vendredi 15 juillet 2011

Ma nouvelle et très séduisante collègue Sophie ...


Cette semaine, une nouvelle directrice a fait son apparition dans mon environnement de travail.

Habituellement, je ne me laisse pas emporter si facilement par les plus que magnifiques jeunes collègues qui m’entourent. J’essaye, par tous les moyens que j’ai à ma disposition, de ne pas me laisser influencer par leur charme.

Jusqu’à ce jour, je crois que j’ai bien réussi à contrôler ces envies de rapprochements intimes passagers.

Évidemment, à plusieurs occasions, j’ai du m’adonner à des séances de plaisir solitaire afin de chasser ces quelques scénarios pervers de ma tête.

Donc cette semaine, une nouvelle responsable du département du marketing et de la publicité a fait son entrée dans la boite.

Cette chère femme, d’environ 28-30 ans, se prénomme Sophie.

Une femme comme je les aime.

Des yeux verts perçants, une chevelure brune aux épaules, des lèvres pulpeuses et un corps de rêve.

Sophie sera responsable de repositionner l’image de notre entreprise dans certains marchés.
Selon les rumeurs entendus ici et là au bureau, il paraîtrait qu’elle a une superbe réputation dans le milieu et qu’elle fait partie de cette catégorie de jeunes carriéristes qui ont le vent dans les voiles.

Je soupçonne la haute direction d’avoir sorti le magot pour attirer cette plantureuse professionnelle au sein de notre compagnie.

Mon premier contact avec Sophie a été assez brutal.

C’est mon vice-président qui est venu me la présenter.

J’étais assis dans mon bureau lorsque j’ai entendu des claquements de talons sur les planchers de bois. Le «clap, clap, clap» sonnait différemment à mes oreilles.

Je savais que c’était une nouvelle démarche juste au son de ses pas.

Et là, bang !

Elle entre dans mon bureau.

Mon vice-président :

«Tristan, je te présente Sophie, tu sais la nouvelle collaboratrice que je t’avais brièvement parlé lors de notre dernière rencontre...»

Oufff !!!

Sophie avait opté, pour sa première journée au boulot, d’une blouse blanche d’un style «boy shirt» lui arrivant tout juste sous la rondeur lunaire de ses magnifiques fesses.

Évidemment, elle avait pris le soin de libérer les premiers boutons pour être certaine que ses nouveaux collègues masculins puissent entrevoir subtilement son décolleté vertigineux.

Sous cette longue blouse, madame la nouvelle directrice portait un short bleu nuit dépassant à peine le chemisier et nous obligeant de s’y prendre à quelques reprises afin de s’assurer qu’elle ne portait pas qu’un grand haut blanc !

Une fine ceinture brun chocolat venait souligner sa fine taille faisant ainsi ressortir ses courbes et évitant surtout qu’on la confonde avec une infirmière.

En mec attentif, mais surtout en parfait pervers que je suis, j’ai immédiatement aperçus un délicieux soutien-gorge rose, tirant sur l’orange, en dessous de sa blouse blanche.

Pour allonger ses jambes et sa silhouette, ma nouvelle collègue avait osé enfiler d’incroyables escarpins orangés à talons fins de 3’’ de hauteur dont le bout légèrement entrouvert laissait apparaitre de très jolis ongles peints.

Son maquillage était léger, mais oh combien efficace. Son visage dégageait une énergie incroyable que j’ai rarement vu dans ma vie de tous les jours au boulot.

Mais, au delà l’apparence physique plus que parfaite de Sophie, ce qui m’a complètement jeté par terre c’est cette aura incroyable qui l’entourait.

Cette spécialiste de la pub dégageait une tonne d’énergie et de sensualité...

Sa diction était plus que parfaite et le vocabulaire employé lors de nos premières discussions démontrait un bagage académique impressionnant.

Nul doute que j’avais affaire à une femme intelligente, allumée, cérébrale et intense. Elle semblait en plus posséder une confiance en elle inébranlable.

Pas surprenant donc que ce soit elle qui a hérité de ce prestigieux poste de direction tant convoité. Pour décrocher ce boulot au sein de ma firme, il est clair que Sophie devait posséder beaucoup plus qu’un joli minois, une décolleté vertigineux et une démarche de féline.

Je soupçonne plutôt cette jeune femme d’être une professionnelle ambitieuse, audacieuse et dévouée à son travail.

Et en plus, j’ai cru reconnaitre son parfum.... Douce-Amère de Serge Lutens (mais c’est à valider)

Vous savez, des fois dans la vie, il y a des signes qui ne trompent pas.

Lorsque j’ai entendu la douce symphonie du claquement de ses talons progresser vers mon bureau, j’ai senti, et ce même avant de l’avoir vu, que cette nouvelle collègue serait pour me marquer.

Mais lorsque finalement, je l’ai aperçu, toute de blanc vêtu, j’ai ressenti immédiatement que ma vie au bureau ne serait plus jamais la même.


Tristan


4 commentaires:

Ludie a dit…

Ah Tristan!
Tu es:
"in- je sais pas quoi -able!"
Et le must,
cher symphoniste des cliquetis de talons sur Sol,
tu ne serais même pas déçu mais encore plus allumé,
si son prénom caché c'était en fait "Saphia" et qu'elle avait une préférence très marquée pour la gent féminine!...
Tout comme toi Tristan ;-)

Baisers de soutien et d'encouragements.
Cette nouvelle rencontre m'émoustille au plus haut point.****

Bello a dit…

Tu sais, je ne suis pas certain de t'envier. Avoir ce type de créature autour de moi tous les jours dans le bureau serait trop distrayant.... Et dans ma position je ne puis me permettre cela. Mais si tu peux te le permettre, amuse-toi bien!

Anonyme a dit…

Je sens que nous allons avoir beaucoup de rebomdissement dans les prochaines semaines...
Cette nouvelle collègue est-elle mariée ou en couple?? Je sais que tu les préfères comme ça!

Anonyme a dit…

slt tristan,

auras-tu l'occasion de prendre en photo ses longues jambes comme tu as su le faire avec ta belle italienne !?

sauras-tu relever ce défi de la prendre (en photo pour commencer) à son insu !

marc

Membres