mercredi 2 mars 2011

Rencontre avec mon avocat

Il y a quelques temps, disons quelques semaines, j'ai eu une rencontre avec mon avocat...

Vous savez, ce spécialiste du droit, qui m'avait grandement aidé à me libérer de la plantureuse et très diabolique Maria.

Sans trop m'éterniser dans les détails, disons que ce cher monsieur et membre du Barreau du Québec, a, moyennant de généreux honoraires, réussi à régler certains aspects extra-conjugaux qui devenaient de plus en plus menaçant pour ma santé et surtout pour l'intégrité physique de ma famille.

À l'époque, ses arguments m'ont judicieusement convaincu de ne pas régler moi-même mes problèmes brésiliens.

Avec le recul, je dois maintenant avouer que ce fût la meilleur chose que j'ai pu faire. Et probablement le meilleur investissement !!

Cela a été d'une efficacité incroyable.

Donc, dernièrement, j'ai eu besoin encore une fois, de renouer avec ce monsieur.

Mais soyez sans crainte, ce n'était pas pour lui demander à nouveau d'impliquer la police et le système judiciaire afin de m'aider à me débarrasser d'une ex-maîtresse devenue trop encombrante et castrante.

Non, je devais consulter les services d'un professionnel du droit pour me conseiller à propos d'une proposition d'affaire que j'ai eu en rapport avec ce blogue.

Une proposition très alléchante, stimulante et potentiellement très enrichissante...

Cependant, étant très frileux et craintif de nature, j'ai cru bon lui demander de relire les documents contractuels, de revoir l'offre sur la table et de finalement me guider dans ma décision finale.

Et qui d'autre que ce super avocat pour m'éclairer dans des dossiers reliés au merveilleux monde des activités extra-conjugales ?

Lui qui connaissait pratiquement tout de ma vie d'homme infidèle, de mes faiblesses et de ma situation professionnelle était évidemment le candidat idéal.

Vous savez, pas vraiment évident de se présenter dans un cabinet d'avocat et d'expliquer, sans rire et sans trop déconner, son style de vie.

Surtout quand les mots qui reviennent le plus souvent dans mon vocabulaire pour décrire la situation sont : maitresse, jambes nylonées, verge gonflée, Motel Chablis, poitrine plantureuse, et masturbation auditive ...

Mais, avec ce cher Maître, je n'ai pratiquement rien eu à expliquer.

Seulement à lui donner l'adresse de mon blogue afin qu'il puisse en prendre connaissance.

Cependant, j'ai réalisé rapidement que de lire le blogue de Tristan Lavoie lorsque le compteur des honoraires professionnels est en marche peut s'avérer être très onéreux ....grrr

Après avoir pris connaissance de quelques pages (oufff) et du contenu général de ce blogue, mon conseiller juridique était en mesure de me fournir ses recommandations.

Et, selon ses dires, il était préférable pour moi, pour ma liberté, pour la protection de ma famille et pour mon bonheur que je rejette cette proposition qui était plus que intéressante et surtout très profitable (j'aurais pratiquement pu prendre ma retraite avant d'avoir 40 ans... héhéhéhé).

Sur le coup, cela m'a complètement éteint. Je remettais même en doute ses précieux conseils.

Mais, avec le recul - je crois que ce fût la meilleure décision à prendre.

Plus les jours avancent, et plus j'en suis convaincus.

Et j'ai encore une fois réalisé que ce qui m'allumait dans la vie, ce qui me transporte et ce qui me permet d'être continuellement heureux n'est aucunement relié à l'argent et à la notoriété.

Et pour rien au monde j'oserai changer les ingrédients de mon bonheur.

Merci Monsieur mon avocat.

Vous savez, il y a quelques années, vous avez sauvé ma famille, mon mariage et ma vie.
Aujourd'hui, vous venez probablement de sauvez quelque chose d'autre : MOI !!

Si vous lisez à nouveau ces lignes (sans que vous me facturiez vos heures,,,) dites vous bien que votre impact dans ma vie a été considérable.

Je vous nomme officiellement l'avocat par excellence des sauteurs de clôtures de la grande région métropolitaine...

Et si un jour, vous voulez mettre une bannière publicitaire de votre cabinet sur mon blogue, cela va me faire énormément plaisir,,,mais soyez assuré que je vais vous facturer des honoraires professionnels considérables !!!

Sans rancune,


Tristan,



2 commentaires:

A. a dit…

Tiens, tiens un avocat et non unE avocatE, etonnant venant de toi...
Moi non plus je n'aurais pas accepté trop dangereux.. Je ne risque pas de mettre ma vie en l'air pour avoir quoi deux trois fans en plus ? Hors de question !!
Et puis sans femme et enfants, si il ne te reste plus que la maitresse (qui par le scandale pas sur qu'elle reste !) ou est l'infidelité là dedans ???? :-)
Au plaisir de te lire et relire...

Ludie a dit…

AvvocatA e diavola
Tu fais bien d'écouter ses précieux conseils. C'est d'abord le bonheur des gens que tu aimes qui conditionne le tien.
Au reste, quel dommage. Vous imaginez les épisodes de la vie de T.L. diffusés à la radio? Ou une série TV?
Les petits épisodes de quelques minutes qu'on attendrait avant de passer à table? Puis on pourrait manger, ou aller se coucher.
Un générique accéléré de notre préféré sauteur de clôture en action: Sourire ravageur et papillons qui s'allument alors qu'il croise une miss du quartier en bas fumés; il se retourne sur la dame qui attend le bus; il aide une superbe cougar à traverser une rue sans danger, la soulageant de son sac à l'enseigne de cosmétique débordant de toutes les emplettes de lingerie qu'elle vient de faire...Pour humer et jeter un regard rapide à son contenu. Clin d'oeil à la caméra etc...
Je me déclare volontaire(avec comme adjoint Marc dont les commentaires témoignent du jugement infaillible, d'accord?), comme jury de sélection pour le casting des créatures dans les rôles des sculpturales maîtresses:
- Les ailes de Mariposa, le dragon de Maria, l'espiègle Daniela, la pétillante Danika, la classieuse Domenicca, Jacynthe la dévoreuse irrésistible.
- Pour Chantal, un sosie de la Princesse Grace.
Ou plutôt rien! Rien ou des dessins sur les visages de tes fils et celui de Chantal. Qu'on te voit toujours passer entre eux et l'objectif si c'était pour embrasser rapidement sur la joue avant de sortir, après gros plan sur ta montre: tu ne dois pas arriver en retard au travail.
Tu fais mine de partir vers ton job, tu suis les panneaux sur quelques rues et puis on aperçoit >>>"MOTEL". On entend le tic-tic de l'indicateur de direction...
Voilà! Frustrée car encore un travail de scribe qui risque de m'échapper. Fais donc un roman photo. Si tu touches en dessin, une série illustrée.
Un bon de commande au bas d'un article un beau jour; Tu planques les cartons dans le box de ta cousine en voyage et tu diffuses discreto.
Suffisait de nous demander. On t'aurait certainement donné les mêmes avis à moindre frais. Avec les économies, tu aurais fait livrer à chaque fidèle qui t'aurait sauvé la vie, quelque échantillon de parfum délicieux; ou une version imprimée dédicacée de tes récits ayant eu le plus de succès .
A*méditer

Archives du blog

Membres