mardi 19 avril 2011

Retour sur un concours, parfum Serge Lutens et un peu de n'importe quoi

La semaine dernière j'ai lancé un concours sans intérêt (à 5 $) ici même sur mon blogue.

Évidemment que ce concours n'avait rien de vraiment sérieux, un peu à l'image du contenu de ce blogue traitant d'infidélité, comme diront certains ... héhéhéhé.

Qui oserait vraiment prendre au pied de la lettre tout ce que j'écris ici ?

Qui sait, je ne suis peut-être même pas un homme infidèle et heureux de l'être.

Je suis peut-être même à la limite, un mec dépressif, célibataire, et qui essaye de s'inventer une vie...

Peu importe, malgré tout cela, mon très sérieux et vraiment pas sponsorisé concours aura malgré tout réussis à piquer la curiosité de quelques lectrices aux belles jambes nylonées.

Mais, étant donné mon intégrité sans faille et ma très grande transparence, j'ai n'ai pas cru nécessaire faire appel à une firme de surveillance et à un jury trié sur le volet pour superviser le choix de la gagnante.

Je me sentais amplement qualifié pour m'astreindre de cette tâche moi-même.

Après de longues minutes de délibération, mon choix s'est évidemment arrêté sur les sublimes jambes en filodoro couleur cacao de ma belle Domenica !

Pas que les autres candidates n'étaient pas à la hauteur, mais disons que j'avais un énorme faible pour ma belle turinoise et ses nylons !!

--------------------------------------------

Voulant respecter les consignes de mon concours à la lettre, j'ai donc donné rendez-vous à ma sexy voisine à la Sala Rossa pour assister au spectacle de Philémon Chante.

Cependant, une fois rendu sur place, j'ai reçus un message texte de ma belle maîtresse m'annonçant qu'elle devait se décommander.

Snif, snif.

Mais je suis habitué, car voyez-vous, la vie de sauteur de clôture comporte souvent son lot d'imprévus et d'annulations de dernière minute.

J'ai moi-même, à plusieurs reprises, dû annuler des petits rendez-vous coquins à la dernière seconde pour des urgences familiales ou pour un manque flagrant d'intérêt...

Donc, pour noyer ma déception, j'ai décidé de traverser le boulevard St-Laurent afin d'aller prendre une savoureuse St-Ambroise en fût à la Casa Del Popolo.

J'aime ce petit bar-resto végétarien situé sur la Main dans le Mile-End. L'ambiance est cool et sans prétention, mais surtout, la sélection musicale qui parfume l'atmosphère est vraiment surprenante.
Il arrive même à l'occasion qu'ils passent des morceaux dont je n'avais jamais eu le privilège d'écouter auparavant. Wow !!

J'ai donc pris place au bar et me suis empressé de commander une grosse blonde en fût ainsi qu'un sandwich au fromage de chèvre.

À peine installé, mon regard s'est immédiatement détourné vers cette voisine de tabouret.

Une superbe femme, fin trentaine, très longue chevelure noire, yeux couleur ébène et parfumé de quelques gouttes de Coco Demoiselle. Elle prenait place, là, prêt de moi. Je n'arrivais pas à y croire.

Wow, je vous jure, la vie me réserve toujours de belles surprises. Elle était vraiment une femme resplendissante.

Évidemment, en parfait infidèle que je suis, je n'ai pas pu m'empêcher de bomber le torse et de me mettre au travail,,,,héhéhéhéhé.

La charmante dame, masso-thérapeute de profession (hummmm), allait rejoindre des copains pour regarder le premier match Bruins-Canadiens un peu plus loin sur St-Laurent et s'était arrêté à la Casa Del Popolo question de tuer le temps tout en savourant un breuvage alcoolisé.

Cette sexy créature, Dannick de son prénom, s'est avérée être une femme mariée (yeah !!) et très infidèle elle aussi (non, non,,,,pas vrai, j'ai seulement halluciné cette partie)

Nous en avons donc profité de ce moment pour bavarder de tout et de rien. Je me suis même sentis généreux et permis de lui offrir une bière. Quoi ? Je suis malgré tout un gentleman. Infidèle, mais gentleman un peu...

Cependant, malgré qu'elle était hyper séduisante et très bandante, ma belle Dannick n'e pouvait pas concurrencer le spectacle qui s'apprêtait à débuter de l'autre côté de la rue.

Je lui ai avoué candidement, que malgré sa gentillesse et son énorme charme, je devais m'excuser et m'éclipser car quelque chose de plus intéressant m'attendait.

Vous auriez du voir son air ? Hummmm.

Car, je ne crois pas qu'une belle fille de son genre soit habituée à se faire mettre de côté de la sorte au profit d'un anodin spectacle de musique.

Mais c'est mal connaître Tristan.

Comme disait mon grand-père Lavoie, il faut toujours mettre les priorités aux bonnes places...

Mais c'a, je me suis abstenu de lui mentionner.


-------------------------------

Finalement, je n'ai pas assisté au spectacle !

Mais n'allez surtout pas croire que je me suis poussé avec la séduisante Dannick. Non pas du tout même.

Lorsque je me suis présenté à La Salla Rosa, la préposée à la billetterie m'a informé que la prestation débuterait à 21h00 au lieu de 19h00.

Agrhhhh

Moi qui avais promis à mon épouse de ne pas arriver trop tard, le décalage de la performance de l'artiste chambardait mes plans.

J'ai donc décidé de faire faux bond et de remettre à un autre fois cette séance de masturbation auditive.

J'ai donc mis le cap vers le fameux magasin Ogilvy du centre-ville question d'aller magasiner les parfums.

Quelques heures plus tard et 400 $ en moins dans mon porte-feuille, je suis ressortis avec trois bouteilles de Serge Lutens. Une pour mon épouse, et deux pour moi.

J'ai trop hâte d'essayer leur pouvoir aphrodisiaque sur ma belle Domenica.

Et surtout, j'ai trop hâte de vous raconter cette petite séance de shopping au comptoir Serge Lutens du Ogilvy.

C'était trop hallucinant, sexy et irréel.

Bonne soirée,


Tristan,



Aucun commentaire:

Archives du blog

Membres