mercredi 20 avril 2011

Suite 104 et divin nectar aux effluves d'un cépage piémontais

En ce mercredi soir de printemps glacial et pluvieux, il n'y a rien de mieux que de se retrouver en agréable compagnie, dans une petite suite de motel.

Vous voulez chasser la déprime de ces journées grises et trop humides ?
Alors trouvez-vous une charmante maîtresse porte-jaretelles et champagne et donnez-lui rendez-vous dans une chambre d'hôtel lubrique.

Rien de mieux pour vous remonter le moral et donner de la vigueur à votre verge que de passer 120 minutes dans les bras d'une sexy femme au coeur chaud et à la chatte fraîchement épilée.

C'est magique, et tellement bon pour le moral.

-------------------------------

Il y avait plus de 10 jours que je n'avais pas eu la chance de passer un peu de temps de qualité avec ma belle turinoise.

Son horaire chargé des derniers temps, ses petits voyages d'affaires et ses obligations familiales ont fait en sorte que nous avons du refouler nos envies charnelles au plus profond de nous.

Cependant, ce soir, à la toute dernière minute, une fenêtre s'est ouverte et nous avons pu se donner rendez-vous au multi-étoilé Motel Idéal de la rue Lajeunesse à Montréal.

Ma sexy voisine est arrivée en premier et m'a fait l'agréable surprise de louer la suite no 104.

Une magnifique et très spacieuse chambre avec un énorme bain tourbillon, un lit king et une chaîne stéréo.

Devinez ce qui m'excite le plus ? Le bain à remous ou la micro-chaine stéréo ???

Héhéhéhéhé


Évidemment, en franchissant la porte j'ai branché mon Ipod et mis en marche ma petite sélection musicale du moment.

Pour accompagner cette petite escapade perverse au paradis de la sieste, j'ai demandé à St-Germain, Gotan Project, Parov Stelar et le suédois J. Axel d'agrémenter musicalement notre soirée.

Les rythmes langoureux, jazzy et trip-hopiens de ma compilation étaient tout indiqué pour le genre d'activités que nous nous préparions à faire.

Ma douce a remplit la baignoire à remous et m'a gentiment invité à aller la rejoindre.

Nous avions plein de trucs à nous raconter. Des trucs vraiment sans importances et aucunement pertinents, mais tellement plaisants, surtout lorsque vous êtes nus, dans un Jaccuzi et accompagné d'une déesse de l'amour.

Notre discussion était tellement banale et sans intérêt, que nous n'avons pas eu le choix de se mettre à se caresser mutuellement les organes génitaux.

Domenica a une façon si unique et bandante d'effleurer ma verge. De plus, lorsque mon membre prend de l'expansion dans l'eau, j'ai l'impression que cela est encore plus excitant.

Chose certaine, ses parfaites caresses ont eu un effet monstre sur mon niveau de dureté phallique.

Ma petite personnalité romantico-gentil-bon-gars s'est instantanément transformée en un côté beaucoup plus pervers-cochon !!

Je n'avais qu'une envie... m'insérer en elle. Sentir ma verge se frayer un chemin entre ses lèvres et sa vulve toute humide.

Ma coquine de maîtresse a poussé un long soupir lorsque mon pénis est finalement entré en elle.
Chaque mouvement de va et vient que je faisais semblait vraiment lui faire du bien.
En tout cas, son langage non-verbal et la moiteur de sa chatte me le confirmait.

Après plusieurs longues et jouissives minutes à faire l'amour dans le bain tourbillon, madame ma maîtresse a proposé d'aller continuer le tout sur le majestueux lit king.

À peine complètement asséchés, nos deux corps nus se sont dirigés sans attendre sur le matelas.

N'ayant pas vraiment eu le temps de perdre ma vigueur, j'ai aussitôt enfouis à nouveau ma verge hyper gonflée au fond de ses entrailles.

Domenica bouillait de l'intérieur. Elle était tellement chaude, sensuelle, romantique et féline.

J'aime trop quand ses mains douces me caressent le dos et les fesses pendant que je l'harponne avec tendresse.

Le tout était vraiment sublime. Aucun mots n'arriveraient à décrire les immenses sensations que je pouvais ressentir lors de ces instants de pur bonheur.

Après avoir profité pleinement de sa chatte humide, je me suis retiré et j'ai offert à ma charmante turinoise un savoureux cunnilingus.

En parfaite petite coquine qu'elle est, Domenica avait pris la peine de m'écrire un email aujourd'hui pour me mentionner qu'elle aimerait que je la fasse jouir avec ma bouche lors de notre prochaine rencontre.

Cela n'est pas tombé dans l'oreille d'un sourd.

Et ce soir je me sentais tellement gourmand.

Et ce soir, sa chatte était tellement délicieuse.

J'ai inséré un doigt en elle, déposé ma bouche sur son clitoris et commencé peindre un tableau avec ma langue.

Son plaisir fût presque instantané et son orgasme très puissant.

J'aime trop la faire jouir de la sorte.

Et en plus, son divin nectar se comparait aux meilleurs cépages piémontais.
Plus on l'y goûte et plus on en veut...

----------------------------------------------

Cette soirée au paradis était fantastique.

Ce soir, encore une fois, j'ai sentis quelque chose d'encore plus fort, de plus profond et plus intense qu'à l'habitude.

Et je ne parle pas de mon érection, de mon orgasme et des sensations physiques ressenties.

Non, je fais plutôt allusion à des trucs flirtant avec mon côté cérébral et émotionnel.


Ouffff


T

4 commentaires:

Anonyme a dit…

As-tu testé le pouvoir aphrodisiaque de ton nouveau parfum Serge Lutens ? Si oui, il semble donc qu'elle ait aimé ton parfum.
Martine

Anonyme a dit…

je me retente de poser ma question.. Si ton officielle te trompait, serais tu facher???

Anonyme a dit…

Je suis vrm décu que ma question reste sans réponse.. C'est bien beau la poster mais tu aurais pu y répondre.. stais pas pour ¸etre méchant mais tout simplement savoir ton pont de vu.

Tristan Lavoie a dit…

Chère Anonyme, désolé si tu es déçus...

Je vais essayer de répondre a ta question en écrivant un billet bientôt

T

Archives du blog

Membres