mardi 1 mars 2011

Le faire plutôt que de le dire et arnaque.

Parfois il n'est pas nécessaire de parler.

D'ailleurs, les plus belles rencontres de ma vie ont toujours été le résultat de belles histoires avec des personnes qui le faisaient plutôt qu'avec des personnes qui essayaient continuellement de me le dire ...

Et ce soir, elle n'avait pas besoin d'utiliser des mots pour me convaincre.

De toute façon, cela n'aurait rien ajouté.

Car l'essentiel, elle le vit, et me le fait vivre avec une assiduité contagieuse.

Et l'essentiel, je le vois, je le ressens et je le savoure.

Et dans mon existence, rares sont les femmes qui ont atteint ce niveau.

Il y a mon épouse Chantal,
Il y a Jacynthe,
Et maintenant, il y a Domenica,

Ces trois femmes ont réussis à me convaincre, sans même à avoir à me le dire une seule fois, de l'authenticité de leur sentiments.

Et dans notre monde, il n'y a rien rien de plus puissant comme signal qu'une âme qui transpire...

Mon grand-père Lavoie me l'avait confirmé quelques jours avant sont décès.

"Tristan, les seules femmes que tu rencontreras au paradis après ta mort seront celles avec qui tu auras eu une connexion qui va au-delà les sensations physiques..."



-------------------------------------------


Les rythmes langoureux et trip-hopiens de l'autrichien Parov Stelar (de son vrai nom Marcus Füreder) assaisonnaient mélodieusement l'ambiance de la chambre 104 lorsque mon ange turinois est arrivé.

Il n'a fallut que de quelques battements d'ailes subtils de sa part pour que je puisse remarquer ses effluves aux saveurs de Coco Demoiselle de Chanel.

Ce parfum m'a fait immédiatement craquer et bander. Ce Chanel est, à mon avis, un poème olfactif puissant, pour qui sait le porter avec grâce et assurance.

À mon plus grand bonheur, ses jambes étaient magnifiques, mais surtout elles étaient recouvertes de cette matière soyeuse à laquelle je ne peux habituellement pas résister.

Elle avait même pris la peine de refaire sa manucure. Ses ongles, parfaitement peints de rouge, me prouvaient encore une fois, que cette femme utilise tous les moyens mis à sa disposition pour me séduire. Un peu comme si elle avait le pouvoir de lire et de décoder mes pensées.

Je n'ai pu m'empêcher de la serrer dans mes bras afin de lui démontrer toute mon affection. Affection qui se manifestait par l'entremise de ma bosse énorme qui prenait place dans mon Joe Boxer.

Mon désir pour elle devenait de plus en plus palpable et vertigineux.

Cependant, en presque parfait amant que j'essaye occasionnellement d'être, je me suis éclipsé vers la douche question d'être, à mon tour, à mon meilleur pour elle.

Je sais, j'aurais du m'occuper de ce détail d'hygiène corporelle avant son arrivée, mais j'ai préféré, à mon plus grand bonheur, mettre en place le chapitre musical de la soirée.

Quel moment de perdition agréable que de prendre une douche dans une chambre de motel, alors qu'une créature de rêve vous attend à quelques mètres de là.

La sensation bizarre qui m'envahit à chacune des fois que je fais mousser le savon dans mon entrecuisse et sur ma poitrine à quelque chose de vraiment magique.

Est-ce dû à l'appréhension de pouvoir finalement faire l'amour à ma douce, après quelques jours, voir quelques semaines d'attente ? Ou c'est simplement le fait de me retrouver dans un endroit inhabituel dans le cadre d'une relation clandestine ?

Chose certaine, cette séance de nettoyage arrive toujours à m'exciter.

Une fois lavé de tous mes pêchés, j'ai accepté volontiers le verre de vin italien que ma sexy voisine m'a offert.

Après avoir ingurgité quelques gallons de ce jus de raisin de Toscane, nous nous sommes allongés sur le lit afin de discuter des plus récents potins de notre quartier.

Domenica et moi avons une façon bien particulière de potiner sur les gens de notre voisinage.

On le fait selon les coutumes ancestrales du Motel Idéal de la rue Lajeunesse...

C'est à dire, avec ses belles jambes nylonées bien enroulées autour de moi et ma verge bien gonflée au fond de ses entrailles !!

Domenica arrivait, malgré l'intensité de mes coups de je t'aime au fond de son abdomen, à me raconter les plus récents déboires enneigés de sa voisine.

Après de longues minutes de discussion de quartier, et un orgasme féminin fortement pimenté, je n'ai pu faire autrement que d'exploser de toute mes forces en elle.

Mes spasmes orgasmiques ont été anormalement longs en ce mardi soir. Est-ce le signe que ma belle italienne me plais de plus en plus ?

Je dirais que oui !

Cette soirée fût magistrale, bandante, nyloneuse, jouissante et touchante.

Domenica, cette femme dont j'ose à peine nommer "ma maîtresse", réussit de plus en plus à me déstabiliser, me marquer et me faire réaliser à quel point je m'attache à elle.

Son énergie, sa sensualité, sa façon de me faire l'amour et la beauté de sa personnalité arrivent à me convaincre de plus en plus ...

-----------------------------------------


Devinez qui part en dehors du pays pour les deux prochaines semaines ?

Le mari de Jacynthe.

Et devinez qui m'a téléphoné aujourd'hui pour me l'annoncer ?

Héhéhé.

Jacynthe en a aussi profité pour m'inviter à faire le DJ à une soirée qu'elle tente d'organiser chez elle la semaine prochaine.

Et selon ses dires, il risque d'avoir que le DJ et elle-même de présent à cette petite fête particulière.

Serais-je en train de me faire arnaquer et manipuler ?

C'est à suivre !

Tristan,



1 commentaire:

Anonyme a dit…

héhé, sauras-tu faire éclore cette Jacynthe sous le feu de ton objectif, et nous faire partager encore quelques clichés savamment distillés sur ton blog !?
Afin que l'on puisse savoir qui de Jacynthe ou Domenica à notre préférence !

see ya

Archives du blog

Membres