mercredi 23 novembre 2011

Isabella, cette chère collègue portugaise de moins en moins subtile

Plus les jours passent et moins j'arrive à respecter intégralement ma supposé règle concernant les activités extra-conjugales dans mon contexte professionnel.

Loin de moi l'idée de m'adonner gaiement à des séances de "grand coup de je t'aime dans l'abdomen" derrière la porte close de mon bureau avec une charmante collègue, mais plusieurs événements récents m'ont fait réaliser que mon environnement de travail pouvait représenter un endroit propice pour explorer certaines avenues très intéressantes.

Il y a quelques temps, je vous avais parlé d'un certaine collègue portugaise au charme divin. Cette femme très mariée, spécialiste des communications, m'avait apparu comme une potentielle sauteuse de clôture.

D'ailleurs j'avais disserté brièvement à propos de cette chère Isabella dans un billet précédent (http://tristanheureux.blogspot.com/2011/10/nostalgie-cree-par-une-quinquagenaire.html).

Et bien, cette séduisante méditerranéenne à la chevelure ébène s'est drôlement manifestée aujourd'hui.

Assez tranquille au cours des dernières semaines, Isabella s'est montrée plus démonstrative qu'à la normale aujourd'hui.

Ce que j'aime par-dessus tout, c'est que madame la polyglotte ne se doute aucunement de mon style de vie et de ma légère expertise dans l'univers du monde adultère.

Elle imagine probablement que je ne remarque aucunement son comportement coquin envers moi.

Héhéhéhéhé.

J'adore trop passer pour un mec innocent dans le domaine.

Donc en ce mercredi enneigé de novembre, la chère Isabella a refait surface. Et je ne sais toujours pas pourquoi d'ailleurs.

Tout a débuté par son bonjour des plus coquin en ce début de journée. Évidemment, cela m'a ouvert une immense porte et j'en ai profité pour lui mentionné que sa tenue du jour lui allait à merveille. Elle avait un petit ensemble noir qui faisait d'elle une femme très désirable...

Ces quelques compliments presque anodins l'ont probablement plu puisque à peine quelques minutes plus tard, elle n'a pu s'empêcher de me faire une petite visite surprise dans mon bureau.

Par la suite, un peu plus tard en plein milieu d'après-midi, elle est venu me demander conseil pour des trucs concernant sa voiture.
Possédant quelques contacts ici et là, il m'a fait plaisir de la guider vers les bonnes ressources et elle a pu finalement régler ses problèmes.

Son enthousiaste lui semblait débordante et elle s'est joyeusement emporter en me lançant  la phrase suivante :

"Tristan, j'ai trop hâte à ce cocktail de Noel que nous aurons prochainement. Je vais enfin pouvoir t'offrir quelques consommations et ainsi pouvoir apprendre à te connaître plus..."

Et en terminant sa phrase, elle s'est approchée tranquillement vers moi et m'a effleuré avec sensualité l'épaule et le bras.

Son attitude pas du tout normale pour une collègue m'a complètement surpris et presque déstabilisé.

C'était la première fois qu'une femme me touchait de la sorte au boulot.

Et là, vers les 17h30, juste avant de quitter le bureau, elle m'envoie un petit email pour me remercier encore une fois de mon aide et aussi pour me mentionner qu'elle a super hâte à ce party de bureau.

Hummmm

La chère Isabella se veut de plus en plus entreprenante et de moins en moins subtile.

J'aime c'a.

Mais elle n'a aucune idée à qui elle a affaire,,,,, héhéhéhéhé.

-------------------------------------------------------------

Cependant, cette chère Isabella ne possède pas l'audace, l'intelligence et la subtilité d'une Sophie. À vrai dire elle ne lui arrive pas du tout à la cheville.

Oui, au point de vue de la beauté physique, ces deux femmes sont superbes et possèdent respectivement des attributs très bandants.

Mais là où madame la louve se démarque, c'est au niveau de sa sensualité cérébrale.

Sophie est dans une classe à part.

Rares sont les femmes qui ont réussis à me stimuler de la sorte. Et cette chère directrice du marketing y parvient à merveille.

Encore aujourd'hui, elle m'a surpris et m'a fait un plaisir énorme.

Un petit courriel écrit directement de son hôtel des Caraïbes. Rien de très coquin ou révélateur, mais quelques mots bien choisis pour me faire sourire.

Le simple fait qu'elle ai pensé quelques instants à moi pendant ses vacances m'a procuré une sensation des plus agréable. Et le simple fait aussi qu'elle ai osé m'écrire malgré la présence de son conjoint m'a fait encore plus plaisir.

Je l'ai dit, elle possède cette dextérité et cette audace qui m'allument complètement.

J'ai déjà secrètement hâte à son retour.

!!!







2 commentaires:

Anonyme a dit…

A trop chasser ta louve, tu passes a cote de belles autres proies. Si j'étais dans ta peau je profiterais de toutes ces occasions en or. Tes textes sont bons, lâche pas. Jerome

Anonyme a dit…

Je me demande avec laquelle de ces femmes tu vas tenter le coup en premier. Sophie semble pour toi plus qu'une simple proie.

Petite question Tristan: Sophie te fait-elle plus craquer que ta chère Dominica?

Membres