mardi 28 septembre 2010

Ma verge gonflée sur les jambes nylonnées de Danika, week-end de sauteur de clôture et rêves coquins

La vie nous réserve toujours des belles surprises.

Hier encore, ma chère collègue Danika a encore faite des siennes.

Elle arrive dans mon bureau et me lance :
« Tristan, que dirais-tu de venir avec moi à mon condo ce mid ? »
« Cela serait une belle occasion pour moi de te montrer la nouvelle décoration de ma chambre …  »
Et elle me lance : « Et en plus, je me suis habillée à ton goût aujourd’hui… »

Effectivement, elle est arrivée avec sa belle jupe noire, son chemisier blanc, ses bas de nylon noir (que j’espère étaient auto-fixants) et ses bottes noir au genou.

Et honnêtement, j’ai failli craquer.

J’avais vraiment envie d’aller voir les nouveaux agencements de couleur dans sa chambre … (mais oui, j’aime la décoration intérieure à l’occasion !)

J’ai de drôles de sentiments ambigües avec cette fille je crois.

Autant des fois, elle peut me tomber royalement sur les nerfs, autant des fois j’ai envie de passer ma verge gonflée sur ses belles jambes nylonnées.

J’ai simplement le goût de passer mon gland hyper dur, sur ce nylon soyeux et, pourquoi pas, laisser tomber discrètement, quelques gouttes pré-éjaculatoires sur ses jambes …

Hummmm …

------------------------------------------------------------------------------------------

C’est ma dernière semaine à mon boulot actuel. Lundi prochain, je débute dans mon nouvel emploi. J’ai tellement hâte.

Ce week-end, j’en ai donc profité pour aller remettre à neuf ma garde-robe, question de me conformer  au "dress-code" de l’entreprise.

Pas qu’il y ai des directives particulières concernant la façon de se vêtir, mais il est toujours bon de respecter les règles non-écrites d’une entreprise, surtout en question d’habillement.

Et en plus, si je veux faire bonne impression auprès du personnel féminin, surtout auprès de la très sexy stagiaire Annick, je me dois de vêtir mes plus beaux habits !!

--------------------------------------------------------------------------------------------

Sans trop entrer dans les détails, disons que j’essaye de me planifier un petit week-end coquin avec ma belle Mariposa.

Nous avons tous les deux, la possibilité d’avoir une bonne excuse crédible afin de se libérer cette fin de semaine. C’est plutôt rare que nous arrivons, elle et moi, à se libérer facilement, pour un week-end entier.

Et en plus, avec mon changement d’emploi, les occasions de m’adonner à des activités coquines avec ma belle seront plutôt rares.

J’aimerais bien en profiter, et l’inviter à aller passer une nuit dan un bel hôtel à l’extérieur de la ville. Soit Québec, Magog ou Ottawa.

La destination m’importe peu à vrai dire.

Par pur bonheur, mon épouse vient de décider d’aller passer le week-end avec mes deux gars chez sa sœur.

Il lui arrive, une fois par année, de passer quelques jours, seule, avec sa sœur.

Et c’est toujours à ce moment-ci de l’année. (car mon beau-frère part à la chasse)

Quelle belle nouvelle. Cependant, je me dois de contrôler mon enthousiasme.

Et moi, en parfait sauteur de clôture que je suis, je vais profiter avantageusement de cette situation.

C’est à suivre.

 ------------------------------------------------------------------------

Ces jours-ci, j’ai une imagination très fertile. C’est fou.

Je fais des rêves hyper coquins et pervers.

Est-ce le fait que cela doit faire pratiquement 3 semaines que je n’ai pas eu de relation extra-conjugale ? Probablement.

Mais chose certaine, mes rêves sont de plus en plus cochons, et mes érections matinales, de plus en plus présente. (c’est selon moi un signe de santé)

Dans mon prochain billet, je vous raconterai toutes ces histoires érotiques qui remplissent de plus en plus mes nuits.

2 commentaires:

Fabrice a dit…

comment fais tu pour trouver le temps d'écrire chaque jour? et aussi pour avoir tous les jours quelques chose à raconter?

Tristan Lavoie a dit…

Bonsoir Fabrice,

Comment je trouve le temps d'écrire à chaque jour ? Disons qu'il n'y a pas vraiment de trucs.

Écrire pour moi est un vrai plaisir.

Habituellement, je ne me force jamais pour écrire.
Les sujets et les mots arrivent toujours facilement.
Cela ne me prend jamais plus que 15-20 minutes pour écrire un billet.

La journée où je me sentirais forcé d'écrire ou que l'inspiration ne viendra plus, alors, ce sera le jour où j'arrêterais tout simplement d'écrire sur mon blogue.

T

Archives du blog

Membres