lundi 16 mai 2011

Petite vidange de liquide orgasmique après une séance d'entrainement,

Ce que j’aime de mes séances d’entrainement au Nautilus Plus de mon quartier, ce n’est pas tant l’effet bénéfique que l’exercice peut avoir sur mon corps que tant la possibilité de rencontrer une certaine voisine d’origine italienne qui s’adonne à des séances d’entrainement intensives.

Donc ce soir, question de raffermir ma petite bedaine de bière en devenir, j’ai décidé de faire un petit arrêt santé à mon centre de conditionnement physique favoris.
Et, habituellement, les lundi, j’ai la chance de me faire accueillir par la très séduisante et aspirante mannequin Véronique.

Cette préposé à l’accueil de ma succursale Nautilus Plus a probablement le regard le plus bleuté de la galaxie et une paire de fesse à faire baver d’envie tous les dieux grecs de l’Antiquité.

Malgré le charme irrésistible de cette chère employée, je n’avais qu’une obsession : trouver du regard ma belle maitresse adorée sur un des appareils d’entrainement.
Après quelques balayages visuels efficaces, j’ai pu finalement apercevoir ma belle Domenica sur le tapis roulant. Madame ma voisine gambadait allègrement, tel une gazelle, sur cet appareil de torture des temps modernes.

Vous auriez du voir son joli petit cul bien rond dans son legging noir ajusté.

Ouffffffff !!!

Mais ce qui retenait surtout mon attention, c’était bien entendu ses deux délicieux nichons bien ronds et bien moulés par un t-shirt blanc trop ajusté.

Re-oufffff !!!

À chacune des foulées qui propulsait Domenica, ses seins rebondissaient avec volupté. Rien de plus excitant et bandant que d’admirer une poitrine se balancer de la sorte. Il y a quelque chose de vraiment sensuel et bandant dans cette danse mammaire.

Cet excès de stimuli visuel m’a convaincu d’aller proposer un truc pervers à cette très séduisante femme.

Encore une fois, ce soir, j’avais envie que ma belle turinoise me caresse la verge et me fasse jouir entre ses doigts.

Aussitôt ma proposition lancée, Domenica m’a demandé d’aller la rejoindre dans sa voiture à 19h10 tapant.

Disons qu’après cette confirmation, je n’avais plus trop l’esprit à l’entrainement.

Je n’avais qu’une idée en tête : Me retrouver dans le véhicule de ma sexy voisine.

J’ai pris une petite douche rapide tout en essayant de penser à mon ancienne souffleuse ... Disons que je n’avais pas envie d’afficher une érection aux autres mecs présents dans le vestiaire.

Une fois bien lavé, j’ai évidemment vaporisé mon torse et mon entre-jambes de quelques gouttes d’Ambre Sultan de Serge Lutens. Ce parfum a habituellement des vertus aphrodisiaques sur le cerveau et la chatte de ma belle.

Par la suite, je me suis dirigé vers la section arrière du stationnement où une certaine turinoise m’y attendait.

Avec la belle petite pluie romantique qui tombait sur ma banlieue ce soir, nous n’avions pas trop à craindre le regard de potentiels passants.

Mon eau de toilette n’a pas failli à la tâche en cette soirée humide de mai. À peine quelques instants après avoir fait mon entrée dans l’habitacle de ma douce maîtresse, de belles mains manucurées sont venues se déposer sur mon Buffalo Jeans.

Ma belle italienne semblait pressée, mais en même temps, elle semblait déterminée à me procurer frissons et plaisir.

J’ai déboutonné mon jeans, abaissé mon Joe Boxer et offert une verge bien durcie à mon athlète olympienne en devenir. Domenica n’avait qu’une idée en tête... me faire cracher ma semence le plus rapidement possible.

Pour y arriver, elle s’est concentrée immédiatement sur la partie sensible de mon gland.

Elle avait une manière bien particulière de passer son pouce et ses doigts à l’extrémité de mon capuchon après chacun de ses mouvements de va-et-vient.
Sa dextérité manuelle, mélangée à ses sublimes caresses au niveau de mes testicules ont provoqués en moi une sensation pré-orgasmique intense.

J’aimais trop la façon dont Domenica ma masturbait. Moi qui la savait déjà une championne mondiale de la fellation, j’ai découvert en elle une experte de la branlette de voiture. Un nouveau titre mondiale à son palmarès est d’ailleurs à prévoir dans les prochains jours.

Elle sentait mon orgasme très proche et s’amusait à me faire languir. Elle contrôlait tout. Tellement que, elle prenait une certaine satisfaction à me voir torde de plaisir. Je n’en pouvais plus et elle le savait.

Ces manipulations sensuelles, qui étaient accompagnées par un regard pervers, ont finalement eu raison de moi.

J’ai explosé avec force et soulagement tout partout sur ses magnifiques mains. Ma semence chaude et visqueuse dégoutait parfaitement sur ses doigts effilés. Ce jus génital qui arrosait ses phalanges semblait procurer une certaine gratification à ma maitresse.

J’ai eu l’impression d’éjaculer pendant de longues et longues minutes tellement l’intensité était au rendez-vous.

Domenica possède une technique incroyable.

J’aime trop quand elle s’occupe de ma verge de la sorte.

Mais surtout, j’adore trop quand elle me vide les couilles après une séance d’entrainement pas du tout intensive.

Ce soir, encore une fois, je suis rentré au domicile familial avec un énorme sourire et avec quelques millilitres de sperme en moins dans mes testicules.

Qui a dit que la vie d’homme infidèle n’était pas plaisante ??

1 commentaire:

Bello a dit…

j'avoue que ça doit être assez satisfait comme fin d'entrainement. Toutefois je te pose une petite question, la belle Domenica a-t-elle aussi eu droit à un petit plaisir? De mon coté quand ça m'arrive je me sens un peu cheap de prendre mon pied et de ne pas offrir la réciproque.

Archives du blog

Membres