mercredi 13 avril 2011

Séance de conditionnement physique suivis d'une petite activité de sautage de clôture - Nylon et sperme au rendez-vous.

Rien de tel qu’une petite séance d’exercice au Nautilus Plus après une journée de travail.

Vous savez, quand l’effort physique le plus important que vous avez fait pendant votre journée se résume à répondre au téléphone, à assister à quelques réunions et à reluquer avec perversité les belles jambes nylonées de vos collègues, il va de soi qu’il est plus que nécessaire de s’accorder une petite séance d’entrainement afin de brûler l’excédant d’énergie.

Un corps sain dans un esprit sain. Surtout pour un mec comme moi qui affectionne particulièrement les seins... (humour et jeu de mots très facile, je le sais,,,)

Donc ce soir, j’ai fais un petit arrêt gym avant de rentrer à la maison.

J’aime bien le Nautilus Plus de mon quartier car les réceptionnistes qui y travaillent sont super séduisantes. Mais surtout, une des principales raison pourquoi j’apprécie particulièrement ce lieu, c’est que ma sexy voisine s’y entraine assidument !!

Ce soir, sans vraiment se donner rendez-vous, nous nous sommes donc retrouvés tous les deux au même endroit, à la même heure.

Évidemment, rien n’est plus stimulant et motivant que la présence de sa maîtresse adorée dans son lieu d’entrainement.

Lorsque Domenica a fait son entrée dans l’établissement, mon regard s’est évidemment dirigé vers ses merveilleuses jambes.

C’est plus fort que moi, lorsqu’une créature de rêve pénètre de la sorte dans un lieu, mes yeux sont immédiatement attirés par les jambes.

Fidèle à ses habitudes, ma belle turinoise affichait fièrement son look BCBG qui me fait tant craquer. Jupe noir au genou, bas nylon noir, escarpin mi-talon, chemisier blanc et petite veste assortie.

Faisant semblant de rien, je me suis dirigé vers la réception question d’aller remplir ma bouteille d’eau.
Ma belle italienne m’a offert un magnifique sourire qui a réchauffé instantanément mon coeur.

Je lui ai souhaité un bon entrainement et je suis retourné suer sur les appareils de musculation.

Ma divine maitresse s’est principalement attardée aux appareils cardio-vasculaire tandis que moi je souffrais sur les équipements de torture musculaire.

Mon regard était continuellement fixé sur cette charmante dame au visage de plus en plus rouge.
Et de voir une déesse italienne s’entrainer de la sorte a évidemment stimulé la partie phallique de mon cerveau.

En parfait pervers que je suis, une idée m’a traversé l’esprit.

Une idée à saveur de sperme et de nylon.

Il n’en fallait donc pas plus pour que je m’approche de Domenica.

Je la savais en plein effort et à court de souffle, je me devais donc de profiter de cette opportunité.

Aussitôt arrivé près de elle, je lui lance :

«Hey ma belle, de te voir arriver si jolie, avec tes belles jambes, cela m’a terriblement excité»
«Après ta séance d’entraînement, j’aimerais te faire écouter le nouvel album de Paul Simon dans ma voiture pendant que tu pourrais caresser ma verge ...»

Elle m’a esquissé un merveilleux sourire !

«C’est une bonne idée c’a Tristan» (Mettez-en que c’est une fichue de bonne idée)

Nous nous sommes donc mis d’accord pour se retrouver dans le stationnement extérieur après nos douches respectives.

Je dois vous dire qu’il n’y a rien de plus stressant et embarrassant que de se laver, dans un vestiaire remplit d’hommes, tout en sachant très bien que dans quelques minutes, une superbe femme aura votre verge gonflée entre ses mains douces.

J’avais beau essayer de toutes mes forces de chasser de ma tête ces belles images perverses, l’anticipation de ce mini moment érotique était vraiment tenace et pompait bien malgré moi un afflux de sang élevé vers mon pénis...

Disons que je me suis lavé très, très, très rapidement.

J’ai évidemment profité de l’occasion pour m’asperger de deux petits pouchhs d’Ambre Fétiche d’Annick Goutal. Ce parfum a vraiment un effet aphrodisiaque sur ma belle italienne.

J’ai ensuite pris place dans mon véhicule et insérer le disque de Paul Simon dans mon lecteur.

J’attendais avec appréhension et fébrilité madame mon ange.

Après avoir déposé son sac dans son véhicule, Domenica est venu me retrouver et a pris place sur la banquette des passagers

Pour des raisons de confort et d’intimité, j’ai déplacé ma voiture vers une section du stationnement inoccupée.

Aussitôt installé dans ma nouvelle case de stationnement, ma main droite s’est instantanément déposée sur le genou nyloné de Domenica.

En l’espace de quelques secondes, une énorme bosse avait élu domicile dans mon Joe Boxer. Je sentais mon gland devenir de plus en plus gros.

J’ai caressé à volonté les sublimes jambes de ma divine turinoise. Mes mains glissaient tantôt vers son mollet, tantôt vers l’intérieur de sa cuisse et tantôt derrière son genou. Quelle sensation que de toucher du nylon de la sorte !!

Étant des époux-épouse exemplaires dans chacune de nos familles respectives, nous n’avions que très peu de temps devant nous pour s’adonner à cette mini activité de sautage de clôture.

Domenica m’a donc gentiment ordonné de baisser mon pantalon. J’adore trop quand elle prend ce petit côté autoritaire et dominatrice. Je trouve cela hyper coquin et tellement bandant.

En l’espace de trois secondes, j’avais libéré ma verge gonflée de son habitacle de plus en plus restreint. Ma sexy voisine a déposé délicatement une de ses mains manucurées sur mon pénis. Elle s’est mise à caresser doucement mon gland et stimuler adroitement toutes les petites sections de peau sensible.

Quant à moi, ma main caressait sans retenue ses filodoro noirs. À ma grande surprise, mais surtout à mon plus grand plaisir, Domenica avait pris la peine de ne pas enfiler de petite culotte en dessous de ses bas après sa douche. Rien de plus excitant que d'explorer une chatte épilée recouverte par une mince couche de nylon.
Cela me fait craquer à tout coup.

J’ai donc caressé abondamment son nid d’amour au travers son tissus hyper soyeux. Je sentais sa chatte transpirer de plaisir. Le mince nylon qui recouvrait délicatement sa peau devenait de plus en plus humide.

Madame ma maîtresse a par la suite délibérément augmenté l’intensité et l’efficacité de ses caresses sur ma verge. C’est sans aucune doute la championne mondiale des handjobs.

Je devenais de plus en plus excité et déboussolé.

J’essayais autant que possible de contrôler l’ascension fulgurante de mon plaisir, mais cet excès de perversité, de nylon et de caresses sublimes ne faisaient que précipiter cette envie pressante d’éjaculer.

Je sentais le point de non-retour arriver et devinais mes couilles se remplir abondamment de sève orgasmique.

En parfait maîtresse qu’elle est, Domenica pouvait lire sur mon visage que j’étais sur le point d’éjaculer. La couleur rose-pêche de mon gland se transformait en un mauve-bleu de plus en plus foncé.

Et là, pendant qu’une de mes mains se permettait encore d’effleurer pas trop subtilement ses jambes, ma belle turinoise a délicatement posé son autre main à la base de mes testicules pour les masser habilement. Je n’étais plus capable de retenir l’éruption de mon volcan et j’ai jouis à profusion. J’ai éjaculé avec une telle force qu’une énorme quantité de sperme s’est retrouvée à plusieurs endroits sur ma chemise.

De plus, Domenica semblait apprécier la chaleur de ma semence sur ses mains, car elle continuait à extraire le jus de ma verge avec un doigté déstabilisant.

Avec sa perversité habituelle, ma coquine adorée s’est assurée de bien vidanger mes testicules de tout mon sperme. Mes sensations orgasmiques perduraient encore et encore

Pendant qu’elle s’affairait à bien terminer son travail, mes doigts s’amusaient à stimuler son clitoris au travers ses filodoros.
Son petit bouton d’or appréciait sûrement mes mouvements car le nylon recouvrant sa chatte était de plus en plus imbibé de sa mouille.

Après quelques minutes de sollicitations manuelles, le clitoris et la vulve de ma douce ont décidés que c’en était assez et ont offert à Domenica un puissant orgasme.

Ouffff.

Tout cela, dans un stationnement de centre de conditionnement physique.

Par la suite, j’ai remonté mon Joe Boxer, reconduis ma belle turinoise à son véhicule et suis dirigé incognito vers la résidence familiale des Lavoie.

C’est avec un sourire radieux et des couilles bien vidées que j’ai été accueillis par mon épouse et mes deux gars.

J’aime trop ma vie d’homme infidèle,,,infidèle et tellement heureux.

Tristan,

2 commentaires:

Bello a dit…

Une petite vite dans un stationnement, toujours plaisant, mais toujours un peu stressant....

A. a dit…

En meme temps avoir une relation ou des preliminaires dans une voiture vu l'espace restreint c'est un peu du sport non ?
Donc c'etait dans la logique des choses de continuer sur le parking ;-)
Et puis le coté "on va peut etre se faire prendre" ça a son coté sympa aussi..

Archives du blog

Membres