lundi 28 février 2011

Les trucs du métier dans ce merveilleux monde de la drague adultère.


Aujourd’hui, suite à de très nombreuses demandes de la part de confrères sauteur de clôtures, je vais partager avec vous mes quelques trucs du métier concernant la drague.

Pas des techniques de flirt habituelles ! Non, des astuces spécialement développées pour nous les hommes mariés, à la recherche de la maîtresse idéale (et elle aussi mariée !!)

Évidemment, comme tout le reste de mes écrits, cela n’a vraiment rien de très scientifique et fait presque parti de la catégorie du n’importe quoi !


Ma règle de base numéro un dans ce merveilleux monde de la drague adultère est celle de la transparence.

Ne jamais cacher le fait que vous êtes marié. C’est la pire erreur à faire. Mentir sur sa situation matrimoniale risquerait de vous mettre dans des situations très embarrassantes et au dénouement presque suicidaire.

De toute façon, dites-vous bien qu’il y aura toujours une quantité phénoménale de belles femmes, qui seront mystérieusement attirées sexuellement, par nous les hommes portant une alliance… (héhéhéhé)

L’autre règle importante à suivre lors de vos activités de séduction est de toujours protéger vos arrières.

Vous devez en tout temps faire preuve de subtilité tout en employant au maximum des sous-entendus lors de vos premières tentatives.

Il faut que vous évitiez à tout prix de passer pour le pire coureur de jupons de votre entourage. Aucune femme mariée n’a envie de tomber dans les pièges d’un homme à la réputation peu enviable. Elles doivent en tout temps avoir l’impression que vous allez vivre avec elle votre première aventure extra-conjugale.

Un autre point important à établir rapidement, ce sont les intentions cachées de la déesse que vous essayez de séduire. Il faut trouver une façon de découvrir si, elle aussi, elle se sent prête à sauter la clôture.

Évidemment il ne faut pas lui demander directement.

Mon truc : La faire parler. Lui poser des tas de questions et l’écouter attentivement.
Une femme intelligente arrivera toujours à faire passer son message. Peu importe la manière et le type de langage, elle va réussir à transmettre ses envies.

Aussi, ce que j’aime faire, dès le départ, c’est moi aussi envoyer une sorte de message, ou plutôt, un genre de question, à la manière que l’on lance un appât à la pêche.

J’utilise, de façon générale, cette technique :

Lorsque je suis en compagnie d’une potentielle maîtresse, j’essaye de parler de quelques filles mignonnes de notre environnement immédiat.
Je prends la peine d’en choisir au moins une célibataire et au moins une en couple. Et là, je lâche ma super phrase :

« Tu sais, Madame X (la célibataire) est très jolie, mais je préfère de loin Madame Y (la mariée), parce que vois-tu, avec une fille comme elle (Madame Y, la mariée), je suis certain de ne pas recevoir d’appel compromettant les week-ends … »

Je vous jure, avec une phrase de ce type, vous venez d’établir, de façon très subtile, que vous recherchez une aventure torride, avec une femme engagée, mais que vous voulez garder votre relation amoureuse actuelle intacte et bien au chaud !

Sur le coup, et de façon générale, votre future maîtresse ne réagira pas. Elle restera indifférente à tous ces signaux. Cependant, soyez assuré, que si elle est le moindrement intéressée à vous, elle refera surface très rapidement.

Par la suite, dès que vous sentez qu’une certaine complicité s’est installée entre vous et madame votre future maîtresse, vous pouvez passer à l’étape suivante; c'est-à-dire la déstabiliser.

Il faut que vous soyez attentif et à l’affût afin de trouver quelque chose qui pourra la marquer et la faire sortir de sa zone de confort. En quelques mots, elle doit être brassée.

Une femme mariée vit dans un monde empreint de routine. Ses journées sont planifiées au quart de tour. Elle a d’enfouie au fond d’elle ce besoin de nouveautés, de fraîcheur, d’escapades et de bouleversement sentimentaux.

Lorsqu’elle rentre chez elle le soir, elle doit réaliser que quelque chose de particulier vient de lui arriver. Quelque chose de beau, de différent et de mémorable. Vous devez être celui qui lui apportera cette nouvelle dimension sur un plateau d’argent.

J’aimerais vous dire un truc infaillible, mais, dites-vous bien que chaque fille est unique. À vous de trouvez !

C’est un peu comme aller à la chasse aux prédateurs; il faut vraiment être attentif à tous les signaux, apercevoir et analyser toutes les pistes et être prêt à faire feu rapidement lorsque la proie sera à découvert …

Une fois que votre potentielle a été déstabilisée, j’aime bien faire évoluer mes activités de séduction vers le chemin de la confiance. Pour ce faire, j’essaye de partager un petit secret avec ma future déesse de l’amour.


Rien de tel que des belles confidences intimes et juteuses. Cela a pour effet d’augmenter le sentiment d’attachement qu’elles peuvent ressentir pour nous.

Par la suite, je vous suggère d’écoutez vos feelings. Habituellement, notre petite voix intérieure dit toujours vrai, même si nous ne voulons pas toujours l’écouter.

Si au fond de vous, vous sentez que c’est dans la poche,,, alors foncez. Faites un premier pas pervers et sensuel vers cette femme.

Osez quelque chose de différent.

Habituellement, on essaye toujours d’embrassez la fille afin de sceller l’issue de notre match de séduction. Dans mon cas, je vise autre chose.

Avec ma belle Domenica, j’ai passé mes mains sur ses belles cuisses nylonées. J’ai caressé avec passion et sans subtilités ses jambes voilées de nylon noir soyeux. Ce fût mémorable et bandant.

POINTS IMPORTANTS :
  • Ne jamais parler en mal de votre épouse.

  • Ne jamais trop insister dans votre démarche et dans votre flirt. Si vous ressentez une certaine réticence de la part de votre proie, reculez ! Vous êtes un homme marié après tout.

  • Évitez les jeux de séduction via la messagerie texte. Trop risqués. Utilisez les bonnes vieilles méthodes qui ont fait leur preuves à travers les époques : Un magnifique sourire, un appel téléphonique et un petit geste coquin.

  • Comme tout bon chasseur, il faut se concentrer que sur une proie à la fois. Cependant, si votre gibier vous glisse entre les mains, évitez de vous acharner et partez la recherche de nouvelles pistes fraiches.

  • Continuez d’avoir une vie palpitante, passionnante et excitante. Ne pas modifier votre train de vie pour une future maîtresse. Votre relation extra-conjugale ne doit pas remplir votre vie. Elle doit l’agrémenter.

Et, finalement : amusez-vous, baisez, caresser du nylon, asperger ces belles poitrines de votre sperme chaud et éclatez-vous. La vie est trop courte, alors il faut en profiter au max !


Tristan,

samedi 26 février 2011

Recommandation musicale : Parov Stelar- A Night in Torino

Parov Stelar, de son vrai nom Marcus Füreder est un compositeur de musique électronique/Trip Hop autrichien.

Il a une façon bien spéciale de mélanger judicieusement les sonorités électroniques avec des cuivres jazzy.

Voici donc, spécialement pour toutes les jolies turinoise vivant en sol Nord-Américain, la pièce : "A Night in Torino"

Bon week-end !



jeudi 24 février 2011

Quelques photos de la sexy Domenica en bas nylon noir - pour voyeurs seulement

J'arrive à l'instant d'une petite séance de photographie très bandante avec la seule et unique Domenica.

Madame ma voisine s'est prêtée au jeu et m'a offert gracieusement ses jolies jambes voilées de nylon. Quel plaisir que d'avoir l'opportunité de jouer au photographe avec cette déesse de l'amour.

Alors pour vous ce soir, en exclusivité, voici les premiers clichés de la plus sexy des italiennes en sol Nord-Américain.

J'espère de tout mon coeur que ma belle ne tombera pas sur mon blogue ... Sinon je risque de passer un mauvais quart-d'heure !!



Bonne soirée.













mercredi 23 février 2011

Séance shopping bandante chez Simons et recrutement de stagiaires infidèles

Mon imagination perverse et mes pensées fétichistes n’ont pas cessées d’alimenter les cellules grises de mon cerveau suite à la publication de mon billet de hier.

Je n’ai qu’une envie : faire, à nouveau, une séance de photographie avec mon mannequin italien favori. Pas un « shooting » normal, non, une session ou le nylon, les orteils peints en rouge et le décolleté plongeant de Domenica seront à l’honneur.

Malgré mon horaire chargé de ces temps-ci, j’ai réussi à me trouver un petit bloc de 2 heures dans mon « agenda ».

Mais encore mieux, j’ai utilisé tout mon charme et mes pouvoirs de persuasions pour convaincre ma sexy voisine de se faire disponible et surtout très docile pour ce jeudi soir.

Sa réponse fût flamboyante et extrêmement bandante.

« Oui, Tristan, je suis plus que excitée à l’idée de me retrouver avec toi dans une petite suite d’hôtel pour me laisser prendre en photo par toi »

« Et, cette fois-ci, j’apporterais plusieurs paires de bas de nylon noir auto-fixants ainsi que mon nouveau bustier spécialement acheté pour toi … »

Wow !

Quel bonheur !!

Je me croirais au paradis.

--------------------------------------

En parlant de nylon, rien de plus agréable et de stimulant que de recevoir une belle photo de sa désirable maitresse avec son achat du jour recouvrant ses belles jambes.

Domenica s’est empressée de m’envoyer une délicieuse photo de ses nouveaux nylons couleur lin qu’elle venait tout juste de se procurer.

Instantanément, lorsque j’ai ouvert la pièce jointe de son courriel et que j’ai aperçu cet excès de beauté, un afflux énorme de sang s’est dirigé vers ma verge qui devenait de plus en plus grosse.

C’est toujours la même histoire :

Jambes nylonées+photos+Tristan=Bosse énorme dans mon Joe Boxer.

Et quand je bande automatiquement de la sorte, je n’ai qu’une seule envie,,,, me vider les couilles.

De plus, cette chère Domenica m’écrit :

« J’ai l’intention d’aller faire une petite virée au Simons du centre-ville pour regarnir mes tiroirs avec des nouveaux paquets de bas de nylon ! »

Si elle savait l’effet que ce petit message a eu sur moi ! C’est fou.

Je dois d’ailleurs trouver une façon discrète de lui faire part de mes recommandations pour guider ses achats.

Et si à la place, j’y allais avec elle?? Hummm

-----------------------------------



Dans un autre ordre d’idée, la semaine prochaine je commence le processus de sélection et d’embauche de stagiaires pour la période estivale.

Dans le domaine ou je travaille, il est très fréquent, même recommandé, de faire appel à des étudiants-étudiantes pour nous aider dans certains projets.

Et, c’est à moi que revient cette « lourde » tâche …

Je ne sais pas pourquoi, mais j’ai l’impression que les trois postes qui sont vacants dans mon département seront comblés par de jolies et séduisantes stagiaires.

J’aime trop cette portion de mon travail.


Et, si elles arrivent en tailleur et bas de nylon noir, et bien, soyez assuré qu’elles risquent fort bien de recevoir un traitement de faveur. Elles vont définitivement passer en avant des autres candidats. Parole de Tristan.

Alors, si vous êtes une étudiante, et que vous avez une entrevue de prévue au cours des prochaines semaines, alors, il est possible que vous me rencontriez…

Si c’est le cas, vous savez quoi faire pour obtenir le poste.

Vive la vie des gens heureux et infidèles !!!


mardi 22 février 2011

Les photos perdues des jambes en nylon de ma belle italienne et le Loblaws de Saint-Bruno

Comme vous le doutiez probablement déjà, sauter des clôtures est une de mes activités favorite.

Ma vie d'homme infidèle et heureux fait partie intégrante de la liste de choses qui m'allument et me passionnent.

Liste qui compte, bien entendu, musique, vin rouge, tennis, photographie, jambes nylonées et chasse aux prédateurs dans les vallées enneigées des Hautes-Laurentides.

Cependant, ces jours-ci, je n'arrive pas à trouver assez de temps pour m'adonner à mes passe-temps favoris.

Voyez-vous, malgré tout l'amour, la passion et l'intérêt que je peux avoir pour ces trucs qui me font vibrer, ce n'est pas ces éléments jouissifs de ma vie qui arrivent à remplir mon compte de banque et à payer l'hypothèque...

Alors, il faut ce qu'il faut, je me retrousse les manches et je passe au travers ces semaines anormalement occupées au boulot !!

Et par la suite,,,, héhéhéhé....je me remets à pratiquer, à temps plein (ou presque) mes activités préférées.

------------------------------------------

Un lecteur fétichiste de jambes nylonées est tombé sur mon blogue en faisant des recherches sur Google.

Ce mec, éperdument obsédé de ce tissus soyeux recouvrant les plus belles jambes de la terre me mentionnait qu'il prenait son pied (sic) en lisant mes récits...

Tant mieux pour lui !

Mais, ce que j'ai retenu le plus de son commentaire, c'est qu'il aimerait bien que j'affiche publiquement, quelques photos des jambes nylonées de ma belle Domenica sur mon site !

Et pour être honnête avec vous, je crois que c'est une excellente idée. (C'est pervers, et j'aime tout ce qui est pervers !!)

Voyez-vous, il y a de c'a quelque temps, ma belle Domenica et moi avons improvisé une petite séance photo à la Helmut Newton dans la suite 105 du Motel Idéal de la rue Lajeunesse.

Ma belle italienne m'a offert le plus beau cadeau qu'un homme comme moi puisse espérer recevoir de toute sa vie...

C'est à dire l'opportunité de prendre des centaines de belles photos de ses jambes en nylon.

Elle avait même pris la peine, pour l'occasion, d'apporter quelques échantillons nylonneux de son immense tiroir à bas.

Plusieurs clichés incroyables et ultra bandants de ses jambes, sa chatte, ses mollets et ses fesses recouvert de nylon avaient été pris.

Évidemment, cette séance de photo mémorable a provoqué en moi des énormes érections et des pertes de contrôle insoutenables.

Le tout s'était bien entendu terminé par une petite discussion paisible autour d'une tisane à la camomille !

Mais le seul hic, c'est que lorsque je suis arrivé à la maison, j'ai du effacer immédiatement le contenu de ma carte mémoire de ma Nikon D-300.

Sans entrer dans les détails, disons que j'ai du agir rapidement suite à une mauvaise planification de ma part. Honte à moi et à ma mauvaise gestion de la logistique du moment.

L'effacement non prévu et soudain du contenu de mon appareil numérique était rendu nécessaire, sinon je risquais de me trouver pendu par les couilles dans le sous-sol familial ou bien déchiqueté en petits morceaux par une épouse éprise d'une colère non-contrôlée.

Tout c'a pour vous dire que j'ai failli avoir de merveilleuses et très excitantes photos des plus belles jambes d'Amérique du Nord disponible pour être affichées sur ce blogue.

Est-ce que Domenica aurait apprécié se retrouver comme objet de convoitise sur ce blogue ?

Hummm....Ce que l'on sait pas, ne fait pas mal habituellement.

Est-ce que j'aurais eu le courage de mettre ces merveilleuses photographies ici ? Pourquoi pas !

Chose certaine, cela me donne le goût de pousser l'audace, et de demander à nouveau à ma belle de remettre cette séance fétichiste à l'horaire au cours des prochaines semaines.

Cette fois-ci, je vais tout faire pour ne pas saborder le contenu de ma carte mémoire afin d'éviter la pendaison testiculaire.

Je vais m'organiser pour convaincre ma belle déesse italienne de m'offrir généreusement, encore une fois, ses jambes nylonées.

Et qui sait, vous aurez peut-être droit à quelques photos afin de vous rincer l'oeil.

Et, de mon côté, je vais implorer tous les Saints du ciel (et les seins de la terre) afin que Domenica ne tombe par hasard sur mon blogue, et découvre, certaine parties de son corps exposées en pâture aux pervers que vous êtes.

Parce que si un jour, elle tombe sur le blogue de Tristan Lavoie, alors là, je vous garantis que je vais terminer mon existence en viande hachée dans un comptoir Loblaws de Saint-Bruno.

Mais, j'ai confiance, fiez-vous sur moi !!

Bonne soirée,

Tristan.


dimanche 20 février 2011

Recommandation musicale pour les infidèles et autres heureux de la planète

Voici une petite recommandation musicale pour tous les sauteurs de clôtures du monde ainsi que pour leur charmantes maitresses...


Lotus Flower de Radiohead.

Le groupe britannique Radiohead, guidé par nul autre que le chanteur Thom Yorke, vient de lancer leur plus récent album - The King of Limbs ce vendredi.

La pièce Lotus Flower, qui est le premier extrait, risque de vous plaire.

Vous pouvez télécharger l'album directement sur leur site web : http://www.radiohead.com/deadairspace/

Bonne écoute.




jeudi 17 février 2011

Surprise olfactive italienne et orgasme instantané

Après avoir reçus quelques photos de ses belles jambes voilées de nylon soyeux couleur moka au courant de la journée, je n'ai pas pu faire autrement que de lui proposer un petit rendez-vous coquin de fin de journée dans un motel lubrique de l'Ile de Montréal.

Notre choix s'est arrêté sur le très luxueux, réputés et multi-étoilés (sic) Chablis de la rue Sherbrooke à Montréal.

C'était plutôt un choix pratique que bucolique disons !

Et le fait que Madame les plus belles jambes d'Amérique du Nord était dans le secteur a grandement influencé notre décision.

Je dois dire que j'avais vraiment très envie d'elle.

Depuis notre dernière rencontre parfumée au comptoir Annick Goutal du Ogilvy au centre-ville de Montréal, mon désir n'a pas cessé d'augmenter de façon exponentielle de jour en jour.

Donc, aujourd'hui, il était plus que temps que nos deux âmes se rencontrent, mais surtout qu'ils fusionnent dans un contexte d'extrême intimité.

Nous avons eu droit à une belle petite suite en ce jeudi soir.

Évidemment, en arrivant, j'ai immédiatement branché mon Ipod sur le téléviseur grand format via mon cable Monster. C'est plus fort que moi !


Sans hésitation, j'ai sélectionné ma liste de lecture "Torino", créée spécialement en l'honneur de cette ville italienne, capitale du Piémont et endroit qui a vu naître quelques unes des plus belles femme de la terre...

Un délicieux mélange de pièces musicales spécialement choisis par DJ Tristan a envahit la chambre tel un léger brouillard par un beau matin de septembre.

Domenica m'avait informé, il y a quelques temps déjà, qu'elle avait une belle surprise italienne pour moi.

En parfait pervers que je suis, la première image qui m'est apparu en tête est celle d'une copine à Domenica, bi-sexuelle, nylonée, à la poitrine généreuse et complice pour réaliser un fantasme tri-directionnel avec les principaux intéressés.

Non, farce à part, ce que me réservait mon ange torinesi était quelque chose de vraiment spécial à mes yeux.

Ma belle a spécialement fait venir de son Italie natal une belle bouteille de parfum italien.

Cuoio (qui veut dire cuir) de Odori.

Rien de moins !

Cette eau de toilette est pratiquement introuvable en Amérique du Nord.

Une fragrance masculine, subtile, délicate et tellement sophistiquée.

J'ai eu un coup de coeur instantané pour ces effluves aux nuances finement ciselées.

Tellement que j'ai immédiatement couru dans la douche pour me laver à nouveau et m'asperger de ce jus florentin.

J'étais si heureux... et ému.

Tellement que je n'ai pas pu m'empêcher de faire l'amour à ma belle.

Il faut dire qu'elle a su quoi faire pour m'allumer solidement.

Avant même que je passe me re-doucher, Domenica s'est sensuellement frottée sur moi.

Une violente érection s'est dressée dans mon Joe Boxer.

Érection qui ne voulait plus me quitter de la soirée.

Quand j'ai eu terminé de me laver et que je me suis repointé dans la chambre, Domenica était délicatement allongée sur le lit, vêtue que de ses nylons couleur moka et d'un soutien-gorge LeJaby.

Je n'avais qu'une idée en tête...

La prendre, la pénétrer, lui faire l'amour, m'enfoncer en elle.

Je sentais les battements de mon coeur au travers ma verge. C'est signe que mes canaux sanguins s'engorgaient de plaisir.

Laissant pratiquement tomber tous les préliminaires et autres séances de caresses corporelles pré coït, je me suis permis de passer immédiatement au plat principal...

J'avais tellement envie d'elle. Pas rien qu'une envie sexuelle. Non, une envie de tout son être...(incluant sa chatte humide bien entendu)

En l'espace de quelques secondes, j'étais bien au fond de ses entrailles.

Ses jambes d'une douceur légendaire m'enveloppaient.

Je sentais une onde de plaisir intense m'envahir le corps.

Et là, après quelques coups de bassin pour m'assurer d'introduire ma queue bien dure au plus profond d'elle, je sentais la respiration de Domenica devenir beaucoup plus saccadée et bruyante.

Je sentais son orgasme proche.

À peine 2-3 minutes plus tard, madame se met à jouir avec une intensité incroyable.

Je n'ai jamais rencontré une femme qui arrive à atteindre le septième ciel aussi rapidement que Domenica. C'est incroyable. C'est irréaliste. Mais c'est tellement stimulant et bandant.

Et de voir ma sexy voisine jouir de la sorte a certainement eu un effet d'entraînement sur moi.

Je sentais mon plaisir imminent.

Et, sans crier garde, je me suis mis à éjaculer avec une divinité incroyable.

Wow.

Tellement wow.

----------------------------------------------------

Après avoir repris mes esprits, ma belle italienne m'a offert ce merveilleux cadeau olfactif.

J'étais vraiment sous le choc de réaliser tout ce qu'elle a du faire pour dénicher ce parfum très rare.

Parfum rare...et très dispendieux.

Quelle merveilleuse surprise italienne.

Je me sentais traité comme un roi.

Et lorsque je suis entré à la maison un peu plus tard en soirée, mon officielle a immédiatement remarqué cette nouvelle odeur que je portais.

"Tristan, c'est quoi que tu sens ?"

Et moi de répondre : "C'est un échantillon que j'ai eu dernièrement et que j'essaye aujourd'hui"

Sans même hésiter un instant, Chantal ajoute :"je te conseille fortement d'aller te le procurer car ce parfum te va à merveille."

Hummmm

-----------------------------------------------

Vous savez, j'ai réalisé dernièrement que j'avais beaucoup de difficulté à écrire sur mon blogue à propos de Domenica.

Pas qu'elle ne m'inspire pas, c'est plutôt le contraire même.

Non, je n'arrive pas à transcrire ce que je ressens pour cette femme pour l'unique raison qu'elle est trop importante et précieuse à mes yeux.

Ce blogue est pour moi un peu un endroit où je ne me prend pas trop au sérieux, un endroit où je peux déconner, dire des tas de trucs insignifiants et écrire mes fantaisies sexuelles de toutes sortes.

Cependant, lorsqu'il est question de ma femme, de Domenica et même de Jacynthe, il m'est très difficile pour moi d'en parler via mes écrits.

Et je sais pourquoi.

Mais, c'a, jamais je ne le dirais. Ce secret, je le garde pour moi,,,cela m'appartient... et de toute façon, personne n'arriverait à saisir.

Bonne soirée,

Tristan,










mardi 15 février 2011

Les aléas de la Saint-Valentin et les étudiantes russes de Marc Dorcel !

La Saint-Valentin est la pire des fêtes pour compromettre nos activités extra-conjugales.

Tous les yeux, les oreilles et les sixièmes sens des conjointes cocus sont toutes aiguillés en direction des moindres signes compromettants que nous pouvons laisser transparaître.

Nous, sauteurs de clôtures de la planète terre, devons à tout prix éviter d'organiser quelques rencontres coquines que ce soit pendant cette période de la fête du chocolat bon marché.

Nos épouses sont beaucoup plus alertes et à l'affût de tout signes anormaux pendant ces quelques journées pivotantes autour du 14 février.

Alors pourquoi offrir une occasion en or à notre officielle de nous démasquer en prenant le risque de planifier une petite rencontre coquine ou un diner en tête à tête avec notre maitresse ?

Beaucoup trop risqué !

Et il y a tellement d'autres opportunités de démontrer à notre deuxième bien-aimée que nous éprouvons de l'amour pour elle dans une année.

Il faut vraiment éviter cette fatidique journée.

Pour moi c'est sacré. Mon niveau de diligence pour cette date de février augmente de façon considérable. C'est l'alerte maximale. C'est tolérance zéro !

Je vous jure, toutes ces années de sautage de clôtures intensifs m'ont apporté un peu d'expérience, mais surtout m'ont appris à éviter certain pièges.

Mon épouse est fantastique. Une femme presque parfaite. Jamais trop encombrante, très indépendante et surtout, elle ne me pose pas trop de questions.

Sauf la journée de la Saint-Valentin bien entendu.

Habituellement, jamais elle me donne signe de vie sur son heure de diner la semaine. (probablement qu'elle est trop occupée elle aussi avec son amant !!!!)

Mais hier, elle a trouvé tout pleins de prétextes pour me téléphoner.

Évidemment, hier midi, j'étais au club de tennis, et non pas au Motel avec ma belle italienne adorée.

Je faisais exprès pour qu'elle puisse entendre le bruit de fond provenant des courts. Cette symphonie de balles qui rebondissaient et de chaussures qui crissaient sur le sol semblaient si réconfortante à ses oreilles...

Elle était rassurée.

Même chose en fin de soirée...

Étant donné la merveilleuse petite tempête de neige que nous avons eu au courant de la journée d'hier, les conditions routières, mais surtout la circulation sur les ponts de la rive-sud étaient exécrables.

Au lieu de passer plus de deux heures dans des bouchons de circulation, j'ai préféré retourner au club de tennis.

Encore une fois, ma femme semblait très soupçonneuse et inquiète. 100 fois plus qu'à l'habitude.

Mais après son premier appel fait et sa prise de connaissance de l'ambiance des terrains en sourdine, ma belle Chantal fut réconfortée et apaisée.

Elle a dû me contacter 3-4 fois pendant les deux heures passées au club. Mais à chacune des fois, j'ai assuré et offert une prestation digne des meilleurs époux.

Je sentais sa joie et son réconfort dans sa voix.

Par la suite, j'ai eu droit à une merveilleuse soirée en compagnie de mes trois amours.

Vin rouge italien, lasagne et musique de Kid Loco en toile de fond étaient au programme chez les Lavoie en cette journée officielle de Cupidon.

Une fois les enfants au lit, et question de faire un petit spécial, j'ai proposé un truc hyper romantique à mon officielle.

Quoi, il m'arrive d'être un époux amoureux, tendre, attentionné, et généreux des fois ... Je ne suis pas qu'un pervers de la pire espèce, imbu de lui-même, narcissique et égocentrique.

Ma femme et moi avons donc visionné des films pornos de Marc Dorcel.

Je m'étais procuré la série des 12 DVD de "Russian Institute".

Ces films racontent l'histoire (sic) de jeunes étudiantes aux moeurs légères fréquentant un réputé collège quelque part en Russie.

Ce que j'aime de cette série de films, c'est que les charmantes étudiantes en question portent toujours un petit uniforme sexy d'écolière.

Et au "Russian Institute", le "dress code" est assez strict. En toute temps les délicieuses demoiselles doivent porter des bas de nylon noir ....

Ce fût une belle soirée...

Cependant, nous nous sommes pas rendus jusqu'au DVD no 12,,, après quelques minutes de visionnement du premier épisode, mon épouse s'est par magie, transformée en jeune étudiante russe ....

Tristan,


lundi 14 février 2011

Journée idéale pour ...

En cette journée de Saint-Valentin, c'est le moment idéal pour aller observer les couples illégitimes sur l'heure du diner dans tous les petits restaurants sympathiques de Montréal.

En effet, c'est habituellement ce midi que les mecs infidèles et prévisibles invitent leurs adorables maitresses à venir souligner cette fête de l'amour autour d'un repas.

Pour moi, sur mon heure de lunch aujourd'hui, ce sera le tennis.

Bonne journée !

Tristan

dimanche 13 février 2011

Encore en déficit de temps

C'est un peu l'histoire de ma vie.

Je suis en perpétuel manque de temps chronique.

Je dois continuellement jongler avec ces différentes passions qui m'allument.

Si je passe plus de temps à jouer au tennis dans ma semaine déjà très remplie, alors je dois sacrifier des heures ailleurs.

Si je passe plusieurs heures à me masturber les oreilles avec des nouveaux albums de musique, alors je dois réduire mon temps consacré à écrire sur ce blogue.

Si je me permets quelques petites escapades extra-conjugales, alors je me dois d'emprunter ces heures, soit sur mon temps passé à m'entrainer au Nautilus Plus ou, soit sur mon temps à dormir.

C'est toujours comme cela. Faire des compromis. Faire des choix. Aller là où mon envie et mon coeur me guident.

Cependant, avec mes enfants et mon épouse, j'essaye du mieux que je peux de ne pas trop aller empiéter dans leur espace temporel. Je m'efforce de garder ce territoire intouchable. Un peu comme si c'était sacré.

C'est certain qu'à l'occasion, il m'arrive de déroger à ma règle,,,mais pas trop souvent.
Je dois avouer que ce n'est pas toujours évident.

J'aimerais vraiment pouvoir ajouter quelques heures ici et là, faire passer de 7 à 10 jours la longueur des semaines et finalement ajouter de 3 à 4 heures sur les journées déjà trop courtes.

Mais, loin de moi l'envie de me plaindre. Je suis heureux. Je suis plus que satisfait de ma vie et je prends ce qu'elle a de meilleur à m'offrir.

Mais des fois, cette merveilleuse vie semble avoir justement trop de belles choses à m'offrir...

-------------------------

Aujourd'hui mon fils le plus vieux et moi sommes allés, encore une fois, à la chasse aux prédateurs dans les montagnes enneigées de nos hautes Laurentides.

La saison de la chasse aux canidés tire à sa fin, alors il faut bien profiter un peu de ces dernières opportunités.

Aujourd'hui c'était jour de tempête d'une belle intensité dans la région de Tremblant.

Nos déplacements en raquettes étaient assez périlleux. On se prenait vraiment pour des coureurs des bois.

Mais nous n'avez pas idée à quel point cette longue journée passée à avaler des gros flocons blancs plein la bouche et à respirer l'air très pur a fait un bien immense à mon fils et moi.

Évidemment aucune signe de vie de loups ou de coyotes. Il neigeait tellement que les pistes de ces chers prédateurs s'effaçaient instantanément.

Rendu en haut d'une colline, mon fils me demande :

"Papa, pourquoi continuons-nous à chasser même si nous risquons de ne jamais rien récolter...?"

Je lui ai répondu :

"Dans la vie mon gars,ce n'est pas la destination qui est importante, mais c'est le chemin parcouru pour y arriver qui est notre plus belle réussite."

Bon, disons qu'il n'a pas semblé vraiment comprendre, mais pas grave, j'ai passé mon message et un jour il décodera peut-être les paroles de son père.

Pour moi, cette journée en compagnie de mon garçon était le plus beau cadeau de St-Valentin que je ne pouvais espérer.

Les raquettes aux pieds, ma carabine sur l'épaule, la beauté du paysage, l'immensité du décor et la joie pétillante au travers les yeux de mon plus vieux représentaient le plus merveilleux cocktail de bonheur disponible sur terre à ce moment présent.

Wow !

--------------------------------

Cette semaine j'hésite entre une soirée dans une belle petite suite d'un motel ou un agréable souper romantique avec ma belle italienne.

J'ai une envie folle de Domenica. Mes couilles sont pleines et prêtes à exploser à la moindre stimulation de sa part.

Et, de m'imaginer passer quelques heures, nu, allongé sur un lit en sa compagnie, provoque en moi un réaction sublime.

Cependant, je dois confesser que de me retrouver, en tête à tête, avec ma sexy voisine, dans un petit resto portugais est quelque chose qui me procure aussi une énorme satisfaction.

Autant elle m'allume sexuellement parlant, autant elle arrive à me stimuler de façon cérébrale.

J'aime trop quand je prend place devant une femme intelligente, intéressante et attirante pour partager un repas.

Et avec Domenica, je ne sais pas trop pourquoi, mais à chacune des fois où on passe un peu de temps à bavarder ensemble autour de délicieuses assiettes, le désir ne fait que mutuellement augmenter. Ces instants magiques sèment en nous des catalyseurs explosifs et tellement particuliers.

Hummm quel sera mon choix ?

Ma verge et mes couilles bien remplies vont-elles guider ma décision finale ?

Ou plutôt, mon ventre et ma tête influenceront-ils le lieux de notre prochaine rencontre coquine ?

D'après-vous ?


------------------------------------

Bravo Arcade Fire !

Album of the year aux Grammys !

Nous sommes fiers de vous.

jeudi 10 février 2011

Le Journal de Montréal et l'infidélité



Selon la firme de sondage Léger et Léger, il semblerait que plus d'un homme sur quatre aurait été infidèle...

Avez-vous idée de la quantité d'hommes pratiquant des activités extra-conjugales que cela représente dans la province ?

Si ces chiffres sont exact, il y a de forte chance qu'il y ai un mec de votre entourage proche, soit votre frère, votre beau-père, votre collègue de travail, votre garagiste, votre voisin et même votre conjoint qui soit un sauteur de clôture notoire !!

Oui, oui,,,il n'y a pas que Tristan Lavoie qui s'amuse allègrement à profiter d'une autre femme qui n'est pas son officielle !

Wow !

Pas surprenant que les petites chambres louées en bloc de quatre heures du Chablis, du Motel Idéal ou de tout autre établissement de perdition de ce type soient toujours très en demande et pratiquement toujours occupées, peu importe l'heure de la journée.

Probablement que vous mesdames, qui lisez ce blogue, vous vous dites que votre mec, lui, au moins, il est très fidèle !

Avez-vous des doutes maintenant ??

Un homme sur quatre....

J'aimerais tellement dire que ces chiffres très élevés sont le résultat de l'influence de mon blogue. Mais c'est clair que ce n'est pas du tout le cas !

Être infidèle fait probablement partis de notre code génétique.

Héhéhéhéhéhé

J'imagine Monsieur Léger téléphoner à la résidence familiale sur l'heure du souper et de demander à parler à "l'homme de la maison".

"Bonsoir Monsieur, ici la firme Léger & Léger, pourriez-vous me dire si vous êtes un infidèle ou non "

Avec enthousiasme et verve, le bon père de famille et époux exemplaire, va répondre :

"Certainement que je suis infidèle mon cher monsieur le sondeur, mais chhhhuttttt, ne le dites pas trop fort car ma femme est tout prêt."









Un sort

Un sort, je crois qu'elle m'a jeté un sort.

Une sorte de courant électro-italien m'a parcouru le bas du ventre en début de soirée.

Il n'a suffit que d'un seul baiser humide.

Il nous a suffit que de quelques échanges de fluides buccaux sur le parquet du magasin Ogilvy de la rue Ste-Catherine à Montréal.

Par la suite, un afflux massif d'énergie sexuelle a emprunté tous les canaux sanguins de mon corps.

Cette soudaine manifestation sensorielle a provoqué une érection instantanée dans mon Joe Boxer.

Elle est partie direction sud, j'ai marché direction nord.

Nous nous sommes éloignés...mais en s'étant fait la promesse de nous revoir, très bientôt, dans un endroit plus approprié.

Depuis ces instants magiques, mais tellement trop court, je n'ai qu'une image en tête...

ELLE !

Cette merveilleuse italienne aux lèvres pulpeuses, au regard d'ébène, à la voix sensuelle et à l'énergie dévastatrice.

Moi qui avais envie d'elle, maintenant je me sens comme un volcan prêt à exploser.

Je la veux,

Je la désire,

J'ai cet empressement soudain d'enfiler ma verge gonflée au fond de ses entrailles.

J'ai presque le goût de sortir dehors, de faire 200-300 pas sur ma rue, d'espérer qu'elle soit seule à la maison et d'entrer comme un cambrioleur pour aller me soulager, pour aller la défoncer, pour aller éjaculer de toute mes forces sur son visage d'ange.

Une fougue incroyable me brûle le ventre...


Tristan,


mardi 8 février 2011

La maitresse parfaite ,,, à quelques pas de l'épouse parfaite !

Ces jours-ci quelques fantasmes coquins envahissent ma tête, et par le fait même mon Joe Boxer.

Et c’est un peu la faute de cette chère Domenica.

Voyez-vous, en plus d’être une championne mondiale de la fellation et d’avoir un immense tiroir remplis de bas de nylon, ma belle italienne possède une autre immense qualité.
Un trait de caractère vraiment bandant, stimulant et phénoménal.

Domenica est bisexuelle.

Wow !

Oui, oui sérieusement.

Sur le coup, lorsqu’elle m’a mentionné cette facette un peu cachée de sa personnalité, je n’ai pas vraiment réagis. Vous savez, de nos jours, la majorité des femmes se déclarent attirées par les deux sexes pour nous en mettre plein la vue, à nous, les obsédés que nous sommes.

Mais souvent, dans la réalité, c’est une tout autre histoire…

Mais je vous jure, cet ange qu’est cette délicieuse femme, a vraiment une attirance pour la plus belle des inventions de l’univers : C'est-à-dire les femmes.

Et ses expériences avec d’autres corps féminins ne sont pas que virtuelles. On parle de belles et savoureuses histoires de chattes rasées se frottant mutuellement, de longues séances de cunnilingus entre copines, de découvertes sensorielles et de multiples orgasmes féminins.

Lorsque ma sexy voisine me racontait ses petites histoires avec ses belles copines, je laissais transparaitre un certain contrôle de mes réactions. Un peu comme si cela ne m’affectait pas !

Mais, honnêtement, connaissez-vous un seul homme pervers de la planète qui ne réagirait pas à de telles confidences ?

En tout cas pas moi.

Même si je ne démontrais pas une excitation excessive suite à ces savoureuses révélations, laissez-moi vous dire qu’à l’intérieur de moi, des belles images prenaient forme. Pas des images, des œuvres d’art je dirais.

Imaginez, le magnifique corps nu de ma déesse de l’amour, en train de s’enlacer sensuellement avec un autre corps féminin… Il y a de quoi graver des images d’une improbable intensité au fond de mon imaginaire.

Ce que Domenica ne sait pas encore, c’est que je me suis masturbé à plusieurs reprises en l’imaginant s’adonner à une séance de baise féminine intense.

Et depuis quelques jours, je l’imagine encore plus qu’à l’habitude.
C’est signe que ma douce me fait de plus en plus d’effet.

À vrai dire,,,c’est signe que mon attirance, mon attachement et ma perversité envers elle ont atteint un niveau supérieur.

Ah si elle savait.

Ah si j’avais seulement le courage de lui dire ce que je ressens réellement au fond de moi.

Ah si j’étais seulement capable d’exprimer de vive voix les émotions qui m’envahissent continuellement.

Mais c’est moi c’à.

Incapable d’extérioriser mes sentiments les plus puissants que je ressens au fond de ma poitrine.

Incapable de les révéler, de les dire et surtout de les partager.

De toutes les femmes que j’ai croisées dans ma vie, ce sont celles qui m’ont fait le plus d’effet qui m’ont donné le plus de difficulté au niveau de l’expression de mes sentiments les plus profonds.

Et ce sont ces mêmes femmes qui m’ont procuré les plus belles histoires.


----------------------------

Ok, pour être franc avec vous, je fantasme secrètement à l’idée d’aller rencontrer Domenica dans un suite d'un motel ludique, alors qu’elle m’y attend avec une autre copine.

Le rêve de tous les mecs de la terre.

Je m’imagine ouvrir la porte, voir son magnifique sourire, sentir son parfum délicat, remarquer ses jambes nylonées, et là, tout d’un coup, réaliser qu’il y a quelque chose qui cloche…

Il y a une autre femme dans la pièce, légèrement vêtue, avec un petit sourire complice, mais surtout avec un petit sourire coquin.

Je crois que mes battements de cœur grimperaient à un niveau incroyablement élevé.

Je crois que j’afficherais une érection instantanée.

Je crois que je mettrais à bégayer et à perdre tous mes repères…

Est-ce que ce scénario pourrait se produire un jour ?

Pour être franc avec vous, je n’ai aucune idée.

Pour l’instant je n’ai pas encore l’audace de lui en parler.

Mais c’est certain que si cela venait à arriver, je ne partirais pas en courant.

Mais en même temps, la réalisation de ce fantasme ne fait pas nécessairement partie de la liste des 10 choses que je tiens à absolument faire avec Domenica dans la prochaine année.

Il y a trop de trucs hyper important à mes yeux que je veux faire avant. Et pas juste des trucs pervers.

Et dire que cette déesse habite ma rue depuis plusieurs années.

Souvent, les plus belles perles, sont là, dans notre cour, et on ne le réalise pas. Trop occupé à parcourir la planète entière à démasquer la maitresse parfaite.

Mais dans mon cas, la maitresse parfaite habite à quelques pas de l’épouse parfaite !



lundi 7 février 2011

Quelques recommandations musicales - Pour masturbation auditive

1. Sun Will Rise de Bonobo avec Speech Debelle







2. SOS (Sound of Silence) de Trinity FM. (Reprise des légendaires Simon & Garfunkel)









3. My Funny Valentine - version de Big Muff et remixé par Stephane Pompougnac







Baise au club de tennis avec ma première maitresse ... retour vers le futur

La semaine dernière, lors d’une de mes parties de tennis hebdomadaire du midi, j’ai eu la chance de recroiser à nouveau ma première maîtresse, Michelle.

Comme je le mentionnais il y a quelques mois, cette charmante joueuse de tennis à récemment transféré son abonnement vers le club que je fréquente actuellement.

Selon ses dires c’est pour des raisons de commodités et de transport. Moi, j’ose croire que c’est parce qu’elle essaye de se rapprocher de moi (quoi !! J’ai bien le droit de rêver non ?).

Lors de cette rencontre inattendue après ma partie chaudement disputée, Michelle en a profité pour rafraichir ma mémoire concernant des petites anecdotes coquines que nous avons vécus elle et moi ensemble à l’époque.

Comme vous savez, j’ai la malheureuse tendance à tout effacer de ma mémoire, spécialement les histoires extra-conjugales antérieures.

Donc, volontairement, j’ai pratiquement mis en archivage toutes les images pornographiques de nos rencontres perverses que nous avons eu il y a plusieurs années.

Mais, cette chère Michelle, m’a rapidement aguillé sur le chemin des souvenirs troublants et surtout très bandants.

« Tristan, te souviens-tu de l’époque ou l’on jouait au tennis ensemble. Mais surtout l’époque ou après ces échanges de balles on allait baiser derrière les grands rideaux verts au bout des courts… »

Et là, tout à coup, une série incroyable d’images pornos se sont remises à défiler très vite dans ma tête.

Oufff.

Effectivement, cette femme, qui est âgée d’environ 13-14 ans de plus que moi, appréciait particulièrement se faire prendre en levrette derrière ces gigantesques rideaux.

Je dois avouer que cela m’excitait au plus au point.

Elle portait une petite jupette de tennis blanche ainsi qu’un léger polo. Avouez que c’était très facile d’accès.

Mais ce que j’appréciais le plus, c’est cette sensation d’interdit qui nous stimulait encore plus.
N’importe quel joueur présent sur un des courts voisin aurait pu nous surprendre. Surtout que Michelle avait tendance à avoir des petits cris de jouissances très stridents !

De plus, sa petite sueur d’après match me faisait terriblement bander. Pas une transpiration nauséabonde et répulsive, non, plutôt une légère humidité corporelle mélangée à son doux parfum Ralph Lauren qui agissait comme un catalyseur puissant sur mon érection.

Les images me reviennent,,,

Elle désirait toujours se faire prendre par derrière, les deux mains plaquées sur l’immense colonne structurale. Je déplaçais toujours sa culotte blanche de côté pour enfiler ma verge au plus profond d’elle.

Habituellement, elle arrivait à jouir en quelques minutes.

Et, là, elle se mettait à genou pour m’offrir une généreuse fellation. Évidemment, en parfaite maitresse qu’elle était, elle s’assurait de toujours tout avaler jusqu’à la dernière goutte.

Une vraie gourmande.

Une vraie perfectionniste.

Car, comme elle mentionnait, elle aimait les « jobs propres » !

Le seul hic, c’est que je devais attendre de longues minutes après lui avoir fait l’amour avant de quitter ce petit coin obscur.
Érections et shorts de tennis ne sont pas vraiment faits pour aller ensemble. Et disons que c’était vraiment trop embarrassant de déambuler en plein milieu du club avec une bosse plus que évidente dans ses vêtements de tennis.

Ouff….que de souvenir.

Et que dire des fois ou son mari venait la chercher après nos nombreuses parties de tennis…
Savait-il que sa tendre épouse venait tout juste de disputer un mémorable et jouissif match de tennis avec son jeune amant ? Agrhh

Je vous jure, depuis ces baises sportives, les odeurs des clubs de tennis intérieurs me rappellent toujours d’agréable souvenirs. Pas surprenant que je sois addict à ce sport depuis plusieurs années.


De la belle visite à mon bureau !

Rien de plus stimulant et excitant que de recevoir de la belle visite dans son environnement de travail.

Surtout quand la personne qui se présente à la réception est une sexy italienne, à la magnifique chevelure blonde, au regard perçant et au look BCBG comme je les affectionne tant.

Je n’avais pas prévu qu’elle s’arrêterait par mon bureau en ce premier vendredi de février.

Elle était dans le secteur. Domenica avait un rendez-vous chez son chirurgien plastique.

Voyez-vous, ma sexy voisine se planifie un merveilleux cadeau de St-Valentin : Rien de moins qu’une augmentation mammaire !!

Non, non, je plaisante. Ses seins sont plus que parfait et tellement délicieux. Surtout quand ils répondent à mes stimulations…

Encore sous l’agréable choc de sa présence dans mon univers, j’en ai profité pour lui faire visiter mes installations.

En parfait Tristan que je suis, je m’assurais de toujours la laisser prendre les marches devant moi afin que je puisse généreusement visionner son postérieur. Elle a vraiment des fesses comme je les aime.
Rondes comme deux miches de pain qui viennent de sortir du four du boulanger.

Je dois avouer que c’est quelque peu embarrassant que de se déambuler devant ses collègues avec sa douce conjointe clandestine.
On imagine toujours que ces gens que l’on croisent sont au courant de tout.

Le regard insistant des hommes de mon entreprise en direction de cette belle féline m’a prouvé une fois de plus que Domenica est vraiment une femme exceptionnellement jolie et attirante.
Je suis convaincu qu’elle a le physique de l’emploi pour faire carrière dans le merveilleux monde de la télévision…

Évidemment j’ai tout fait pour ne pas dévoiler aucun indice à propos de notre relation extra-conjugale. Aucun attouchement et aucun sous-entendu pervers étaient au rendez-vous.

Cependant, une fois rendu dans mon bureau, je n’ai pas pu faire autrement que de lui afficher mon plus beau sourire et de lui démontrer affectueusement ma très grande satisfaction de sa présence avec moi.

Elle était là, assise devant moi, comme si je recevais un fournisseur pour discuter affaire.
Les gens autour de moi n’avaient aucune idée des intentions réelles de cette visite surprise.

Et là, tout d’un coup, elle me dit :

« Tristan, j’ai une petite surprise pour toi »

Je lui ai présenté un sourire empreint d’étonnement. Je me sentais très mal à l’aise. Mais en même temps, héhéhéhé…une certaine fierté m’envahissait.

Ma belle ouvre son sac à main et me tend une belle bouteille de parfum. Un Annick Goutal en plus. Vétiver.
Rien de moins.
Wow !!

J’aime trop savoir qu’une femme vraiment spéciale à mes yeux se déplace rien que pour venir me saluer de la sorte. Et pour m’offrir un petit présent.

Je me suis sentis comme l’homme le plus important de la planète terre !
Quelle sensation.

Étant une personne qui n’extériorise pas facilement mes émotions, j’ai évidemment fait preuve de retenu dans ma joie soudaine. Cependant, au fond de moi, un bouillonnement intense de plaisir et d’euphorie envahissait mes parois abdominales.

Ma sexy voisine est probablement demeuré 30-45 minutes à mes bureaux.

J’aimerais vous dire que je l’ai attiré dans un petit garde-robe secret pour la baiser sauvagement. Mais ce ne fût pas le cas. Et, soyez assuré que ce ne le sera jamais non plus.

Cependant, j’ai passé le reste de l’après-midi avec un gigantesque sourire dans mon visage.

Et surtout, j’ai passé tout le week-end à me pavaner avec ma nouvelle odeur de Vetiver offert par ma belle Domenica.

-----------------------------------------------------------

J’aime quand les gens me laissent des commentaires sur mon blogue ou m’écrivent des emails. Même si vous n’êtes pas toujours d’accord avec mon style de vie et ma façon d’être, j’apprécie vos contributions, qui, de manière générale, sont faites avec pertinence et respect.

Cependant, je tiens à vous dire que je ne publie pas toujours tous les messages que je peux recevoir.

C’est mon blogue après-tout. Je me laisse donc le droit de décider de ce que je veux afficher ou pas.

Et oui j’efface toujours les messages de quelques lecteurs (toujours les mêmes ??) qui à mes yeux ne sont que des imposteurs ou des empêcheurs de tourner en rond.

Pensez-vous vraiment que je vais publier des insultes, des commentaires qui me déplaisent et des remarques trop personnelles ?

JAMAIS !

J’écris ce blogue par pur plaisir. Je ne dois rien à personne. J’ai toujours fait ce que je désirais dans la vie et je vais continuer de la sorte.

Pour moi, cette plate-forme qu’est mon blogue n’est pas un concours de popularité et encore moins un ouvrage de référence.

Je l’écris pour moi et pour mon plaisir.

Point final.

Je vais donc continuer d’étaler mes états d’âmes sur ma vie d’homme infidèle, de parler de ce qui me plait, quand c’a me plait, et avec qui c’a me plait.

Si vous n’aimez pas, si vous n’y croyez pas, si vous trouvez que c’est du n’importe quoi, si vous remettez toujours en doute mes choix, si vous me trouvez ridicule ou si vous êtes de ceux qui pensent que c’est trop pathétique, alors, faites ce que les personnes intelligentes sont supposées faire quand un truc les ennuis :

Passez votre tour !

En tout cas, moi c’est ce que je fais. Je n’ai pas assez de minutes de disponible dans une journée pour aller lire les écrits des gens qui ne m’intéressent pas, et encore moins de temps pour déposer des commentaires méchants.


mercredi 2 février 2011

Toujours bien écouter les précieux conseils de sa verge gonflée.

Ce soir il m'est presque venue l'envie d'avouer candidement à ma belle italienne que j'étais l'auteur d'un blogue traitant sur l'infidélité...Et par le fait même, déclarer qu'elle en était une des actrices principales, voir même la muse de tout mes récits.

Mais, je me suis tourné la langue sept fois avant de me lancer dans cette "petite" déclaration.

Comment aimerait-elle cela apprendre que des aspects de sa vie privé sont étalés publiquement sur un blogue ?

Quelle serait sa réaction ?

Quelle genre de questions oserait-elle me poser sur toutes ces femmes qui ont fait partis de ma vie d'homme infidèle.

Pour l'instant, je vais me retenir et garder ce petit secret pour moi.

--------------------------------------------

La circulation était très, très fluide ce soir.

À ma grande surprise, les routes étaient libres de toute circulation entre mon bureau et le chic Motel Idéal.

J'appréhendais un flot de circulation hyper dense et au ralenti, mais on dirait que les travailleurs et banlieusards ont décidé de quitter l'île de Montréal plus tôt qu'à leur habitude. Résultat, cela m'a pris que 20 minutes pour aller retrouver ma chère Domenica.

Elle m'attendait déjà dans une magnifique suite.

Je m'étais proposé de lui rembourser la chambre, mais fidèle à mes bonnes habitudes j'ai oublié mon porte-feuille au bureau.

Oui, oui, c'est vrai.

J'avais même été retirer des $$ au guichet automatique de mon édifice afin de laisser des traces crédibles au cas où mon épouse tomberait sur mon relevé bancaire.

Ma belle italienne a du croire que j'avais manigancé cet oublis pour ne pas avoir à payer la chambre.
Ah si elle savait.
J'ai plein de défauts; distrait, égoïste, maladroit et j'en passe, mais habituellement, je ne me considère pas un personnage pingre.

De toute façon j'ai l'intention de la rembourser. Pas seulement avec des coups de je t'aime bien profond dans son abdomen, mais bien avec quelques dollars de Monopoly... !

-----------------------

Le premier truc que j'ai remarqué en entrant dans cette merveilleuse chambre ce sont ses merveilleux pieds recouvert d'un soyeux film de nylon.

Je pouvais apercevoir ses délicieuses petites orteils peintes en rouge au travers ses filodoro. Quel plaisir visuel pour l'amateur de jambes nylonnées que je suis.

Aussi, le fait de me retrouver seul, dans une chambre de motel ludique, avec une des plus belle paire de jambes voilées de nylon de la planète terre est sans doute le rêve ultime pour un mec comme moi.

La deuxième chose que j'ai remarqué, c'est la présence d'une belle petite chaine stéréo installée sur le meuble du téléviseur.

Il n'en fallait pas plus pour que je sorte mon Monster Cable spécialement conçus pour envoyer un signal audio de mon Mac à la prise auxiliaire de la micro chaine hi-fi. (un type comme moi traine toujours ce genre de câble dans son sac de transport)

Après quelques ajustements, le son du nouvel album de Hercules and The Love Affair se faisait entendre dans l'immense chambre.

Je venais tout juste de mettre la main sur ce nouvel album qui va sortir en magasin dans quelques semaines et je voulais en faire la trame sonore de cette rencontre coquine pré saint-valentin.

Les morceaux à saveur disco-kitch de ce groupe masturbaient allègrement nos oreilles. Cependant, il était clair que ma belle italienne n'avait pas loué cette suite pour s'adonner à une séance de masturbation auditive en compagnie de son amant de voisin.

Je sentais dans ses mouvements, dans son attitude et dans son regard une gourmandise sexuelle exceptionnellement élevée.

À peine ma Stella Artois débouchée, ma belle avait aussitôt déposé ses belles mains douces sur ma braguette et n'avait qu'une intention en tête, libérer ma verge de cette espace contigu que représentait mon Joe Boxer.

Les sushis qu'elle avait si gentiment pris la peine d'acheter ne représentaient plus aucun intérêt à nos yeux de pervers.

Seul le lit nous attirait.

Seul l'envie de se toucher, se caresser, se lover et se faire du bien mutuellement nous traversait l'esprit.

Sa bouche cherchait désespérément ma verge gonflée.

Domenica mourrait d'envie de me procurer une fellation dont elle seul à le secret.

Je tremblais moi aussi d'impatience de mettre ma bouche sur ses organes génitaux.

Après quelques petites secondes de résistance peu convaincantes, nos deux corps enflammés se sont retrouvés à moitié nu sur le lit de cette suite.

J'ai enlevé tout ses vêtements, à part bien sur ses nylons noir et son nouveau soutien-gorge.

Je me suis fait plaisir et j'ai caressé à souhait ses jambes voilées de filodoro soyeux.

Trop excitant et bandant.

Par la suite, comme c'est souvent le cas avec moi, j'ai perdu complètement le fil des évènements. Probablement le résultat d'un afflux trop soudain de sang vers mon organe masculin gonflé.

Nous nous sommes mis à faire l'amour.

Immédiatement.

Avec une intensité soudaine.

Sa chatte ressemblait à une éponge imbibée d'eau tellement son désir était palpable.

Mon gland commençait à gonfler.

Nous avons fait l'amour comme seul deux amants follement épris l'un de l'autre savent le faire.
C'est à dire à fond la caisse et avec une tonne de sensualité.

Domenica réagissait merveilleusement bien à l'introduction martelée de mon pénis au fond de ses entrailles. Elle en redemandait encore et encore.

Je n'arrivait tout simplement pas à suivre sa cadence et ses envies. Mon plaisir devenait trop dur à contrôler tellement le tout était excitant.

Je pense que nous avons baisé environ deux heures avec quelques pauses ici et là. Mais vous savez, nous les gars, avons toujours tendance à exagérer ce genre de prouesse...

Plus je la prenais et plus je ressentais mon désir pour elle s'amplifier. Je devinais aussi une certaine réciprocité de sa part à ce niveau.

Le missionnaire, la levrette, la cow-girl ainsi que tous les autres membres de la famille des positions d'accouplement ont eu droit à leur petit tour de manège.

Je commence sérieusement à devenir accroc à sa chatte. Et ce soir, je dissimulais très mal mon obsession de vouloir constamment déguster son nid d'amour.

Son nectar était divin, délicieux et aphrodisiaque. J'avais affaire à un grand cru.

Après ces instants de pur extase sensorielle. Mes couilles n'en pouvaient plus, et n'espéraient qu'une seule chose. Se vider.

J'avais l'intention d'asperger son magnifique visage d'ange avec ma semence, mais disons que lorsque l'on se retrouve bien au fond d'une chatte hyper chaude, l'envie d'y sortir pour aller faire des petites acrobaties pornographiques diminue énormément.

J'ai donc, écouté les précieux conseils de ma verge et exploser violemment au fond d'elle.

Hummm

Bonne soirée,

T



flocons de neige et premières expériences dans le monde de l'infidélité

Ces merveilleux flocons qui tombent du ciel en cette journée hivernale sont tellement féérique.
Montréal sous la neige est d’une beauté incroyable. J’aime l’hiver.

J’ai une relation particulière avec cette saison.

Je crois que cela a été causé par mes très nombreuses années passées comme moniteur de ski dans une station bien connue des Laurentides.

C’était tellement l’endroit et le contexte propice pour rencontrer des sexy et charmantes demoiselles.
Je n’ai que de merveilleux souvenirs de mes séances d’après-ski avec des collègues monitrices ou bien avec des skieuses aux cuisses fermes.

D’ailleurs, je crois que c’est à cette époque que j’ai développé mon goût pour l’infidélité.
Avec toute cette pépinière de charmantes filles disponibles, toutes plus intéressantes les unes des autres, comment aurais-je pu me limiter qu’à une seule ?

Même s’il m’arrivait à l’époque d’éprouver des sentiments pour quelques unes d’entre elles, jamais je n’ai réussi à me contenir.

C’était plus fort que moi.

De plus, lors de ma dernière année en tant que moniteur, je m’étais engagé dans une relation amoureuse avec une très sexy étudiante du collège Regina Assumpta.

Une très bonne skieuse, mais surtout une fellationneuse professionnelle en devenir. Elle était deux ans plus jeune que moi.

Cependant, malgré ses talents buccaux exceptionnels, cette chère copine de l’époque n’était pas très portée sur les parties de jambes en l’air…

Il n’en fallait pas plus pour que je me mette à entretenir une soit disant relation extra-conjugale avec une collègue monitrice à la poitrine plantureuse et surtout beaucoup plus axée sur les activités dites horizontales (quoi que des fois, on peut baiser à la verticale et c’est très agréable.)

Évidemment, mon amoureuse de l’époque avait eu vent de mes agissements pas tellement nobles et m’avait gentiment donné mon « 4 % ».


---------------------------------------------

Sur un autre ordre d’idée, j’espère que cette tempête de neige du jour ne congestionnera pas trop la circulation en fin de journée.

Voyez-vous, j’ai un rendez-vous coquin de prévu ce soir avec ma belle Domenica. Je n’ai surtout pas envie de passer mes heures de disponibilités assis dans ma voiture et pris dans la circulation.

Surtout, qu’elle m’a mentionné qu’elle porterait un nouvel ensemble de lingerie noir et des magnifiques nylons filodoro !

Juste à l’imaginer et je bande.


Bonne journée.

Archives du blog

Membres