suis complètement absent. Mon coeur et mon esprit se baladent continuellement du côté de l'Italie.

J'ai beau essayer de dissimuler tout cela, mais rien n'y fait. Sa présence dans mes trippes doit transpirer par toutes les pores de ma peau.

Je ne sais plus où je m'en vais...

Et j'adore cet état d'ivresse adultère !!

Tristan qui se dirige vers une catastrophe...

dimanche 29 janvier 2012

Tomber en amour avec sa collègue de travail.

C'a y est !!

Je suis en train de craquer solidement pour ma plus qu'extraordinaire collègue de travail Cristina.

Pour être plus précis, je m'apprête sérieusement à tomber en amour avec elle si les événements continuent à se bousculer de la sorte.

Jamais de ma vie d'homme infidèle j'ai senti autant de palpitations pour une femme.

Ce niveau d'intensité est une première pour moi !

C'est vraiment sincère et profond ce que je peux ressentir pour cette sublime italienne.

C'est tellement puissant que cette femme est en train de me faire remettre en question un tas de truc sur ma vie... Il y a plein de choses que je ne vois plus du même oeil. C'est inquiétant, mais tellement stimulant en même temps.

La semaine dernière, après plusieurs échanges ponctuées de déclarations sentimentales, Cristina et moi avons décidé d'officialiser un peu plus notre particulière relation.

Nous nous sommes rencontrés dans les escaliers de secours afin de s'embrasser passionnément.

Nos doux baisers et nos caresses furtives furent des plus incroyables. Il y avait tellement de chaleur, de passion et d'énergie que aucun mots du dictionnaire arriveraient à décrire ce qui pouvait se passer à ce moment précis entre nous.

Je me sens même mal à l'aise d'en parler ici.

J'en avais tellement envie. J'y rêvais depuis plusieurs jours, voir même quelques semaines.

Ses lèvres étaient parfaites et tellement délicieuses.

Le seul problème c'est que je ne l'ai pas embrassé comme j'embrasse habituellement une maîtresse.

Non, je l'ai embrassé comme on le fait normalement avec une nouvelle amoureuse. Avec toute la fébrilité et les sensations que cela impliquent.

Mon coeur s'est presque arrêté de battre tellement cette pause intime dans les escaliers fut déstabilisante.

Je la sentais elle aussi chargée d'émotions et d'amour. Je sentais son coeur battre pour moi.

Il est clair maintenant que cette histoire prend une nouvelle tangente. Pour l'instant, je ne peux prédire dans quelle direction nous nous dirigeons, mais je suis plus que certain que nous venons de mettre au monde un nouveau chapitre de mon existence. Et de son existence à elle aussi.

J'ai tellement hâte à la suite.

Même si je sais que cela risque de causer une tonne de dommage collatéraux !!

mardi 24 janvier 2012

L'art de rouler à 200 km/h et de se diriger droit dans un mur !

Je me sens de plus en plus glisser vers cette chère Cristina.


Vous savez, cette belle italienne, dont j’ai toujours un faible, travaille sur le même étage que moi. Sans nécessairement collaborer de façon directe avec elle, il m’arrivait régulièrement de la croiser. Au fil du temps, j’avais décelé en elle une étincelle, mais surtout, j’ai cru reconnaitre en elle un ange.

J’ai cependant toujours enfouis au plus profond de moi cette attirance que j’éprouvais à son égard. Étant une collègue, je devais m’abstenir d’espérer tout rapprochement intime. Je me contentais seulement de lui offrir quotidiennement mon plus beau sourire.

Dernièrement, poussé par le souffle inspirant de mon autre collègue, c’est à dire Sophie, je me suis laissé emporter et j’ai cogné à la porte de Cristina.

À ma plus grande surprise, cette plus que adorable italienne n’était pas célibataire. En femme parfaitement discrète qu’elle est, elle est arrivée à cacher à l’étage entier qu’elle est en couple depuis plus de deux ans.

Il ne m'en fallait pas plus pour que je pousse mon exploration un peu plus loin et laisse aller mes pulsions de séducteurs opportunistes.

Je ne croyais jamais que cette charmante collaboratrice puisse s'intéresser à moi de cette façon. Oui nos échanges étaient courtois, respectueux et amicaux, mais jamais je n'aurais pu douter un instant que je réussirais à la faire fléchir.

Sauf qu'au fil du temps, une belle complicité s'est installée entre nous.

De petits sourires amicaux, à flirts légers, nos échanges se sont graduellement dirigés vers une poésie coquine des plus agréable.

Et me voilà donc aujourd'hui, devant quelque chose de vraiment déconcertant. Et tellement stimulant. Wow !

Une femme qui me fait revisiter toutes mes théories sur l'infidélité et qui est même en train de semer en moi un doute existentiel. C'est tout dire.

Nos échanges sont de plus en plus intenses.

Mes sentiments à son égard se veulent de plus en plus sincères.

Je me sens glisser.

À vrai dire c'est plutôt comme si je me dirigeais à 200 km/h en direction d'un énorme mur de béton.

Je sais déjà que l'issu de cette histoire, peu importe la direction qu'elle prendra, aura des répercussions et des dommages collatéraux importants.

Je la sens craquer. Je la sens impliquée, je la sens de plus en plus s'attacher à moi.

Quant à moi, c'est la même chose... je ressens les mêmes trucs à son égard.

Et tous les deux sommes conscient des risques que cela impliquent.

Mais nous ne voulons aucunement reculer. Au contraire même. Cette attirance mutuelle nous inspire comme c'est pas possible.

Pour la première fois de mon existence d'homme infidèle heureux, je n'ai aucune idée où cela va me mener.

Je n'ai plus du tout le contrôle.

Elle n'a plus du tout le contrôle.

Nous roulons à tombeaux ouvert en direction d'un mur...

C'est à suivre,

Tristan qui adore sa vie

dimanche 22 janvier 2012

Les risques reliés à mon style de vie

C'est la première fois de ma vie que je me sens vulnérable de la sorte dans le cadre de mes activités illicites de sauteur de clôture.

Oui, je dois candidement avouer, que j'ai toujours été un très bon manipulateur et un assez habile arnaqueur des coeurs féminins tout au long de ma carrière d'infidèle heureux.

Mais, aujourd'hui, c'est différent. C'est tellement différent.

Je me sens maintenant incapable d'opérer de la sorte. Tout cela est de la faute de celle qui vient d'allumer un immense feu en moi.

À chacune des fois où je me retrouve devant la belle Cristina, ce n'est pas le Tristan qui agit. Non, c'est moi et rien que moi à 100 %.

Je me retrouve donc sans protection et complètement fragile devant cette douce femme qui n'espère qu'un signe de ma part.

Ce n'est pas mon Joe Boxer qui me pousse en direction de cette fille, c'est ce que j'ai dans la poitrine...

Et c'est vraiment inquiétant.

Je perds le contrôle...



------------------------------------------


Moi qui a habituellement une facilité déconcertante à camoufler mes activités clandestines à mon épouse, disons que ce week-end, madame mon officielle a flairé quelque chose.

Les femmes ont ce don particulier de ressentir les choses. Et laissez-moi vous dire que ma conjointe était dans tous ses états cette fin de semaine.

Elle sait qu'il se passe quelque chose dans ma vie.

Elle me voit aller...

Elle a peur...

Elle angoisse...

Elle me pose plein de questions...

Et le pire là-dedans,,, c'est que je n'ai même pas eu encore de relation intime avec Cristina.

Je dois me ressaisir sinon le plancher va glisser sous mes pieds...

Mais cette délicieuse Cristina me plait tellement. Vous n'avez pas idée comment !!


-----------------------------------------------


Je n'ai pas du tout envie de profiter de cette charmante collègue italienne et d'en faire du jour au lendemain ma maitresse. Je vais lui dire les choses telles quelles et espérer que la suite des événements se déroule sans anicroche.

Je vais devoir lui être franc malgré que cela risque d'afficher au grand jour ma vulnérabilité...

Elle ne mérite aucunement que je sorte mon petit jeu de manipulateur. De toute façon, j'en serai incapable. Car ce que je ressens pour elle est trop sincère et tellement profond.

Quand je vous dit que c'est une première ...


Bonne soirée,

Tristan qui a trop hâte à lundi matin.







mardi 17 janvier 2012

L'art de ne pas succomber à la tentation...

Cette extraordinaire Cristina me donne de plus en plus de fil à retorde.

Elle est là, toute disposée à me laisser entrer dans sa vie pas la grande porte, mais en même temps, elle ne me laisse pas beaucoup d'espace de manoeuvre.

Contrairement à la plupart des autres maîtresses que j'ai eu dans ma vie, cette belle italienne aux courbes vraiment trop parfaites, n'a pas du tout envie de me faire une petite place dans son existence.

Non, madame C veut me faire toute la place !

Wow !

C'est flatteur, mais en même temps c'est assez inquiétant pour un mec de mon espèce.

Je veux simplement occuper un espace restreint dans sa vie. Qu'une minuscule parcelle de son coeur et de son âme. Rien de plus.

C'est fou hein ??

Ne vouloir qu'un léger pourcentage d'une fille exceptionnelle ! Et oui, c'est moi c'a ! Et c'est la vie que j'ai choisi de vivre.

Le pire là-dedans, c'est que cela va être très ardue comme quête.

Car voyez-vous, la femme normale a plutôt tendance à tout vouloir !

Je pourrais, demain matin, l'embrasser, lui dire que je suis follement amoureux d'elle et que je suis prêt à tout quitter pour aller la retrouver qu'elle m'ouvrirait très grand ses bras, ses jambes, son coeur et sa maison !

Mais comment pourrais-je vivre avec les conséquences de mes actions par la suite ? Comment pourrais-je la regarder droit dans les yeux après ces manipulations égoïstes de ma part ??

J'en serais tout simplement pas capable.

Souvent elle m'ouvre la porte, me pose des questions sur mon épouse, ma vie de couple, sur mon futur conjugal.
Mais jusqu'à maintenant, j'ai bien navigué. Sans nécessairement tout dévoiler sur ma vie, j'ai réussi à afficher une belle franchise tout en lui laissant entendre qu'elle me plaisait beaucoup !

Je dois avouer cependant, que l'appel de son magnifique corps, de sa beauté méditerranéenne et de sa personnalité hyper attachante me titille sérieusement l'esprit et me font souvent avoir des pensées impures.

Ce serait si facile ...

Je me dois résister.

Je me dois poursuivre mon travail ardu et surtout mon travail de vente auprès de cette charmante dame !

Parce que si j'essaye de court-circuiter mes intentions afin de précipiter des rapprochements intimes, je risque de me retrouver avec un sérieux problème sur les bras...

Pour l'instant, je continue à implanter en elle des explosions de bonheur, des soupçons de plaisirs coupables et une légère colonie de papillons...

J'espère que j'arriverai à la convaincre.

En tout cas, demain, je vais encore diner avec elle. J'ai trop hâte.

Bonne soirée,

Tristan,



lundi 16 janvier 2012

Il suffit d'y croire, d'y croire très fort ! Cristina me fait craquer !

Je suis en train de craquer solidement pour ma chère collègue Cristina.

Je me savais depuis un bon bout de temps très attiré par cette plus que délicieuse italienne, mais je n'aurais jamais imaginé capter son attention de la sorte.

Je crois que la fébrilité est réciproque.

Je la sens fondre tout doucement.

Il y a des signaux de sa part qui ne mentent pas... :

"Tristan, à cause de toi, je n'arrive plus à me concentrer au travail"

"Tu as rendu mon cerveau en compote et je ne suis plus du tout productive"


"J'ai un énorme problème maintenant, un problème avec la lettre majuscule T"


"J'ai eu envie de passer te voir à ton bureau plusieurs de fois dans l'avant-midi pour te dire bonjour, mais j'ai eu peur que les gens commencent à potiner à notre sujet"


... et cela continue de la sorte encore et encore ...

Je vous jure, nos échanges de emails, nos petits appels téléphonique courtois et nos pauses-cafés passées à se regarder dans le blanc des yeux me rendent de plus en plus dingue.

Je dois vous avouer que je n'ai jamais craqué pour une femme autre que mon épouse de la sorte.

Cristina est tellement belle. Tellement séduisante. Tellement pétillante. C'est fou !!

Elle a un corps de mannequin, un sourire radieux, une chevelure ébène, des yeux tellement déstabilisants... Tout à fait mon genre de femme quoi.

Elle risque de me faire baver.

Mais c'est ce que je recherche dans une relation extra-conjugale :

Une femme qui fait naître en moi des sensations incroyables, une femme qui est capable de faire battre mon coeur, et surtout une femme qui arrive à me faire tomber en amour par-dessus la tête avec elle...

Wow !!!

----------------------------------------

Cependant, avec honnêteté, il y a un "mais"...

Malgré mon enthousiaste hyper débordant, mes érections à répétitions et mon envie grandissante de vivre une relation extra-conugale exquise avec Cristina, je me dois de lui faire comprendre, avec subtilité, que le type d'histoire que nous pourrions vivre elle et moi, est à cent milles lieux de ce qu'elle appréhende.

Car voyez-vous, Cristina semble craquer pour moi, pour l'homme, mais surtout pour le futur conjoint que je pourrais lui être.

Elle ne me voit pas encore comme un amant potentiel. Pas du tout même !

Cela n'existe pas dans son vocabulaire. Pour Cristina, c'est tout ou rien. Point final !

Malgré les papillons de plus en plus présents qui semblent s'installer entre elle et moi, je vais devoir faire des pieds et des mains pour l'inviter à danser sur mon terrain de jeu.

Je vais devoir utiliser toute mon intelligence d'infidèle heureux pour la convaincre des bienfaits d'une relation clandestine.

Sera-t'elle se laisser convaincre ??

Je l'espère du plus profond de mon coeur. Parce que laissez-moi vous dire qu'elle en vaut vraiment la peine.

Elle en vaut tellement la peine que si nous arrivons à mettre au monde cette relation particulière, je risque de remettre en question certain aspects de ma vie de sauteur de clôture et surtout certain comportements narcissiques... Cela en dit beaucoup.

Rares sont les femmes qui me font tant d'effet.

Et moi, j'ai envie de faire de sa vie un feu d'artifice... De la rendre heureuse et de faire d'elle une personne encore plus belle !

Cette femme-là représente mon plus grand défi. Le défi de toute ma vie !

Je vais réussir.

Il suffit d'y croire. D'y croire très fort !

C'est à suivre.

Tristan, l'infidèle heureux qui devra faire attention de la façon qu'il jouera ses cartes.




vendredi 13 janvier 2012

Problème de gestion des papillons !

Il y a une belle italienne prénommée Cristina qui commence sérieusement à me causer des problèmes de gestion des papillons.

En ce vendredi 13, il y avait beaucoup d'électricité dans l'air...

Et laissez-moi vous dire que je débute mon week-end sur une note extraordinaire.

C'est avec le coeur souriant que je vais parcourir les montagnes enneigées de nos belles Laurentides à la recherche de pistes de loups cette fin de semaine.

Je vous donnerai plus de détails très bientôt.

Tristan qui commence sérieusement à être dans le trouble, mais qui apprécie cet état d'apesanteur exquis que lui procure Cristina.






mardi 10 janvier 2012

La très désirable Cristina ,,, et les belles jambes nylonées de Sophie

Rien de plus stimulant, excitant et enrichissant que la chasse à la femme mariée.

Ma belle Cristina, malgré qu'elle me semble une proie très farouche et qu'elle est loin d'être gagnée d'avance, m'apporte un plaisir énorme.

Le petit jeux de séduction futile qui est en train de s'installer entre nous m'allume au plus haut point.

Comme je le mentionnais dans un billet précédent, madame ma sublime collègue italienne n'a pas du tout l'intention de se laisser séduire par un homme marié.

C'est contre ses principes judéo-chrétiens de fille parfaite, et le fait de craquer pour un homme en couple. et père de famille de surcroit,  irait vraiment contre sa vertu presque parfaite.

Sauf que plus que j'apprends à la découvrir, et plus je réalise qu'elle apprécie ma présence dans son quotidien. Je crois qu'elle commence à devenir accroc à cette belle intensité que j'arrive à lui procurer.

Suite à sa réaction de fermeture intense à mon égard après notre petite séance rapprochements intimes dans l'escalier de secours, j'ai décidé de laisser un peu d'espace s'installer entre nous deux.

Je m'étais promis de luis laisser de 48 à 96 heures de répit afin de la faire baver légèrement. Cependant,  il aura fallu moins d'une demi-journée pour que madame C apparaisse dans mon bureau avec son plus beau sourire, son air coquin et ses yeux anormalement pétillants.

Tout à coup, elle ne m'ignorait plus, et se voulait beaucoup plus volubile et coquine ...

Évidemment, en bon collègue de travail que je suis, je me suis laissé aller et je lui ai offert ce qu'elle venait chercher. Du réconfort, de l'appréciation et mon plus beau sourire de mec heureux de sa présence.

Il s'est suivi par la suite quelques échanges de courriels très intéressants...

Elle me plait cette Cristina.

Elle me fait baver et elle ne m'est pas gagnée d'avance.

Mais mon plus grand défi sera de la convaincre que je pourrais lui être une belle alternative dans sa vie sans que j'ai à laisser ma conjointe, et c'a ce ne sera pas évident !!

Et pour y arriver, demain je vais la faire baver... Je vais de nouveau l'ignorer,, et même pousser l'audace à la rendre légèrement jalouse...

Humm j'ai hâte à la suite.

-----------------------------


Aujourd'hui j'ai été diner à mon petit resto portugais favoris avec ma très adorable collègue Sophie.

Vous auriez du voir son look du jour ! Wow !

Elle était tout simplement sublime.

Des belles jambes nylonées, une jupe épousant à merveilles ses fesses et un chemisier époustouflant nous invitant instantanément au voyage. Cette louve m'hypnotisait.

Tout le long du trajet en direction du restaurant, j'ai pu mater à volonté ses délicieuses jambes. Je portais mes lunettes soleil et madame Sophie ne se doutait pas un instant que je me délectais généreusement à fantasmer sur cette parfaite peau recouverte de nylon.

À plusieurs reprises il m'est venu l'idée de poser "accidentellement" mes grosses mains rugueuses sur ses genoux nylonées. J'ai eu quelques problèmes de Joe Boxer tellement cet excès de volupté m'envoutait.

Malgré que Sophie représente l'idéal de cette louve dont je n'oserais jamais consommer le pelage, laissez-moi vous dire qu'elle est très sexy, bandante et attirante. Souvent des idées perverses traversent mon esprit et viennent agréablement chatouiller ma verge.

Ce fût donc un excellent repas portugais, pimenté par d'incontrôlables érections, que j'ai eu ce midi en sa compagnie.

J'ai juste trop hâte à notre prochain rendez-vous de table !

Et j'ai l'impression, qu'un de ces jours, je ne pourrais tout simplement pas m'empêcher d'effleurer sensuellement  une partie de son anatomie recouverte de nylon soyeux !

Et quand cette journée arrivera, c'est clair que par la suite, je n'aurai pas le choix d'aller me soulager à la salle de bain. Je ferai jaillir cette semence chaude tout en imaginant les douces mains de Sophie me caresser la verge gonflée...

Hummm,,,,oserais-je un jour toucher subtilement les belles jambes de madame la louve ???

C'est à suivre.







lundi 9 janvier 2012

Comment piéger un mec infidèle

Voici un petit vidéo très jouissif.

Une animatrice de radio française (NRJ), avec des talents de séductrice hors-pair, arrive candidement à piéger un mec infidèle.

C'est vraiment trop pissant.

Bon visionnement !







dimanche 8 janvier 2012

La fin des vacances

Nous les hommes infidèles de ce monde prenons un malin plaisir à apprécier secrètement nos retours au boulot après une période de vacances.

Pas que nous détestions passer du temps de qualité avec notre femme et nos enfants dans un contexte festif et relaxant, mais le retour à la routine boulot-métro-dodo est synonyme de reprise de nos activités de sauteur de clôtures !

Disons que les deux dernières semaines ont plutôt été très tranquille en ce qui concerne mes activités extra-conjugales.

Réveillon de Noël, retrouvailles familiales, déballage de cadeaux, souper endormant chez les beaux-parents et semaine paradisiaque de vacances dans les rocheuses canadiennes ont su me tenir très loin de toutes tentations adultère.

Mais demain lundi, c'est le retour au boulot. Enfin.

Qui dit boulot, dit Sophie, Cristina, la belle madame K et toutes ces tentations de plus en plus présentes dans mon entourage immédiat.

Mais savez-vous celle qui m'a le plus manqué pendant cette période d'accalmie dans ce merveilleux monde de la clôture ??

À ma grande surprise ce fût Sophie la louve. Et oui !!

Je dois admettre cependant que j'ai eu plusieurs pensées impures et remplies de fébrilité pour la belle Cristina, mais celle dont j'ai le plus hâte de croiser du regard est sans aucun doute cette chère Sophie.

L'immense complicité clandestine qui nous unit est probablement en train de se transformer en sorte de drogue.

Bien malgré moi, j'en deviens subtilement accroc !

Bien au-delà ses magnifiques jambes nylonées qui me font instantanément bander lorsque je l'aperçois, c'est la relation particulière qui s'est développée au fil des mois qui m'allume le plus chez cette femme.

Cela n'a tout simplement pas de prix.

Je ne considère pas Sophie comme une amie. Je ne la considère pas non plus comme une amante.

Je la considère comme un ange, une alter-ego en or, une personne particulière qui occupe une place unique dans mon existence. Je l'ai toujours dit, je n'arriverai jamais à définir le type de relation que nous vivons. Et c'est parfait ainsi !!

Mais je souhaite à toute homme de la terre de trouver sa Sophie,,, car je vous le jure, votre existence n'en sera qu'agréablement transformée.


-------------------------------

J'appréhende un peu la suite des évènement avec ma chère collègue Cristina.

Cette belle italienne me fait complètement chavirer et craquer.

Tout à fait mon style de femme. Un peu dans la même lignée que mon épouse. Tant au point de vue physique que de l'aspect cérébral. Le genre de déesse à qui je ne peux tout simplement pas résister.

Une femme que je pourrais facilement tomber amoureux et vivre une histoire d'infidélité des plus mémorable...

Sauf que cette charmante Cristina ne le voit pas ainsi.

C'est une grande romantique, fidèle, amoureuse et passionnée qui ne se contentera pas d'être le second violon dans un relation clandestine.

Madame ma collègue à l'accent des plus bandant veut la totale.

Pour elle, pas question que je trompe ma femme. Pour elle, il faut que je quitte ma femme si je veux un jour la posséder, un point c'est tout !

Pas évident pour un mec comme moi.

Avant le congé de Noel, j'ai réussi à lui voler un savoureux baiser très sensuel en plus d'avoir posé mes lèvres de très longues secondes sur sa plus que séduisante nuque. Ce fut tellement exquis et magique comme moment.

Mais à ses yeux je venais de commettre un crime horrible...

Je sais cependant que je l'ai marqué. Je sais que ce comportement pas tellement noble de ma part l'a bouleversé. Je sais qu'elle ne sait plus trop quoi penser et sur quel pied danser.

Suite à ce moment de tendresse dans les escaliers de secours de notre immeuble, Madame C. s'est complètement transformée. Distante, froide et très peu loquace.

J'ai un peu d'expérience dans le domaine, et son changement de comportement drastique à mon égard  était des plus prévisible. C'est le signe plus que évident qu'elle est des plus vulnérable vis-à-vis moi. C'est sa façon de se protéger.

Une proie très farouche qui a peur d'être blessée quoi !

Elle m'a même avoué que je ne pouvais pas faire cela ...

"Tristan,,,,tu ne peux pas, tu ne peux pas, tu ne peux vraiment pas."

J'évolue sur un terrain très glissant.

Je sais que la seule manière que je pourrais éventuellement me rapprocher très intimement de cette femme extraordinaire serait de lui mentionner que ma relation avec mon officielle bat de l'aile et que j'ai l'intention prochainement de quitter mon épouse.

Mais je n'ai vraiment pas l'intention d'aller dans cette direction. Ce n'est pas moi et c'est trop risqué.

Cependant, j'adore les défis à la hauteur de cette Cristina.

Pour l'instant je ne sais pas trop comment aborder la situation, mais je me promets de trouver un angle d'attaque en ce début de 2012 qui me permettra de faire naitre, en elle et en moi, des papillons frivoles et animés.

Ce ne sera pas facile !!

Et je crois que je vais commencer demain en l'ignorant complètement. Je vais créer entre elle et moi un vide immense !

D'ici 48 à 96 heures elle rebondira plus affamée que jamais. La suite on verra.

Mais rien de plus stimulant et enrichissant que des Cristina à conquérir de manière non-conventionelle.

Et au final, la récompense est tellement sublime et gratifiante !

J'ai trop hâte à ce retour au boulot.

Bonne année 2012 à tous.

Tristan le conquérant,,






Archives du blog

Membres